Depuis l’antiquité, les hommes élèvent les abeilles pour récolter le miel, la cire, le pollen et la gelée royale. Elles sont élevées dans des ruches par des apiculteurs.

LES HABITANTS DE LA RUCHE

* La reine

Dans la ruche, il n’y a qu’une seule reine qui pond jusqu’à trois mille œufs par jour durant les cinq ans de sa vie. Elle ne sort jamais de la ruche sauf en cas de vol nuptial ou d’essaimage. Elle pond les œufs dans les alvéoles de 5,1 mm pour les ouvrières et de 8,8 mm pour les mâles.

* Les mâles (faux-bourdons)

Au nombre de quelques milliers, leur seul rôle est de féconder la reine durant le vol nuptial. Celle-ci, quelques jours après sa naissance, sort de la ruche en émettant un cri très aigu. Aussitôt, les mâles la suivent et les plus rapides la féconderont. La reine est à même de conserver plusieurs années en son sein les spermatozoïdes reçus dans une spermathèque.

Le reste du temps, les mâles mènent une vie insouciante dans la ruche. A l’automne, ils sont expulsés  de la ruche car ils n’ont plus d’utilité ; ne sachant pas se nourrir tout seul, ils meurent.

Le mâle est bien plus corpulent que les ouvrières


* Les ouvrières

Les ouvrières sont très nombreuses dans la ruche, jusqu'à 70 000.

Trois jours après la ponte, de l’œuf, sort une larve qui sera nourrie de gelée royale (3 jours), de miel et de pollen. Au huitième jour, le gavage est terminé (trois à quatre mille repas) et l’alvéole est fermée par un  opercule de cire. A l’intérieur, la larve se métamorphose en abeille.

La naissance a lieu au 21 ème jour ; l'abeille pèse 0,08 g.

Les 6 métiers de l’ouvrière

* du 1 er au 3 ème jour : elle nettoie la ruche et répare les rayons.

* du 3 ème au 10 ème jour : elle nourrit les larves.

* du 10 ème au 12 ème jour : elle tasse le pollen, ventile la ruche et récupère le nectar.

* du 12 ème au 18 ème jour : elle fabrique les rayons avec de la cire.

* du 18 ème au 20 ème jour : elle garde l’entrée de la ruche et ne laisse passer que les abeilles qui ont l’odeur de la ruche.


Abeille se gavant de pollen

* du 21 ème jour jusqu’à sa mort : elle butine les fleurs pour récupérer le nectar et le pollen.

 

ANATOMIE

 

ESSAIMAGE

Il y a essaimage quand il y a un risque de surpopulation dans la ruche.

La reine part alors avec 10 à 20 000 abeilles, juste avant la naissance des futures reines qui sont élevées dans des cellules royales. De celles-ci, une seule survivra, celle qui aura tué les autres juste après sa naissance.

L’essaim se pose en grappe à proximité de la ruche. Quelques éclaireuses partent alors chercher un endroit propice à l’installation d’une nouvelle ruche (creux d’un arbre, grosse branche, anfractuosité quelconque ou ruche libre).

Si tout un chacun peut récupérer l’essaim, les abeilles ne piquant pas à ce moment-là, un minimum de protection est quand même plus prudent...

Cellule royale



Essaims posés à proximité des ruches

 

L’HIVER

L’hiver les abeilles ne sortent plus : il n’y a plus de fleurs et il fait trop froid
(elles meurent si leur température interne est inférieure à 8°c).

Pour avoir plus chaud elles se mettent en grappe, l’intérieur de laquelle il fait 35°c. Un roulement s’effectue pour que toutes les abeilles profitent de la chaleur du centre. Elles se nourrissent grâce aux réserves de la ruche.

Il leur arrive de sortir pour s’abreuver ou pour faire leurs besoins, s’il ne fait pas trop froid.

 

LES PRÉDATEURS

Les prédateurs directs de l’abeilles sont les insectivores (les oiseaux surtout) ainsi que le frelon, la guêpe, le varroa (parasite), les pesticides et autres insecticides (ex du tristement célèbre gaucho qui a, heureusement, fini par être interdit)

Le frelon , un des principaux prédateurs de l'abeille...


Varroas sur une larve d'abeille


Détail de l'acarien

 

LA PIQÛRE

L’abeille ne pique que pour défendre la ruche ou si elle se sent agressée.

Lorsqu’elle pique, son dard reste planté et une partie de son abdomen s’arrache quand elle se dégage et elle meurt.

Le venin n’est pas dangereux sauf pour les personnes allergiques. Il est même utilisé en pharmacie pour combattre la grippe, les rhumatismes…

 

LA RÉCOLTE DU MIEL

L’apiculteur ne récolte que le miel présent dans les hausses (la partie supérieure de la ruche). Il utilise un enfumoir pour calmer les abeilles (blocage du phéromone d’alerte) et les occuper (ventilation de la ruche) afin de pouvoir récupérer facilement les cadres remplis de miel.

Après avoir désoperculé les alvéoles avec une lame chaude, il place les cadres dans un extracteur qui extrait le miel par centrifugation. Pour finir, il filtre le miel et le place dans un maturateur. Le miel ainsi récolté est 100% naturel et est très bon pour la santé.


Robert enfume la ruche pour calmer les abeilles


Seules les hausses font l'objet d'une récolte

 


Désoperculation avec une lame chaude...

... qui libère le miel contenu dans les alvéoles.


Les cadres sont placés dans l'extracteur. Le miel sera extrait par centrifugation.

Le miel à la sortie de l'extracteur


Le miel à la sortie du maturateur.

Manifestement, le miel de qualité est vivement appréciée.

La gelée royale, nourriture de la reine et des larves au premier stade, est produite en faible quantité et difficile à récolter.

Elle est très chère mais est réputée posséder de nombreuses vertus.

Petit pot de gelée royale .