DERNIERES

NOUVELLES

DU VILLAGE

Mercredi 22 décembre 2004 : Lettre d'information de la municipalité

Les habitants de Ceillac devraient trouver dans leur boîte aux lettres la dernière lettre d'informations de la municipalité. Cette lettre fait état de l'avancement des différents dossiers, dont certains ont beaucoup avancé, comme ceux concernant le domaine alpin, l'assainissement et le PPR..

Pour la lire dans son intégralité... : CLIC !

 

Jeudi 16 décembre 2004 : Vincent Favier, Docteur es sciences (par Christian Grossan)

C'est à la Maison des Sciences de l'Eau de Montpellier que notre jeune compatriote Vincent FAVIER vient de soutenir une thèse de géophysique traitant de l'étude glaciologique et hydrologique d'un glacier d'Equateur et réalisée sous la direction d'Anne COUDRAIN et d'Eric CADIER.

Le jeune Docteur explique : " Ma motivation initiale est venue de l'observation du recul rapide des glaciers alpins et andins et mon désir de comprendre un tel constat. De plus, les glaciers sont aujourd'hui reconnus comme des indicateurs climatiques extrêmement sensibles et leur étude m'intéresse particulièrement dans un contexte de réchauffement global. L'origine de ce dernier pose encore des interrogations dont les réponses intéressent aujourd'hui plus que jamais les citoyens comme les personnalités politiques. "

Après une scolarité dans le primaire à l'école communale de Ceillac, Vincent rappelle que sur les cinq élèves de la section des grands de l'école, ils se sont retrouvés plus tard à trois sur les bancs du Lycée Thiers de Marseille pour les classes préparatoires, après avoir fréquenté le collège de Guillestre puis le lycée d'Embrun. Ses deux compagnons sont aujourd'hui ingénieurs diplômés l'un de l'Ecole Centrale, l'autre le l'Institut National Polytechnique de Grenoble.

Vincent FAVIER a intégré ensuite l'Ecole Nationale Supérieure d'Hydraulique et de mécanique de Grenoble avant d'être recruté par l'unité de recherche Great-Ice de l'Institut de Recherche pour le Développement pour réaliser son service national en coopération en Equateur.

Si cette analyse des processus de fonte des glaciers en Equateur permet de mieux comprendre le lien étroit entre leur recul et la variabilité climatique locale, on imagine que Vincent a quelques idées sur les évolutions climatiques tant redoutées par les stations touristiques de montagne européennes.

Au delà de ce succès dont nous félicitons chaleureusement le lauréat, cette réussite, venant après de nombreuses autres ces dernières années à Ceillac où plusieurs jeunes ont arrêté leurs études avec un diplôme de troisième cycle, vient démontrer avec éclat la qualité de l'enseignement que l'on peut recevoir dans les écoles de nos villages et les collèges et lycées de province.

 

Dimanche 5 décembre 2004 : Exploitation des remontées mécaniques

Deux sociétés avaient fait acte de candidature pour reprendre l'exploitation des remontées mécaniques du Queyras : Orex (Métabief) et Transmontagne (Pra Loup, Super Dévoluy Bardonecchia...).

Après de longues négociations avec les différents postulants et sur proposition du bureau, le comité syndical du Syndicat Mixte (composé des représentants des 8 communes du Queyras et de 9 représentants du Conseil Général) a approuvé, le 29 novembre, le choix de Transmontagne comme exploitant des remontées mécaniques du Queyras pour une durée de 18 ans.

Le cahier des charges, très précis, concerne et l'exploitation du parc de remontées et la mise en oeuvre du plan d'investissements, d'ores et déjà arrêté, d'un montant de 30 millions d'€uros environ. Transmontagne participera, à partir de la 4 ème année d'exploitation, à cet investissement pour un montant total de 6,5 millions d'€uros.

Les premiers investissements concerneront la vallée de Ceillac, puisque la mise à niveau du parc de remontées est prévue pour l'hiver 2005-2006, les travaux commençant, pour ce faire, au printemps prochain. Ces travaux se concrétiseront par la construction d'un télésiège 4 places débrayable, le réaménagement complet de la zone de départ et la mise en place d'un réseau pour la neige de culture. Le coût de ces travaux pour Ceillac s'élève à 5,9 millions d'€uros, financés à 90% par le Conseil Général, le reste l'étant par la commune. Sont également prévus pour l'année 2005, des travaux pour l'enneigement artificiel des stations d'Abriès et de Molines-St-Véran.

Transmontagne commencera son exploitation à partr du 15 décembre en reprenant l'intégralité des personnels ; une société dont la dénomination est encore inconnue, sera créée.

Signalons que Transmontagne reversera au Syndicat Mixte 30 % du chiffre d'affaires réalisé au-delà de 2,8 millions d'€uros (~ CA de ces dernières années). À partir de la 4 ème année, ce pourcentage descendra à 15 %, avec le début de la participation de Transmontagne aux investissements.

 

Samedi 20 novembre 2004 : Un concert très attendu (par Christian Grossan)

Les cloches restaurées ont retrouvé leur place.

Nous avions évoqué le 17 avril dernier la mise en sommeil des deux grandes cloches du clocher très original de l'église Saint- Sébastien.

Pendant des mois, elles n'ont pu faire partager les peines et les joies des familles du village.

Gràce aux soins prodigués par une société spécialisée tourangelle qui a restauré les équipements mécaniques, moutons et battants, traité les bois, refaçonné les boules de frappe et les mises sur billes, elles peuvent désormais sonner à toute volée.

Ce samedi, après la messe célébrée à l'église de La Clapière en l'honneur de Sainte-Cécile - martyre romaine mais aussi patronne des musiciens - par le Père BERNARDI, curé de la paroisse, Emile GAUTHIER s'est livré à un véritable concert qui a permis à l'assistance d'entendre à nouveau les cloches restées trop longtemps muettes dans le beau clocher ajouré de l'église du village.

Pour fêter l'événement, les " Amis de Ceillac " ont offert un vin chaud très apprécié. On reconnaissait dans l'assistance Jean-Claude CARLE, maire, et Alain FOURNY son adjoint qui ont pu juger sur place que l'investissement de près de 10.000 euros engagé par la commune dans ces travaux était justement apprécié.

 

Mardi 2 novembre 2004 : fête de la Toussaint (par Christian Grossan)

Rarement l'église de St Cécile désormais dotée d'un chauffage performant n'avait accueilli une assistance aussi nombreuse, le jour de la toussaint.

Après l'office célébré par le Père BERNARDI, curé de la paroisse, les fidèles se sont repartis dans le cimetière où une nouvelle croix a été bénie avant que ne le soient les tombes, bien entretenues et fleuries.

Cette croix remplace un calvaire qui avait subi les outrages du temps. Elle a été réalisée par des artisans du village à l'initiative de l'association "les amis de ceillac", dont le Président André BLES était présent à cette cérémonie simple et recueillie.

Au lieu dit " la viste ", la vieille croix abattue par un coup de vent sera elle aussi remplacée.

Christian Grossan

 

Mardi 28 septembre 2004 : foire de la Saint-Michel

359 animaux, ovins et caprins ont été présentés à la foire aux agnelles de Ceillac, le 28 septembre dernier. C'est un peu mieux que l'an dernier, 309 animaux. Mais on est bien loin des chiffres des années fastes 913 animaux en 1986, 886 en 1988, 835 en 1990.Cette déprise traduit l'évolution préoccupante de l'élevage ovin dans la commune où le nombre d'éleveurs a été divisé par 4 en vingt ans.

Les bêtes exposées provenaient des élevages de Ceillac bien sûr mais aussi de Guillestre, Eygliers, Vars, Abries, Pierregrosse, Risoul, Chateauroux.. La plupart ont d'ailleurs trouvé acquéreur.

Le jury du traditionnel concours animé par Jean-Luc COUSSY ingénieur à la chambre d'agriculture était composé par Yves Fortoul, d'Embrun et Gilbert Girard de Rousset devait juger les 195 agnelles présentées.

Il a confirmé l'élevage de Joseph Allais dans sa première place devant celui d'André Fournier, des frères Cony, de Gilbert Michel, Juliette Colombet, Claude Grossan, etc
M.M. Marcel Cannat et Jean-Claude Catala , Conseillers généraux, avaient répondu à l'invitation de Jean-Claude Carle, Maire de Ceillac qui a procédé à la remise des prix qui a été suivi du verre de l'amitié traditionnel.

Christian Grossan

 

Dimanche 12 septembre 2004 : naissance de Mathilde

En direct de Montpellier (à 9 h 50, très précisément), Angèle nous signale, avec enthousiasme, la venue au monde de sa soeur Mathilde (3,485 kg et une taille de 49 cm), fille de Laurent et Jeanne Favier.

Le bébé, vigoureux comme un Favier, se porte au mieux, tout comme sa mère...

 

Mardi 24 août 2004 : Fête de la Saint-Barthélémy

C'est un temps superbe qui a accompagné Ceillac pour sa traditionnelle fête patronale, à l'occasion de la Saint-Barthélémy.

Cette manifestation des plus conviviales, organisée de concert par le Comité des fêtes et l'association des Amis de Ceillac, a réuni villageois et visiteurs en séjour ou de passage dans la vallée.

Après le bal et le feu d'artifice du samedi 21 août, étaient proposés le lendemain de nombreuses animations et plusieurs concours. Petits et grands ont pu participer aux jeux classiques (chamboule-tout, jeu du calendrier, pêche à la ligne, poids du jambon, parcours électrique …), mais aussi, par exemple, au parcours d'investigations les conduisant dans les différents commerces afin d'identifier l'anomalie présente dans chaque vitrine.

Gros succès pour le "Défi de l'œuf" ou deux partenaires devaient se lancer, et réceptionner, un œuf frais, sans le casser bien sûr, en s'éloignant de plus en plus. Le record a été établi à 16 mètres…

A ceux qui préféraient une promenade aux accents bucoliques, il était possible d'effectuer un petit tour en poney ou en charrette.

Quant à l'attendu concours de boules, celui-ci a opposé une douzaine de triplettes dont l'équipe Baptiste est sortie vainqueur suivies par les triplettes Portier et Rocher.

Vers 18 h 30, a eu lieu la remise des lots en présence du maire de Ceillac, Mr Jean-Claude Carle, qui s'est félicité de la réussite de la journée, close en soirée par une paella géante, et de l'investissement des bénévoles pour ce faire. La distribution achevée, il a souhaité un excellent séjour aux estivants.

 

Mardi 11 août 2004 : Les Amis de Ceillac : 25 ans déjà (par Christian Grossan)

L'association les Amis de Ceillac vient de réunir sa 25 ème assemblée Générale sous la présidence d'André BLES, dont le père, Adrien BLES fut à l'origine de cette association impulsée par Philippe LAMOUR.

La protection et la mise en valeur du patrimoine, la promotion de Ceillac qui étaient les objectifs prévus de l'association sont demeurés les mêmes et on a pu vérifier le 11 août dernier que ces objectifs étaient bien partagés.

Mais on aura noté aussi que le partenariat auquel Alain FOURNY, maire adjoint, avait appelé les Amis de Ceillac l'an dernier est véritablement l'épine dorsale de l'activité des Amis de Ceillac. Si, en 2003, l'exposition et les manifestations liées au centième anniversaire de la naissance de Philippe LAMOUR ont constitué l'activité dominante des Amis de Ceillac, la restauration des chapelles, l'édition des plaquettes, l'amélioration de la signalétique de certains sentiers et la préparation d'expositions de caractère permanent ont constitué l'essentiel de l'activité des Amis de Ceillac en 2004.

Bien que ce poste constitue une charge réelle dans leur budget, les Amis de Ceillac entendent continuer à proposer aux habitants et aux touristes en vacances un programme de concerts varié et de grande qualité en liaison avec le festival " Guil et Durance " et, à l'avenir, le festival " Musique en Queyras ".

Pour ce qui concerne la mise en valeur du patrimoine, c'est d'un commun accord avec la commune que sera établi, année après année le programme des interventions des Amis de Ceillac. Cette meilleure coordination, qui permet aussi à chacun d'intervenir en fonction de ses compétences propres met en synergie l'action de l'association et de la municipalité.

Dans la discrétion mais avec efficacité, après un quart de siècle, les Amis de Ceillac qui comptent à la clôture du dernier exercice 170 membres à jour de leur cotisation, apportent la preuve que le patrimoine peut mobiliser et participe activement à la dynamique de la vie locale.

 

MONOGRAPHIE DE CEILLAC…et de 3

En 1976 , à la demande et avec le concours de l'Association des Amis de Ceillac les éditions Laffite Reprints de Marseille réimprimaient la Monographie de Ceillac publiée en 1926 par Jean Tivollier, membre de la Société d'études des Hautes-Alpes. Pour satisfaire les nombreuses demandes enregistrées, les Amis de Ceillac ont décidé de rééditer cet ouvrage qui tire sa richesse de l'exploitation méthodique de l'inventaire des archives de Ceillac réalisé par l'abbé Guillaume. Il s'agit bien d'une réédition du texte original, sans modification aucune, exceptées la présentation plus synoptique et la liste des maires jusqu'en 1926, celle ci- ayant été arrêtée à 1790 dans la première publication.

A cet ouvrage, sont annexées la liste des curés et des maires de 1926 à nos jours et un certain nombre de documents, plans et photographies qui évoquent certains objets usuels, des personnages, des métiers et l'habitat de la vallée du Cristillan. Comme il se doit, la couverture est illustrée par un dessin d'Odile présentant le clocher de l'église Saint- Sébastien.

 

Mardi 10 août 2004 : Tour de la vallée en moins de 24 heures

L'idée d'un tour rapide avait été initiée par Séizo V. et reprise par Benoit C. et Jib P., ces derniers ayant dû reporter leur tentative en raison d'une météo défavorable. Hier, Charles C., 22 ans, a relevé le défi...

C'est à 4 h 30, qu'il a quitté le village pour le rejoindre 20 h 40 plus tard, à 01 h 15 exactement, en descendant de la Saume. Au total, c'est un dénivelé positif d'environ 4090 m qui a été gravi. 3 points de ravitaillement (notamment pour l'eau ; 8 litres ont été nécessaires) avaient été programmés, à la Cula, à Tronchet et au Pas du Curé.

Cette performance, qui impose le respect, ne demande qu'à être améliorée. Avis aux amateurs !

tableau de marche

LIEU
HORAIRE
LIEU
HORAIRE
Ceillac
4 h 35
Col Clausis
15 h 15
Col de la Combasse
6 h 10
Col Tronchet
17 h 35
Col Bramousse
7 h 07
Col Girardin
19 h 15
Poste Optique
7 h 43
Lac Miroir
20 h 10
Col des Estronques
8 h 50
Pas du Curé
21 h 25
Pointe des Avers
11 h 15
Pointe de la Saume
22 h 30
Tête de la Cula
12 h 10
Ceillac
01 h 15

* L'ensemble des pauses réprésente un total de 2 h 30 sur les 20 h 40 du parcours.

Pour le tracé complet du parcours, cliquez sur : plan

 

nb : Il faut voir ce périple comme une course d'altitude et non pas comme une nouvelle façon de parcourir la montagne à l'emporte-pièce

 

Dimanche 11 juillet 2004 : Ceillac honore ses pompiers

Plusieurs centaines de personnes, habitants du village et touristes confondus, ont assisté ce dimanche 11 juillet à une manifestation très solennelle au cours de laquelle 5 pompiers du village ont été décorés de la médaille d'argent pour 20 ans de services et 3 autres promus.

Jean Claude CARLE, maire de Ceillac, Marcel CANNAT conseiller général de Guillestre représentant le Président Auguste TRUPHEME, Jean Claude CATALA, le nouveau conseiller général du canton d'Aiguilles, le capitaine COLLIER, les lieutenants GIAIME et GRANDDIDIER, l'adjudant GIRAUD ont passé la compagnie en revue, sous la conduite du sergent chef Jean MEISSIMILLY chef du centre d'intervention de Ceillac et cheville ouvrière de cette journée dont l'harmonie municipale de Guillestre puis les Briansonneurs ont rythmé les différentes phases.

Jean MEISSIMILLY, Claude GROSSAN, Jean Marie COLOMBET, Jean Pierre REYNAUD, Eugène MARCHIS, Bernard VALLERIAN ont été décorés. Alexandre MARCHIS, Sylvain CONY et Gilles MARTIEN ont été promus .

Auparavant un hommage appuyé avait été rendu à la mémoire du lieutenant colonel Patrice BLANC et de Claude FOURNIER prématurément disparus au printemps dernier.

Dans chacune des interventions les personnalités ont exprimé leur gratitude aux sapeurs pompiers bénévoles et leur volonté de tout mettre en œuvre pour les doter de moyens matériels performants et sécurisés et de locaux mieux adaptés aux besoins d'une équipe jeune, volontaire et soudée qui compte une infirmière dans ses rangs, Morgane et une jeune recrue, Nicolas RICHARD, 17 ans.

Comme le comité des fêtes évoquait, ce jour même, la vie d'autrefois dans les rues du village à travers différentes animations, le maire n'a pas manqué de rappeler que les pompiers perpétuaient l'esprit de solidarité, d'entraide et de partage qui ont longtemps caractérisé la vie dans les Hautes vallées.

Installés modestement dans un garage depuis la création du Corps il y a 22 ans, les sapeurs pompiers de ceillac attendent avec impatience une véritable caserne. Marcel CANNAT et Jean Claude CATALA feront tout pour que le conseil général réponde, le plus tôt possible, à cette attente légitime, largement soutenue par le capitaine COLLIER. La mairie a déjà identifié le terrain sur lequel elle pourra être édifiée.

Christian Grossan

 

Lundi 5 juillet 2004 : accident

Revenons sur cet accident d'avion survenu le dimanche 27 juin à 12 h 45...

Madame V.P., âgée de 40 ans, pilotait un avion de tourisme à destination de Tallard (aérodrome, à proximité de Gap), lorsqu'elle s'est perdue dans la vallée du Bois Noir. Perdant de l'altitude, pour une raison encore indéterminée, elle a effectué un atterrissage de fortune qui ne s'est pas, on s'en doute, déroulé dans les meilleures conditions au vu de la configuration très accidentée du terrain...

Merci à Françoise, de Meaux, pour ces photos

... Malgré tout, elle est parvenue à se poser, tant bien que mal, en dessous de la Cabane des Douaniers, vers 2500 m d'altitude.

Des randonneurs passant à proximité ont sorti le pilote, quelque peu sonné, de la carlingue et ont prévenu le PGHM qui, rapidement, a dépêché sur place un hélicoptère. Les gendarmes-secouristes ont ensuite évacué, sur Briançon, la blessée qui présentait de multiples contusions et une fracture à l'avant-bras.

 

Samedi 19 juin 2004 : Mariage de Christophe et Fabienne

Deux mariages consécutifs à Ceillac, ce n'est pas fréquent !

Si la météo n'était pas trop de la partie ce samedi 19 juin, cela n'a pas empêché Emile Gauthier, très ému, d'unir son fils, Christophe Gauthier (ingénieur en agriculture dans le Pas de Calais), et Fabienne Mayeux (comptable à Arras). C'est sous une pluie de fleurs d'acacia que les mariés ont été fêtés à la sortie de la mairie.

Après les cérémonies civile et religieuse, l'assistance, fort nombreuse, s'est retrouvée à la salle polyvalente pour arroser l'événement souligné par les prestations des groupes folkloriques des Gounellouns et du Païs Briancones.

S'en est suivi, bien entendu, le traditionnel repas de noces pris à l'Arsenal à Montdauphin.

 

Samedi 12 juin 2004 : Mariage de Pascal et Christine

Ce samedi, à 15 h 30, la salle du conseil était bien trop petite pour recevoir celles et ceux venus assister au mariage de Pascal Favier et de Christine Guebhart.

C'est Jean-Claude Carle, maire du village, qui a accueilli et uni le couple avec des mots simples, mêlant solennité et détente.

Une heure plus tard, le père Grossan, grand-oncle de Pascal, officiait pour la cérémonie religieuse en l'église Saint-sébastien.

La cérémonie achevée, le village, dans son entier, s'est retrouvé au Pré Jean afin de fêter les nouveaux mariés.

 

 

Vendredi 11 juin 2004 : Spectacle musical

Les enfants de l'école, à peine revenus de leur séjour en Corse, ont présenté, pour la troisième année consécutive, leur spectacle musical de fin d'année, avec, pour une fois, un peu d'avance sur la fête de la musique.

Ce spectacle a commencé par l'interprétation très appréciée d'un chant corse, appris quelques jours auparavant. Puis, a suivi une série de chansons balayant le vingtième siècle, de Lucienne Délyle au rap en passant par Edith Piaf ou encore Sabine Paturel.

Une dizaine d'adolescentes du village ont complété le spectacle avec quelques chansons plus récentes (Téléphone, Kyo...) fort bien interprétées et pour certaines illustrées d'une chorégraphie élaborée.

A la fin du spectacle, le public, nombreux, a manifesté son enthousiasme par des applaudissements nourris.

 

Mardi 1 juin 2004 : Départ pour la Corse

Ce matin, les enfants de l'école de Ceillac sont partis en Classe de découverte. Après quelques heures de car, ils ont pris l'avion pour Calvi, en Corse...

La destination finale exacte, c'est Galéria où ils passeront 10 jours à la Casa Marina, centre du parc Naturel Régional de Corse. Ils étudieront plus particulièrement le littoral avec sa faune et sa flore spécifiques mais aussi, bien sûr, l'histoire, la géographie et la musique de l'île.

Un beau séjour donc qui pourra être suivi, au jour le jour, sur ceillac.com (page vie de l'école).

 

Dimanche 30 mai 2004

* Equipe de France à l'entraînement

Les premiers randonneurs ont pu croiser, ce weekend, l'équipe de France de ski de vitesse (super G et descente) sur les pistes de fond de Ceillac. En effet, les coureurs, établis à la Maison du Roy, effectuent en ce moment un stage de préparation intensif (VTT, endurance, renforcement musculaire...). Ceillac proposant de nombreux parcours VTT, il était naturel de les rencontrer dans la vallée.

Après l'entraînement, cette équipe sympathique a répondu simplement à l'invitation de Jean-Claude Carle, maire de Ceillac, pour venir prendre le verre de l'amitié au Camping des Mélèzes et profiter d'un superbe cadre où le printemps s'est installé sans crier gare.

La semaine prochaine, ils partiront pour les Pyrénées où ils feront, en collaboration avec l'armée, un stage commando. Gageons qu'avec cette préparation pointue, ils seront particulièrement affutés pour accomplir une excellente saison l'hiver prochain.

 

Toute l'équipe réunie pour une verre au camping des Mélèzes : Pierre-Emmanuel DALCIN, Antoine DÉNÉRIAZ, Claude CRÉTIER, Yannick BERTRAND, Marc ROHOLLIER, David POISSON et Yohann CLAREY et l'équipe d'encadrement dont Lionel Bérard de la Maison du Roy (Lionel est technicien Dynastar pour l'équipe de France sur le circuit mondial descente hommes).

* Syndicat mixte

Le conseil d'administration du Syndicat Mixte qui, rappelons-le, a repris la gestion des remontées mécaniques du Queyras s'est réuni mardi 25 mai, à Aiguilles. L'ordre du jour était essentiellement consacré à la mise en place d'un nouveau bureau du fait du changement de majorité au Conseil Général. Le nouveau président est Jean-Claude Catala (nouveau conseiller général du Queyras). Alain Fourny (1er adjoint de Ceillac) et Marcel Cannat (conseiller général du Guillestrois) sont vice-présidents.

Il semblerait que les projets d'investissements pour rénover le parc des remontées mécaniques (avec une participation financière des communes limitée à 10 %) soient a priori maintenus.

Pour l'heure, un appel d'offres de Délégation de Service Public a été lancé pour la gestion desdites remontées.

 

Mercredi 19 mai 2004 : Election du président du Parc du Queyras

Au soir des élections cantonales, Mr Pierre Eyméoud, n'ayant pas été réelu conseiller général du Queyras, avait dû démissionner de la présidence du Parc Naturel Régional du Queyras. Mr Pierre Blanc, maire d'Arvieux, et vice-président du Parc, avait depuis assuré la présidence, par interim.

Lundi 17 mai, le Comité Syndical du Parc s'est réuni afin de procéder à l'election d'un nouveau président. Ce Comité Syndical est composé de la manière suivante : 16 représentants des communes (2 par village), 4 représentants de la Région, 2 représentants du Conseil Général, 3 représentants du Guillestrois. Le seul candidat qui s'est présenté, Pierre Blanc, a été élu au premier tour avec 15 voix (6 blancs, 2 nuls).

Ont été élus à la vice-présidence : Jean-Claude Catala (nouveau conseiller général), Yves Goïc (1 er adjoint d'Abriès) et Marie Bouchy (Région, liste des Verts). Yves Fouque (adjoint Ceillac) et Luc Herry (Molines) ont, quant à eux, été élus respectivement rapporteur du budget et secrétaire.

Mr Astruc, directeur du Parc quittera également bientôt ses fonctions pour prendre la direction du Parc National de Port-Cros. Un appel national à candidature sera prochainement lancé pour le remplacer.

 

Mardi 18 mai 2004 : ADIEU CLAUDE

Le combat était par trop inégal. Claude FOURNIER l'a mené jusqu'au bout malgré la douleur avec détermination et lucidité, formidablement soutenu par son épouse, ses enfants, son papa, son frère et toute leur famille. Il s'est éteint dans sa maison, cette maison toujours ouverte, dans ce village qu' il a profondément marqué à différents titres. Il avait 56 ans.

Après une enfance difficile - il avait quelques mois quand sa maman est morte - il travaille très jeune la terre d'abord, sur des chantiers ensuite avant de se tourner vers la restauration. A AUTRANS, au centre de formation de l'AFRAT il va parfaire sa connaissance des exigences du tourisme, satisfaire sa curiosité toujours en éveil, tisser, de solides amitiés et rencontrer Simone. Ce sens de l'ouverture aux autres, de l'accueil, du respect des autres que lui a inculqué son père, c'est au snack de Girardin d'abord, dans ses locations meublés ensuite, qu'il va en faire, véritablement sa seconde nature : le large sourire, le mouvement ample du bras pour saluer, les mots justes et souvent imagés. A la fin des années soixante-dix, il rejoint l'équipe très réduite des agents communaux. Son dévouement, son autorité naturelle, son solide bon sens, ses compétences techniques dans de nombreux domaines en feront un collaborateur très apprécié par les municipalités successives et un collègue toujours prêt à rendre service. Il tient aussi le poste local d'observation de la météo, avec méthode et rigueur. Ses connaissances en matière de nivologie en font un membre très écouté de la commission de sécurité. Il sera jusqu'à l'an dernier l'adjoint du chef de corps des sapeurs pompiers où là aussi son esprit enjoué, son sens de l'initiative et de l'organisation lui valent toutes les sympathies, toutes les considérations. La mort qui vient trop tôt d'interrompre cette belle vie brise le cœur de toute sa famille et prive Ceillac de l'une de ses figures les plus attachantes.

Claude n'avait que des amis, de très nombreux amis avec lesquels il s'entretenait de tout. Ils auront à cœur de perpétuer sa mémoire, d'aimer la vie comme il l'aimait, de parcourir la montagne comme il aimait à le faire avec eux. Adieu Claude, tu vas nous manquer.

Christian Grossan

 

Mercredi 14 avril 2004 : cloches muettes

Depuis quelques semaines et pour quelques jours encore, les deux grandes cloches sont muettes dans le clocher très original de l’église St Sébastien.

Non, elles ne sont pas parties à Rome pour les fêtes de Pâques ….

Tout simplement, elles ont été déposées pour permettre à une entreprise spécialisée de fabriquer et de remplacer un certain nombre de pièces usées par des siècles d’intempéries et de bons et loyaux services. Dans le mur du clocher, elles reposent sur leur pince (base de la cloche), privée de leur énorme mouton (pièce de mélèze supportant la cloche) patiné par le temps ; en effet, les ferrures rouillées et fissurées, reliant le mouton au cerveau (haut de la cloche), menaçaient de se rompre.

Dans le mur du clocher, les coussinets devront aussi être remplacés pour recevoir les tourillons sur lesquels les cloches pourront tourner en toute sécurité.

Alors, et, pour quelques siècles encore, elles rythmeront de nouveau la vie du village, faisant participer chacun aux événements heureux ou tristes de la vallée.

(Christian Grossan)

 

Jeudi 1 er avril 2004 : Chute de météorite

Dégâts sur le clocher et une partie du toit

Cette nuit, vers 4 h 30, un sifflement aigu, suivi d'une violente explosion, a réveillé le village endormi. Peu de temps après, le tocsin a sonné et tous les ceillaquins, angoissés, se sont retrouvés sur la place Philippe Lamour. Jeannot, du joli hameau de la Clapière, a annoncé aux habitants surpris que la vieille église Sainte-Cécile avait perdu son majestueux clocher. Alors, tout le monde s'est rendu sur place...

Arrivés au cimetière, chacun a pu constater, effectivement, qu'une grande partie du haut clocher était bel et bien tombée et qu'un pan entier du toit était détruit. Un immense cratère était également visible dans la partie nord du cimetière, là où, heureusement, il n'y a pas de tombes.

Les secours prévenus sont arrivés sur place très rapidement. Ils ont constaté que les importants dégâts avaient été causés par une météorite de belle taille. Les premières analyses effectuées par le SDIS 05 ont établi que la roche fumante était radioactive et qu'elle renfermait un métal inconnu. Aussitôt, le secteur a été sécurisé et balisé.

Les journalistes impressionnés ont rapidement rapporté l'événement dans la presse écrite et audio-visuelle.

Dès demain, un architecte compétent des Monuments Historiques doit venir à Ceillac pour évaluer les dégâts et la durée des travaux nécessaires.

L'église avant la chute de la métorite

 

 

Dimanche 28 mars 2004 : Ouverture de la station ~ Élections

* La saison d'hiver 2003/2004 touche à sa fin, mais la station de Ceillac reste ouverte jusqu’au 12 Avril. Cependant, comme l’an passé, le rythme de la station va changer pour les deux dernières semaines d’ouverture.

Du Lundi 29 Mars au Lundi 12 Avril inclus :

- Les Remontées Mécaniques sont ouvertes de 9 h 30 à 13 h 30.

- La Caisse au pied des pistes est ouverte de 9 h 30 à 13 h.

- La Navette circule de 9 h 30 à 14 h. Rotations toutes les 25 à 30 min.

- Les tarifs (½ journée matin) des forfaits seront : : 12,70 €/adulte (- 12 ans et + 60 ans : 10,30 €).

 

* Résultats des élections régionales pour Ceillac :

Le taux de participation est de 63 % (169 votants sur 268 inscrits) . Ont obtenu :

- Liste Muselier (UMP) : 93 voix (56 %)

- Liste Vauzelle Michel (PS-PC-VERTS) : 65 voix (39,2 %)

- Liste Macary (FN) : 8 voix (4,8 %)

 

* Résultats des élections cantonales pour le Haut Queyras

Jean-Claude Catala (divers gauche) emporte les élections et devient le nouveau conseiller général du canton, avec 50,9 % des voix. Mr Pierre Eyméoud, conseiller général sortant (et vice-président du conseil général) perd donc son siège.

On notera le taux de participation très élevé pour ces élections, quasiment 80 %, et les grandes disparités des scores obtenus par les candidats selon les villages (source www.cg05.fr).

 

Mercredi 24 mars 2004 : travaux

Des travaux de purges de falaises vont être réalisés sur la RD902 (route d'accès au Queyras depuis Guillestre) entre "Montgauvie" et "la Maison du Roy" (Gorges du Guil).

Cela implique des conditions de circulation restreintes : la route sera fermée dans les 2 sens du Lundi 29 Mars au Vendredi 2 Avril de 9h à 11h30 et de 14h à 16h30, avec une circulation par alternat pendant les périodes d'ouverture de la route.

 

Dimanche 21 mars 2004 : résultats des élections régionales

Le taux de participation s'élève à 62,2 %. Les résultats obtenus par les différentes listes, ayant obtenu des voix, sont les suivants :

Inscrits : 268 ; votants : 167 ; suffrages exprimés : 161 (6 bulletins blancs ou nuls)

- Liste Muselier (UMP) : 74 voix (46 %)

- Liste Vauzelle Michel (PS-PC-VERTS) : 49 voix (30,4 %)

- Liste Vidal-Daumas (CPNT) : 13 voix (8 %)

- Liste Macary (FN) : 9 voix (5,5 %)

- Liste Joshua (LCR-LO) : 5 voix (3,1 %)

- Liste Vauzelle Alain (Ext Dte) : 5 voix (3,1 %)

- Liste Sanmarco (Div. Gche) : 3 voix (1,9 %)

- Liste De Rocquigny (Défi Jeune) : 2 voix (1,2 %)

- Liste Persia (Div Dte) : 1 voix (0,6 %)

 

 

* Les communes du Haut-Queyras élisaient également, ce jour-là, leur conseiller général. Ont obtenu :

- Eyméoud (UMP) : 30,14 %

- Catala (SE : sans étiquette) : 20,40 %

- Wursteisen (PC) : 18,12 %

- Pitera (UMP) : 12,1 %

- Tonda (SE) : 10,02 %

- Dechanet (SE) : 6,04 %

- Commier (FN) : 3,27 %

 

Au vu des résultats, il ressort que le conseiller général sortant, Pierre Eyméoud, n'est pas assuré de sa réélection, et ce d'autant plus que Mr Wurteisen se désiste en faveur de Mr Catala.... Un match intéressant à suivre donc, dimanche prochain...

 

Mercredi 17 mars 2004 : dernière semaine pour l'enquête publique

Il ne reste plus qu'aujourd'hui (de 9h à 12 h) et vendredi (13 h 30 à 17 h) pour faire part de ses observations sur le projet de P.P.R. des services de l'Etat.

Rappelons que les résultats de cette enquête seront essentiels. Ils seront normalement pris en compte, par Mr le Préfet des Hautes-Alpes, avant d'arrêter définitivement le P.P.R., lequel P.P.R. servira de cadre pour l'établissement du PLU (Plan Local d'urbanisme qui remplace le POS, PLan d'Occupation des Sols).

Voici, 4 contributions déposées auprès du commissaire-enquêteur :

- lettre de Laurent Favier

- lettre de Célestin Fournier (Belon)

- lettre de Jean-Sébastien Carle

- lettre de Jean-Paul Fournier

 

Dimanche 14 mars 2004 : Coupure électrique - Accident - Course de fond

* Coupure électrique

Ceillac a subi, samedi 13 mars, une importante coupure électrique, de 16 h 20 à 0 h 15. Cette coupure a concerné, pour partie, également Guillestre, Montdauphin et Eygliers. Elle a permis, s'il en était besoin, de mesurer l'importance de l'énergie électrique au quotidien, une énergie dont nous sommes, pour la plupart, très dépendants...

* Tragique accident

Vers 7 h 30 du matin, ce dimanche 14 mars, un jeune guillestrin, âgé d'une vingtaine d'années. a été électrocuté alors qu'il gravissait un pylône électrique, face au camping des Moutets. Les témoins présents, relayés par les secours, n'ont malheureusement rien pu faire pour le ranimer, malgré les gestes de premiers secours entrepris immédiatement.

Cet accident ne peut que rappeler l'électrisation (au cours de l'été 2003) sur la même ligne électrique de 20.000 volts d'un jeune ceillaquin. Ce dernier, qui avait heurté accidentellement la ligne avec un tube métallique destiné à l'irrigation, avait été évacué nuitamment par hélicoptère et hospitalisé avec, notamment, des brûlures importantes aux pieds.

* Course de fond

Une neige d'une teinte inhabituelle, colorée par le sable saharien tombé ces dernières semaines.

252 coureurs ont participé à la course de ski de fond sous un ciel un gris mais sans la pluie ou la neige primitivement annoncée par Météo-France.

La course s'est déroulée dans de bonnes conditions malgré quelques soucis électriques et une ambiance entâchée par l'accident survenu 2 heures plus tôt (voir au-dessus).

 

Mercredi 25 février 2004 : P.P.R. ~ Mardi Gras

* Plan de Prévention des Risques : l'enquête publique a commencé

Beaucoup de communes sont soumises à un Plan de Prévention des Risques (P.P.R.). En 1997, celui de Ceillac a été lancé et les études ont commencé pour analyser les risques qui menaçaient, dans la commune, les biens et les personnes : risques d'avalanches et de chutes de pierres, risques d'inondations par les torrents ou les ravins, risques de glissement de terrain.

Après plusieurs années d'études, les services de l'Etat ont proposé un ensemble de cartes et de règlements qui correspondent à l'analyse des risques et aux dispositions devant impérativement être respectées dans les différentes zones de risques ainsi définies.

Ces cartes ont été discutées, depuis 2 ans, avec la commune qui, si elle reconnaît les risques existants, n'accepte pas un certain nombre de propositions pour lesquelles les risques lui apparaissent comme exagérement surévalués, interdisant par là même tout développement raisonné du village.

Aujourd'hui, le plan est mis à l'enquête publique, c'est à dire que le Plan de Prévention des Risques est soumis à la population qui donnera son avis, fera part de ses remarques et observations à un commissaire-enquêteur (nommé par le Préfet) qui sera présent à la mairie aux dates suivantes :

Mardi 24 février (13 h 30 à 17 h) Lundi 8 mars (13 h 30 à 17 h)
Vendredi 27 février (13 h 30 à 17 h) Vendredi 12 mars (9 h à 12 h)
Mardi 2 mars (9 h à 12 h) Mercredi 17 mars (9 h à 12 h)
Vendredi 5 mars (13 h 30 à 17 h) Vendredi 19 mars (13 h 30 à 17 h).

Les points essentiels de désaccord portent sur :

- le vieux village (le P.P.R. menace d'interdire tout aménagement nouveau dans le village, même dans les bâtiments existants à cause du risque d'inondation, les travaux déjà réalisés n'étant pas pris en compte).

- sur des terrains proches des villages (Ceillac, L'Ochette, La Clapière) où le P.P.R. limite ou interdit à la construction des secteurs qui pourraient sans risque permettre l'installation de logements.

- sur les hameaux où le P.P.R. n'a pas corrigé quelques risques (d'avalanche essentiellement) qui restent mal situés et mettent en zone à risque fort des secteurs non menacés.

Les élus et les employés municipaux sont à la disposition de tous ceux qui veulent réagir face à ce P.P.R., pendant toute la durée de cette enquête (du lundi 23 février jusqu'au vendredi 19 mars), pour aider à consulter les documents et les plans et ainsi préparer à l'entrevue avec le commissaire-enquêteur.

 

Nota Bene : Les avis et observations peuvent être formulés par écrit. Il suffit d'adresser un courrier à la mairie de Ceillac pour ce faire.

 

* Mardi Gras

Désolé mais votre navigateur ne supporte pas le java.

Comme chaque année, les "épicières" se sont déguisées à l'occasion du Mardi Gras.

Les clients ont ainsi pu être servis par des titis parisiens ou un chirurgien à la boucherie-charcuterie, par un jardinier ou un chevalier aux fruits et légumes, par une sorcière aux fromages..., le règlement des achats s'effectuant auprès de Miss Mac Gonagall ou d'une gheisha.

Au final, une ambiance sympa, conviviale... que chacun a pu apprécier à sa juste valeur.

 

Mercredi 18 février 2004 : Naissance de Margaux

Manon Fournier nous présente sa petite soeur Margaux venue au monde le 12 février à Briançon (à 23 h 26 très exactement)...

Le bébé se porte très bien et a déjà retrouvé, et même dépassé, son poids initial qui était de 3,360 kg (pour une taille de 49 cm). Morgane Fournier, sa maman (et épouse de Yannick Fournier), se porte également très bien.

 

Dimanche 8 février 2004 : Lettre d'informations de la municipalité

Les habitants de Ceillac devraient trouver dans leur boîte aux lettres la dernière lettre d'informations de la municipalité qui fait le point sur l'avancement des différents dossiers et projets de la commune et notamment les réalisations, la mise à niveau du domaine alpin, le P.P.R. et le P.L.U., les différents travaux...

Pour la lire dans son intégralité... : CLIC !

 

Dimanche 25 janvier 2004 : Sainte Barbe

Jeannot Meissimilly lors de son allocution, face aux 14 pompiers du corps de Ceillac.

Tous les pompiers de la commune, soit 14 hommes et une femme, étaient réunis à l'occasion de la Sainte Barbe (patronne des pompiers) à la salle polyvalente du village.

Le capitaine Collier (resp. du groupement nord), Marcel Cannat, conseiller général, le lieutenant Grand-Didier et J-C Carle, maire de Ceillac, étaient présents pour remettre les galons de sergent à Sébastien Meissimilly, ceux de caporal à Pascal Fournier, le diplôme de Feu de Forêt (niveau 1) à dix pompiers et la fourragère à l'ensemble des sapeurs.

Jean-Claude Carle a remercié les pompiers pour leur dévouement et leur sens du service, un service pour lequel la population, dans son ensemble, leur est redevable. Il a fait état de l'avancement du projet de nouvelle caserne, le conseil municipal ayant arrêté définitivement son emplacement à L'Ochette (en dessous V.V.F.).

Le capitaine Collier, en cette occasion, a également tenu à rendre hommage aux pompiers de Ceillac et à leur chef de corps, Jeannot Meissimilly, pour leur abnégation. Il a souligné l'importance de l'existence de ce corps de proximité pour une commune isolée comme Ceillac, un corps pour lequel il souhaite la mise en place rapide d'une paramédicalisation. Il s'est par ailleurs félicité des bonnes relations de travail avec la commune, notamment en ce qui concerne le projet de future caserne.

Marcel Cannat a, quant à lui, rappelé l'importance que revêtaient les pompiers pour le Conseil Général. Il a annoncé l'achat de 3 V.S.A.B. pour cette année, dont un pour Guillestre.

Cette fête s'est achevée par le verre de l'amitié et la dégustation de la traditionnelle galette.

 

Mardi 13 janvier 2004 : maternelle maintenue

Marcel Cannat, conseiller général, accompagné de Jean-Claude Carle (maire de Ceillac) et d'Alain Fourny (1 er adjoint) est venu, ce soir, à l'école annoncer la bonne nouvelle : l'inspection académique renonce à fermer la maternelle l'an prochain.

Ce maintien est le fruit d'un long périple où se sont succédés les réunions, les contacts, les coups de téléphone ... pour argumenter, expliquer, revendiquer la spécificité de Ceillac, réclamer le droit à l'éducation et le maintien de la maternelle pour ne pas déstabiliser l'école et le village. L'inspection académique a finalement pris la bonne décision en ne compromettant pas l'avenir même de la vallée.

On ne peut donc que remercier tous ceux qui se sont mobilisés et ont oeuvré pour ce faire, que ce soit les parents, les élus, l'école et aussi tous ceux qui au travers de la "tribune libre" de ce site ont manifesté leur colère et leur soutien, ajoutant à la légitimité du dossier.

 

Mardi 6 janvier 2004 : réunion du CLE

Ce soir, s'est tenue la réunion du C.L.E. (Comité Local d'Education) qui réunit l'inspecteur de l'Education Nationale, parents élus, élus (maires, conseillers généraux) et directeurs d'école. Si l'ordre du jour comportait plusieurs points, les débats ont essentiellement tourné autour de la carte scolaire et des propositions de fermeture de la maternelle de Ceillac et d'une classe à Abriès.

Avant d'amorcer le débat sur la carte scolaire, Mr Rossano, inspecteur de l'Education Nationale (circonscription de Briançon) a précisé que la décision finale, quant aux propositions de fermeture, serait prise par Mr Amedro, inspecteur académique des Hautes Alpes lors de la réunion du C.D.E.N. qui se tiendra le 10 février (Le Comité Départemental de l'Education Nationale réunit tous les interlocuteurs ayant à voir avec l'Education Nationale : parents, collectivités, délégués du personnels, Conseil Général, Préfet, Inspection Académique. Il traite et donne un avis (consultatif) sur toutes les questions d'organisation des services d'enseignements dans le département : carte scolaire, transports, dotations et travaux des collèges...) .

Cette précison apportée, Mr Rossano a présenté des éléments chiffrés qui montrent une certaine pression démographique dans le sud du département et une baisse globale des effectifs dans le briançonnais. Le département travaillant, a priori, à moyens constants, l'inspection académique cherche à récupérer des postes dans le nord du département pour répondre aux hausses d'effectifs danns le sud.

Les différents élus (maires d'Abriès, d'Aiguilles,de Château, d'Arvieux, de Ceillac... , Mrs Eyméoud et Cannat, conseillers généraux) ainsi que les très nombreux parents présents ont développé une argumentation solide mettant en avant la spécificité du Queyras, l'obligation de service public, le droit à l'éducation (et, de fait, l'équité pour les écoles de montagne déjà largement handicapées de par leur isolement), les programmes de logements bientôt réalisés, l'importance de l'école pour la socialisation des enfants, la déstabilisation qu'entraînerait toute mesure de fermeture...

En ce qui concerne l'école de Ceillac, Mr Rossano envisage 3 hypothèses : la fermeture sèche de la maternelle, le maintien du poste ou un mi-temps. Cette dernière proposition a fait vivement réagir les ceillaquins présents qui se sont demandés si elle n'était pas destinée à pousser la commune à créer une école privée pour pallier le désengagement de l'état.

En résumé, aucune décision n'est encore prise. Jean-Claude Carle, maire de Ceillac, et Marcel Cannat, conseiller général, vont demander audience auprès de l'inspecteur d'académie pour défendre, corps et biens, l'école de Ceillac et faire valoir les arguments qui manquent pas contre la fermeture envisagée.

A suivre donc...

dernière minute : une entrevue aura lieu dès ce soir avec l'inspecteur d'académie, entrevue à laquelle particperont Jean-Claude Carle (maire), Marcel Cannat (conseiller général), Michel Chavrot (directeur de l'école), ainsi que 2 représentants de parents

 

Jeudi 1 janvier 2004 : nouvelle année

En cette nouvelle année qui commence, souhaitons tout d'abord une année pleine et riche à chacun avec le courage qui sied pour affronter les inévitables vicissitudes de la vie, bien dure et injuste parfois...

Souhaitons aussi longue vie à cette belle vallée de Ceillac, qu'elle sache garder et préserver ce qui fait son attrait, son cadre, son accueil, son humanité tout simplement, tout en veillant à son avenir.

BONNE ANNÉE A TOUS !

 

Mercredi 24 décembre 2003 : crèche vivante

 

Malgré le froid très vif, dès 14 heures, les premiers curieux étaient postés devant la porte de la grange de " la Madeleine " au milieu du village.

Pour la première fois à Ceillac, une crèche vivante commémorait à la veille de Noël la naissance du Christ dans la simplicité et le dénuement.

Jean Yves est arrivé avec une belle vache de race Abondance, puis Hervé est venu avec un âne, celui-là même qui porte les bagages des randonneurs l'été, sur les sentiers du Queyras. Enfin les brebis de Jojo tirées de la chaleur de la bergerie sont arrivées en bêlant.

Avec un peu d'avance sur le calendrier liturgique, les rois mages sont venus présenter leur hommage à l'enfant " nouveau né ", allongé sur la paille de seigle.

Mais déjà, on passe de l'an 0 à Noël 2003, l'arrivée du Père Noël est annoncée.

(Christian Grossan)

 

Dernières nouvelles 2003 ~ Dernières nouvelles 2002 ~ Dernières nouvelles 2001 ~ Dernières nouvelles 2000