Mercredi 13 Janvier 2010 : Passation de commmandement

Samedi 9 février, dans la toute nouvelle caserne des pompiers à peine inaugurée, a eu lieu une passation de commandement du centre de secours.


Les pompiers volontaires de Ceillac

Sébastien Meissimilly, adjudant, chef du centre de secours a souhaité pour des raisons professionnelles et familiales ne plus assumer la lourde tâche qui lui incombait jusqu'à lors. Il avait succédé dans cette mission à son père, Jean Meissimilly, le 4 septembre 2005. C'est donc le sergent Pascal Fournier qui, désormais, prendra la direction du centre de secours de Ceillac, un centre qui compte 11 pompiers volontaires dont 2 femmes. Clément Marchis assurera, quant à lui, la fonction de chef de centre adjoint.


Passation effectuée par le capitaine Collier, chef du groupement nord.

Etaient présents à cette cérémonie menée par le capitaine Collier, chef du groupement nord, le maire de Ceillac et sa première adjointe, Marcel Cannat, vice-président du Conseil Général, les chefs de centre de Guillestre, d'Aiguilles et de Chateauroux ainsi qu'une nombreuse assistance ceillaquine.

Ce moment solennel a été également l'occasion de remettre à Pascal Fournier la médaille d'argent pour 20 ans de service, le diplôme de chef d'agrès (chef d'équipe) de feux de forêt à Clément Marchis et le diplôme du premiers secours en équipe (PSE1 et 2) à Bernard Vallérian.


Remise des diplômes

Le traditionnel pot de l'amitié, offert par l'amicale des pompiers de Ceillac et la mairie, a clos, avec convivialité, la réunion.

 

Dimanche 20 décembre 2009 : Les pompiers de Ceillac ont une caserne !

Rarement on aura vu à Ceillac un aréopage tel que celui que Célestin Fournier a accueilli à Ceillac ce vendredi 18 décembre : Nicolas Chapuis (Préfet), Cécile LEGRAND (Sous-Préfète), Joël Giraud (Député), Jean-Yves Dusserre (Président du Conseil Général), Raymond Marigne (Vice-Président du conseil général et Président du service départemental d’incendie et  de Secours (S.D.I.S)), Marcel Cannat (Vice-Président du Conseil Général, Conseiller Général du canton de Guillestre), Jean-Claude Catala (Conseiller Général du canton d’Aiguilles), Christian Laurens (Président de la communauté de communes « l’Escarton du Queyras » et Maire de Ristolas), Danielle GUIGNARD (Maire de Saint-Véran), Jean-Louis Poncet (Maire de Chateau-Ville-vieille), Francis Martin (Maire de Molines), plusieurs conseillers municipaux de Ceillac et des autres communes de la communauté, le Colonel Moreau et le Commandant Collier du service départemental d’incendie et de secours, les chefs de corps des sapeurs pompiers du Queyras et du Guillestrois, et des sapeurs pompiers de Ceillac et des vallées voisines.

Tous étaient réunis pour inaugurer le nouveau centre de secours de Ceillac qui a été construit à Ceillac par la communauté de communes du Queyras  et dont le coût, 500.000 €, a été financé par le Conseil général (70%) et la  communauté de communes (30%).

Après le traditionnel « couper de ruban »,  le Maire de Ceillac a salué  les autorités et l’assistance puis Christian Laurens a rappelé les conditions techniques et financières de cette réalisation  engagée en 2006 et rendue possible grâce à l’engagement exceptionnel du Conseil général.

Raymond Marigne, Président du S.D.I.S s’est félicité de la forte implication du conseil général avant de rendre un hommage appuyé aux sapeurs pompiers des Hautes-Alpes et de Ceillac.

Jean-Yves Dusserre, Président du Conseil général  a insisté pour sa part sur le rôle essentiel des pompiers volontaires qui, dans des vallées isolées comme le sont celles du Queyras jouent un rôle essentiel en termes d’aménagement du territoire et de services publics. Il a dit la fierté du Conseil général des Hautes-Alpes qui est l’un de ceux qui font le plus dans ce domaine.

Joël Giraud, député, s’est placé sur le même registre en soulignant l’importance d’une telle structure et des volontaires grâce auxquels elle vit  pour le maintien de la vie dans les vallées isolées de montagne et en rappelant la spécificité des zones de montagne.

Achevant la série des interventions, Nicolas Chapuis, le tout nouveau Préfet du département  - qui était auparavant Ministre plénipotentiaire auprès de l’ambassade de Chine - a raconté qu’après sa nomination, cherchant une documentation sur les Hautes-Alpes dans les librairies parisiennes, il avait d’abord  trouvé un ouvrage sur le Queyras, avant d’insister à son tour sur le rôle essentiel des sapeurs pompiers volontaires et le bien fondé de la politique poursuivie par le Département pour les doter des moyens nécessaires à l’exercice de leur mission.

Un vin d’honneur, servi dans le garage de la nouvelle caserne a permis aux uns et aux autres de poursuivre les discussions et, d’échanger des vœux  pour les fêtes de Noël à venir et le nouvel an.

Christian Grossan

 

Quelques aperçus du nouveau centre de secours

 

Mardi 15 décembre 2009 : Le parc naturel  régional du Queyras: le label pour 12 ans

Au terme d'une longue procédure qui comportait pour la première fois une enquête publique, le projet de charte révisée du Parc Naturel régional du Queyras  a été approuvé le 14 décembre 2009, par 14 voix pour et 2 contre par le Conseil national de protection de la nature.

Il appartient désormais au chef du gouvernement de signer le décret correspondant qui  devrait intervenir aux premiers jours de l'année et qui renouvellera au territoire concerné le label Parc Naturel Régional pour une nouvelle période de 12 ans...

Ainsi, le Parc naturel Régional du Queyras créé en mars 1977 à l'initiative de Philippe Lamour qui en sera le premier président et le restera jusqu'à sa mort en juillet 1992, pourra-t-il se prévaloir de ce label prestigieux et reconnu qui valorise tout à la fois le territoire et les produits de ce territoire. On imagine aisément la force et l'impact de ce label dans le domaine du tourisme.

Si on doit se réjouir de cette décision, on ne peut pas ne pas regretter que le parc naturel régional du Queyras qui était déjà le plus petit et le moins peuplé des parcs naturels de France ait été amputé d'une partie importante de son territoire : le val d'Escreins. Cette réserve de nature de 2500 hectares, sur la commune de Vars est un joyau patrimonial et paysager qui  va manquer singulièrement à l'entité Parc du Queyras tout entière.

Déjà, peu après le lancement de la procédure de révision, la Région et l'Etat qui étaient favorables à l'adjonction au territoire du Parc de la Commune de Montdauphin et de la totalité du territoire des communes de Guillestre et d'Eygliers avaient dû renoncer à cette ambition qui était pourtant très cohérente en termes de patrimoine naturel et paysager. Depuis, la citadelle de Montdauphin a été inscrite au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO... Il serait vain de rechercher à qui incombe la responsabilité de ces occasions manquées.

Mais force est quand même de constater que le Parc du Queyras semble souffrir, depuis l'origine, d'un problème de reconnaissance et d'identité.

Créé en 1977 sur le territoire de 11 communes correspondant sensiblement aux bassins du Guil et du Rif Bel,  il n'en compte plus désormais que 10 alors que le périmètre d'étude, tout au long de la période 1971-1977, portait sur un territoire  très cohérent et beaucoup plus vaste incluant la Haute-Ubaye et la commune de Cervières.

Christian Grossan

Lire la charte présentée le Parc et approuvée par le CNPN

 

Mardi 1 er décembre 2009 : L'hiver est à Ceillac

L'hiver s'est installé à Ceillac. Il a neigé abondamment dans la nuit de dimanche à lundi et lundi toute la journée.

Au total, ce sont environ 45 cm de neige fraîche qui sont tombés au village. Il faut compter bien plus en altitude, de l'ordre de 60 cm au moins à 2000 m.

Cette première chute constituera une sous-couche pour le moins confortable prête à accueillir les futures chutes de neige, la prochaine étant annoncée dès jeudi.

La saison hivernale se présente donc sous les meilleurs auspices...

 

 

 


Place Philippe Lamour


Eglise Sainte-Cécile


Vue générale

 

Mardi 1 er décembre 2009 : Naissance d'Elise

Angèle, Mathilde et Jean Favier nous annonce la naissance de leur petite soeur, Elise, née à Briançon le 24 novembre à 20 h 52. Elle est en pleine forme (3,290 kg, 52,5 cm) et se montre ravie de découvrir sa vallée tout de blanc revêtue...

 

Jeudi 26 novembre 2009 : Naissance d'Eloann

Marine, fille de Marie-Line Chabrand et Jean Philippe Champilou, nous annonce la naissance de sa soeur Eloann (3,64 kg), née le 1 novembre à 2 h 34, à Briançon.

 

Lundi 23 novembre 2009 : Yves Picmard assassiné

Les habitants de Ceillac ont appris avec consternation le décès d'Yves Picmard lâchement assassiné au volant de sa voiture le 21 novembre dernier, entre Larrache et Ksar el Kébir, au nord du Maroc.

Yves Picmard a exercé parmi nous, pendant plus de 20 ans et avec un rare talent, son métier de masseur kinésithérapeute  à domicile. Il n'est pas une famille du village qui n'ait eu recours à ses services qu'il dispensait souvent  à titre gràcieux.

Grand amateur de ski de fond, il a inculqué avec rigueur et méthode à toute une génération de jeunes les rudiments de cette belle pratique sportive. Son charisme et sa barbe légendaire lui avaient valu, avec un peu de dérision, d'être appelé "Le druide" par les jeunes compétiteurs. Et lorsqu'il créa le Club des Trolls, il n'imaginait pas que plusieurs de "ses jeunes" se hisseraient aux premières places des podiums nationaux.

Son métier et la passion qu'il nourrissait pour la montagne et les activités de pleine nature l'ont mis au contact de tout et de tous et sa forte personnalité le poussait à prendre des positions qui ne furent pas toujours comprises parce qu'elles n'étaient pas toujours très conventionnelles.

Yves au cours d'une séance de fartage en 2004.

On se souviendra de lui  comme d'un professionnel de grande qualité et d'un homme généreux sous des apparences parfois  revêches. Ce Tourangeau d'origine avait su apprivoiser la haute montagne au point d'y vivre dans des conditions plus que spartiates dans un vieux chalet à la Cime du Mélézet d'abord, dans une caravane installée à La Riaille ensuite.

Il avait quitté Ceillac depuis quelques années pour s'établir au Maroc avec sa compagne  et vivre une retraite paisible sur l'autre rive de la Méditerranée. Le destin en a malheureusement décidé autrement.

Nous assurons sa fille Vania établie à Arvieux  de notre profonde sympathie.

Christian Grossan


Au cours d'un entraînement avec le club des Trolls qu'il avait créé.

 

Dimanche 22 novembre 2009 : Décès de Bernard Théret

Nous avons appris le décès à Pantin (93)  de Bernard Théret. Il avait 63 ans.

De ses nombreux séjours à Ceillac au début des années 80, il avait conservé  un souvenir très précis, de tous et de tout.

Cet imprimeur dont la haute silhouette parcourait les rues du village et des hameaux à longueur de journée, à l'affût du moindre détail, a réalisé de  très nombreuses  photographies et même une série de cartes postales.

Il fut aussi un militant très actif à l'association "Les Amis de Ceillac".

Que sa famille soit assurée de notre sympathie

 

Mercredi 18 novembre 2009 : Station d'épuration

Nous avons pu accompagner Lucie Gantès, technicienne au service "eau et environnement" du Conseil Général, où elle est en charge avec 2 autres collègues des missions de terrain du SATESE : service d'assistance technique aux exploitants de stations d'épuration.

Elle venait à Ceillac procéder à l'audit des équipements d’autosurveillance qui permettent, à intervalles réguliers, de vérifier les performances de l'unité de traitement  des eaux usées et, le cas échéant, de  faire un certain nombre de recommandations relatives à l'exploitation de la station d’épuration.

Lors de cet audit le 5 novembre, la technicienne a procédé au contrôle du débitmètre de la station situé en sortie d’ouvrages et des deux préleveurs (un avant le traitement épuratoire et un après). Le débitmètre permet de connaître le volume d’eau traité par la station d’épuration en instantané et les préleveurs permettent de récolter une petite part d’effluent à intervalle régulier et, ainsi, de constituer un échantillon proportionnel aux volumes passés.

Sous l'autorité de Cécile Bellon, Jean-Claude ARTS, technicien de la Communauté de Communes est sur place en charge du fonctionnement et de la maintenance de cet équipement  réalisé par la Communauté de Communes "L'Escarton du Queyras" et mis en service fin 2008. La capacité  de cette station d'épuration correspond au traitement des effluents d'une population de 3250  habitants.

Construite à l'aval du plateau de Ceillac, au lieu dit Ruine Vieille, cette station, parfaitement intégrée et à peu près invisible pour les automobilistes circulant sur la route départementale,  fait appel à un traitement biologique des eaux usées.

Après un dégrillage permettant de retirer les déchets que l’on retrouve dans des eaux usées, les effluents sont dirigés vers un premier bassin où les matières en suspension les plus lourdes ont le temps de décanter (boues primaires).

Ensuite, les eaux sont dirigées vers un second bassin, où  sont disposés des disques accolés pour former d’énormes cylindres de 3,6 m de diamètre. Les bactéries épuratrices sont alimentées alternativement en matière organique et en oxygène grâce à la rotation lente de ces biodisques en PVC (passage eau-air).

Lorsque les bactéries se détachent des disques (colonie trop importante ou fin de vie), celles-ci sont entraînées vers un dernier ouvrage. Ces boues secondaires s’accumulent dans ce bassin d’où elles sont extraites régulièrement. Les boues primaires et secondaires sont réunies et font l’objet d’une floculation et d’un égouttage après quoi elles sont dirigées vers une fosse de stockage en vue de leur évacuation tandis que les eaux claires sont conduites vers le torrent du Cristillan situé en contrebas.

Actuellement les boues résiduelles sont transportées vers le bassin gapençais en vue de leur épandage. Mais à terme, une usine de méthanisation pourrait être construite à Abries qui permettrait  de les valoriser par une production d'énergie.

Christian Grossan

 

Dimanche 15 novembre 2009 : Programmes Festival et Traditions


Festival montagne.pdf


Semaine traditions.pdf

 

Jeudi 12 novembre 2009 : Le souvenir est toujours présent

C’est dans la simplicité et le recueillement que ceillac vient de célébrer le 91 ème anniversaire de l’armistice qui le 11 novembre 1918 mettait fin à la première guerre mondiale.

A l’instar des manifestations qui se sont déroulées en France en ce jour du souvenir, c’est la paix retrouvée avec l’Allemagne qui a été au cœur des pensées de chacun.

Après la messe célébrée en l’église St Sébastien par le père Bernardi, curé de la paroisse, devant le monument aux morts, Celestin Fournier, maire de Ceillac, entouré de quatre adolescents, a rendu hommage aux enfants de Ceillac « morts pour la France ».

Après quoi, tous se sont retrouvés autour d’un vin d’honneur au café du village.

Christian Grossan

 

Mardi 10 novembre 2009 : Concert

 

Jeudi 15 octobre 2009 : Annonce semaine des traditions

 

Mardi 13 octobre 2009 : Travaux au lac Miroir

Comme cela a été évoqué à plusieurs reprises sur cette page, le lac Miroir, site sensible s'il en est, n'arbore pas une santé des plus florissantes. La faute à une eutrophisation avancée, à laquelle l'intervention de l'homme n'est pas totalement étrangère mais qui est inéluctable, les lacs de montagne finissant généralement leur vie en tourbières avant de disparaître définitivement.

Dans le cas du lac miroir, cette eutrophisation a été accélérée par la présence d'un exutoire qui s'est agrandi au fil de ces dernières années. C'est pourquoi la commune de Ceillac, en collaboration étroite avec le parc du Queyras, a décidé de faire effectuer des travaux afin de tenter de ralentir le processus.

Un dossier a été monté et présenté au conseil général et à la région qui devraient apporter leur soutien financier à hauteur de 65 % (coût total : 18.000 € HT).

Les travaux qui consistent en un simple colmatage de la partie basse de l'exutoire afin de remonter le niveau du lac de 70 à 80 cm ont commencé mercredi 7 octobre et se sont achevés hier, lundi 12 octobre.

Ils ont nécessité un héliportage pour transporter les 20 m3 de matériaux nécessaires (gravier, sable, terre végétale, argile...) et ont demandé l'intervention de l'équipe du parc (4 personnes sous la conduite de Serge Farraud) sur une semaine.

L'impact visuel devrait être minime puisqu'en surface sera posé un géotextile biodégradable avec une revégétalisation soignée (terre végétale + semences locales).

Après les travaux, suivra une période d'évaluation qui déterminera si le travail effectué sera suffisant, sachant que le processus d'alimentation du lac n'est pas parfaitement connu. Si nécessaire, une deuxième tranche de travaux pourra être envisagée mais les autorisations (DDA, ONEMA...) seront plus difficiles à obtenir s'il devait être nécessaire de réhabiliter, par exemple, le canal supérieur en le busant pour éviter l'apport de matériaux.

Ce type d'intervention est quasiment une première dans les Alpes, seule une tentative comparable avait eu lieu dans le Vercors auparavant. Elle revêt donc un caractère presque expérimental qui devrait intéresser nombre de communes confrontées à des problématiques similaires

 

Lundi 12 octobre 2009 : Les glaciers rocheux

Le parc naturel régional  du Queyras dont la charte révisée a déjà été approuvée par l'ensemble des communes et le département des Hautes-Alpes s'est donné pour mission la sensibilisation et l'éducation du public à l'environnement et au territoire. Elle doit permettre, par des actions d’éducation variées (conférences, sorties terrain...), aux résidents, aux scolaires et aux touristes de mieux connaître le Queyras et d’agir individuellement et collectivement pour y préserver la vie.

Dans ce cadre, s'est tenue, mercredi 7 octobre, une journée sur le thème des glaciers rocheux animée par Louis Reynaud, glaciologue installé à la Roche de Rame. La matinée destinée aux professionnels s'est passée sur le terrain, au pied de la Font Sancte. En fin de journée, avait lieu la conférence destinée à un public plus large. Celui-ci est venu nombreux et c'est une salle comble qui a écouté avec grand intérêt les explications du scientifique.

On a pu ainsi apprendre à différencier les glaciers, les blancs, les noirs et les rocheux dont la présence est souvent insoupçonnée et révélée parfois accidentellement. Ces derniers se caractérisent par une accumulation de matériaux dans lesquels est enchassée une glace dure et froide qui provient essentiellement de la fonte des névés en surface.

Dans le Queyras, les plus caractéristiques se trouvent au pied du pic d'Asti et au pied de la Font Sancte.

Ils jouent comme leurs homologues, les blancs et les noirs, un rôle régulateur du cycle de l'eau puisqu'ils stockent l'eau sous forme de glace, une glace qui fondra très progressivement, alors qu'une goutte d'eau qui ruisselle ne met que quelques semaines pour rejoindre la vallée.

Les questions pertinentes qui ont suivi l'exposé ont permis à Louis Reynaud d'approfondir la problématique pour tenter de satisfaire la curiosité insatiable des auditeurs.

Au final, cette journée fut un succès qui, n'en doutons pas, ne pourra qu'encourager le parc et ses chargés de mission à perséverer pour atteindre le but qui fait partie des priorités de la nouvelle charte du parc.

 

Mercredi 30 Septembre 2009 : Conférence grand public

Glaciers rocheux : des géants de
pierre et de glace dans le Queyras

« Si l’on connaît les glaciers blancs, si l’on n’oublie pas les glaciers noirs, les glaciers rocheux restent méconnus du plus grand nombre. Pourtant, s’ils sont moins emblématiques et visibles, ils modèlent eux aussi le paysage, et l’oeil averti apprend rapidement à les identifier.

C’est donc un nouveau regard que le Parc naturel régional du Queyras vous invite à poser sur ces paysages mille fois parcourus, et qui réservent pourtant encore bien des surprises ! »

CONFÉRENCE GRAND PUBLIC

Mercredi 7 octobre 2009 à Ceillac à 20h30,
salle polyvalente
Entrée libre

Louis REYNAUD, glaciologue

Maître de Conférence et chercheur en glaciologie à l’université de Grenoble et au Laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l’Environnement, Louis Reynaud se spécialise dans les fluctuations des glaciers alpins en fonction des changements climatiques.

Il est également membre du Comité scientifique du Club Alpin Français et du Parc National des Ecrins.

La retraite lui permet de devenir bénévole, et de s’investir dans la gestion des milieux protégés, avec le regard du glaciologue.

Grand voyageur, installé à La Roche de Rame, il donne des conférences et encadre des voyages près des glaciers arctiques. En 1992, il a un coup de coeur pour le Groenland, où depuis il passe deux mois chaque année afin d’élargir encore, ses connaissances des glaciers.

 

Réservation obligatoire au 04 92 46 88 20 (Soirée reportée au mercredi 14 octobre 2009, salle de cinéma du Riou Bel à Guillestre à 20h30, en cas de météo défavorable).

Affiche conférence Glaciers Rocheux

 

Mardi 29 Septembre 2009 : Foire aux agnelles

Lundi matin, avait lieu la foire aux agnelles qui a lieu tous les ans à Ceillac.

Lors de cette foire, les éleveurs vendent leurs moutons, les jeunes brebis essentiellement(agnelles ou tardons), mais aussi les brebis de réforme ou les béliers.

Les prix de vente étaient stables, comparables à ceux de l'an passé : 80 € environ pour une agnelle ou un tardon (agnelle née au printemps), 15-20 € pour une brebis de réforme et entre 130 et 200 € pour un bélier.

La foire a été créée en 1981. Il y avait alors 21 éleveurs pour plus de 2 000 moutons. Aujourd’hui, il y en 4 pour 900 moutons environ, une baisse significative due à la difficulté du métier et à l'importance de l'activité touristique.

Lors du traditionnel concours organisé lors de la foire, Jean-Luc Coussy, de la chambre d'agriculture, a souligné la qualité des bêtes présentées, les plus beaux lots étant récompensés.

Avant la remise de prix, le maire de la commmune a rendu un hommage appuyé aux éleveurs et rappelé, notamment, que l'agriculture de montagne concourait pour une part significative à l'entretien des paysages.


Un temps splendide régnait pour la foire qui a attiré un nombre important de visiteurs.

 

Lundi 28 Septembre 2009 : Mariage

Samedi 26 septembre, à 11 h 30, c'est sous un ciel un peu gris mais qui n'a en rien entamé la bonne humeur de l'assistance que Vincent Favier, glaciologue, et Estelle Pradério, ingénieur, ont été unis par les liens du mariage par Célestin Fournier, maire de Ceillac (le plus beau pays du monde, faut-il le rappeler...).

Au cours de l'apéritif qui a suivi et auquel tout le village était invité, tout un chacun a pu féliciter les jeunes mariés, heureux et sereins...

 

 

Dimanche 27 Septembre 2009 : Foire aux agnelles

La foire de la Saint-Michel se déroulera à Ceillac demain lundi 28 septembre. Jumelée l'an dernier avec la fête du Parc, elle avait connu un exceptionnel succès.

Créée par Philippe Lamour en 1981 pour proposer à la vente des agnelles de la race" Commune des Alpes du Queyras" dont le profil génétique avait été réalisé par l'Institut national de la recherche agronomique (I.N.R.A) spécialement descendues des alpages et donc au mieux de leur forme, cette foire a connu des bonheurs divers.

En dépit de la réduction préoccupante du nombre des éleveurs à Ceillac en partie compensée par la forte augmentation du cheptel moyen, cette manifestation est chaque année reconnue comme une référence au niveau des cours des bestiaux et des tendances lourdes du marché.

A côté de ces agnelles, dont les qualités de reproductrices sont avérées et qui de façon générale ont un agnelage facile, on trouvera sur le champ de foire des agneaux de boucherie, pour la plupart des tardons nés aux printemps et engraissés à l'alpage, des brebis de réformes, des béliers et des chèvres. Les marchands forains seront là également et, pour peu que le soleil soit au rendez-vous cette Saint-Michel, devrait être une belle occasion de découvrir la vallée du Cristillan et de rencontrer les éleveurs du Guillestrois et du Queyras.

Christian Grossan

 

Mardi 22 Septembre 2009 : Coupure électrique (par les enfants de l'école)

Ce matin, nous n’avons plus d’électricité ! Nous sommes bien embêtés !

Il n’est plus possible de cuisiner (four, micro-ondes, plaques…), de refroidir (congélateur, réfrigérateur), de s’éclairer (ampoules, néons), de se chauffer (radiateurs, pompes), de se distraire (télévision, musique, ordinateur…), de se connecter sur Internet, de disposer d’eau chaude (ballon électrique), de bricoler ou de travailler (machines diverses), de laver le linge, de recharger ses appareils (consoles, lecteurs, téléphones…).

Et pourtant, autrefois, nos grands-parents n’avaient pas d’électricité, arrivée en 1950 à Ceillac. Ils cuisinaient sur le poêle de la cuisine qui chauffait la pièce de vie et fournissait un peu d’eau chaude, bénéficiaient de la chaleur des bêtes installées dans la même pièce.

Ils s’éclairaient à la lampe à pétrole ou avec des bougies de cire, lavaient le linge à la main dans l’eau glaciale des lavoirs ou du torrent, se distrayaient en lisant, en jouant à des jeux simples et en participant, avec les voisins, à la traditionnelle veillée (tricot, sculpture, histoires…). Pour travailler ou bricoler, ils utilisaient les outils manuels, tels que la scie, la chignole…


L'usine électrique qui fournissait, avant EDF (1950), l'énergie pour une ampoule par foyer en 1928. (photos Jean Favier)

Jean Favier s'occupait de l'entretien de l'usine (maison des Marmottes)


Les scieurs de long débitaient les planches à la loube. (photo Jean Favier)

 

 

Pour pallier les coupures et utiliser une énergie propre, nous pourrions installer des panneaux solaires, une petite éolienne, un chauffe-eau solaire et un micro turbine utilisant l’énergie du torrent… Certains l’ont fait et cela fonctionne très bien.

 

 

 

 


Pas de prise électrique pour ce fer à repasser...

 


Le linge lavé dans le torrent même, à la main. (photo Jean Favier)

 

Dimanche 20 Septembre 2009 : Mariage

C'est sous un ciel finalement clément que Marie-Pierre Chabrand, fille de Françoise et Emile Chabrand, et Marc Désolme, fils de Max et Chantal Désolme, se sont unis samedi 19 septembre à Ceillac.

C'est d'abord le maire du village, Célestin Fournier, qui a officiellement marié le jeune couple et remis le livret de famille puis, en l'église Saint-Sébastien, le père Bernardi a procédé à la cérémonie religieuse du mariage.

 

 

 

 

 

Dimanche 20 Septembre 2009 : Naissance d'Alison

Chloé, fille de Sébastien Meissimilly et de Céline Mollé, nous annonce la naissance de sa petite soeur Alison, née le 4 septembre à Briançon à 6 h 08.

Avec un poids de 3,4 kg et une taille de 50,5 cm, elle se porte à merveille tout comme sa mère. Toutes deux ont rejoint la vallée de Ceillac.

 

Mercredi 16 Septembre 2009 : Festival des Films et Sports de Montagne

 

Dimanche 13 Septembre 2009 : C'est l'ouverture!

Pour les chasseurs qui cette année ont décidé de parcourir la montagne à la poursuite de leur gibier favori, ce jour fut "l'ouverture", ce moment tellement attendu.

La société de chasse "le chamois de Sainte-Anne " que préside Francis Bernard  comptera  28 chasseurs pour la campagne de chasse qui commence et qui sera marquée par deux changements importants.

Le tir au chamois ne sera pas seulement quantitatif - 18 animaux pourront être abattus- mais aussi sélectif, l'âge et le sexe des animaux  à prélever sont déterminés.

La société a fait le choix de s'interdire de chasser "la plume". Cette initiative volontaire et courageuse est destinée à  améliorer le repeuplement d'espèces rares comme le coq de bruyère, le lagopède, la bartavelle. C'est une décision responsable qui traduit  mieux que tous les discours les évolutions du monde de la chasse.

14 chevreuils pourront être tirés. Le sanglier ou encore le lièvre ne font pas l'objet de réglementation particulière.

Si la chasse demeure pour ses adeptes un moment privilégié de découverte et de rencontre avec  la nature, elle perpétue aussi  un certain nombre de traditions qui participent de l'identité profonde des terroirs.

Christian Grossan


Brocard et chevrette dans le valon du Mélézet

 

Mercredi 2 Septembre 2009 : Nouveau tremblement de terre

A 17 h 25 (15 h 25 heure UTC), un tremblement de terre a été ressenti dans la vallée de Ceillac.

Si la magnitude a été évaluée à 3.0, soit la même que le précédent séisme du 23 août 2009, il a été beaucoup moins ressenti puisque l'épicentre se situait aux environs d'Aiguilles à une profondeur de 9 km (44 45'N 6 45'E)...

Ce nouveau séisme confirme l'intense activité sismique qui touche l'arc Briançonnais.


Source sismalp.fr

 

Dimanche 23 août 2009 : Tremblement de terre

A 16 h 34 (14 h 34 heure UTC), un tremblement de terre a été ressenti dans la vallée de Ceillac.

Un grondement et un fort tremblement d'environ 2 secondes a été noté.

L'épicentre se situait à 44°38'N ~ 06°48'E à une profondeur de 3 km, soit dans le valon du Mélézet, à l'ubac, au-dessus du refuge de la Cime où la secousse a été particulièrement ressentie.

La magnitude était de 3.0 sur l'échelle de Richter.

 

 

 

 

 


Source : sismalp.fr

 

Communiqué de presse émis par Sismalp (extrait ~ 22.08.2009 20:55)

De nombreux séismes de magnitude habituellement modérée se produisent chaque année sur ce qu'on appelle l'arc briançonnais. Mais les séismes de magnitude supérieure à 3 sont assez rares : pour l'ensemble du Sud-Est, on n'en recense en effet que trois par an. Dans les Alpes françaises, il est peu fréquent d'observer, à quelques kilomètres de distance, deux séismes de magnitude voisine de 3 à un mois et demi d'intervalle. Actuellement, cette région de la haute vallée de la Durance apparaît donc comme très active sismiquement.

Le dernier séisme destructeur dans le Briançonnais remonte à février 1991. Il avait provoqué de légers dégâts à Cervières et à L'Argentière-la-Bessée. L'arc sismique briançonnais est une zone de sismicité très marquée qui, du massif du Mercantour, traverse successivement la haute vallée de l'Ubaye, le Queyras, le Briançonnais, la Maurienne, la Vanoise, la Tarentaise et se termine dans le Val d'Aoste. Cet arc suit fidèlement le Chevauchement pennique frontal, discontinuité géologique majeure séparant les Alpes internes (à l'est) des Alpes externes (à l'ouest). Bien que cette région ait été longtemps soumise à de la compression lors de la surrection des Alpes, l'analyse du mécanisme au foyer du séisme de ce soir montre qu'il est dû à de l'extension dans une direction est-ouest. Ce phénomène, découvert il y a quelques années, caractérise l'ensemble de l'arc briançonnais : après avoir été soulevée pendant des dizaines de millions d'années, cette zone tectonique s'effondre maintenant sur elle-même.

 

Pour mémoire sismogramme du dernier séisme ressenti à Ceillac le 23/10/08 (magnitude 4,2)

 

Liste des derniers séismes ayant touché la région


Source sismalp.fr

Sismicité récente


Source sismalp.fr

 

Dimanche 23 août 2009 : Énigme de l'exposition Ste-Cécile

L'exposition 2009 présentée dans l'église Sainte-Cécile offrait à la sagacité des visiteurs une énigme : le coffre "ceillaquin" de la chapelle latérale, réalisé par Claude et Pierre Grossan, était pour sa face avant, la copie d'un objet ancien dont il fallait trouver l'origine.

Une dizaine de visiteurs ont déposé une solution auprès de l'accueil, ou adressé à un SMS au président des Amis de Ceillac : motif d'une tribu de Madagascar, détail péruvien, et, plusieurs fois suggéré, reprise des motifs de la charpente de l'église... Ces idées, pour judicieuses qu'elles soient, sont loin de l'étonnante vérité que le moment est venu de révéler !

En fait le coffre-modèle aurait pu être vu par le Christ, puisqu'il est un ossuaire de l'époque du roi Hérode de Judée. L'original est en pierre, nettement plus petit que le modèle en bois.

Nous reproduisons ci-dessous la page 63 du numéro spécial du Monde de la Bible consacré aux Trois religions de Jérusalem paru en 2008 qui donne tous les détails sur cet objet qui se trouve au Musée d'Israël, Ruppin Boulevard, à Jérusalem.

En fait, les rosaces sont un signe solaire très ancien, souvent reproduit au gré des civilisations : notre question en donne une nouvelle preuve !

Merci à tous ceux qui ont joué, parfois en tentant d'arracher le secret bien gardé aux organisateurs de l'exposition ou aux sculpteurs !

Bernard Busser

 

Vendredi 21 août 2009 : Les Amis de Ceillac en assemblée générale

Bernard Busser vient de présider sa première assemblée générale de l'association "Les Amis de Ceillac" entouré des membres du bureau, Christian Grossan et Raoul Faréniaux, vice-présidents, Agnès Meissimilly, secrétaire et Geneviève Michard, trésorière.

Adrien Bles, Emile Gauthier et André Bles, anciens présidents étaient également présents.

Célestin Fournier, maire, participait à cette assemblée générale à laquelle Marcel Cannat  retenu par d'autres engagements n'avait pu se rendre. Face à une assistance qui remplissait la salle de la mairie, le rapport moral présenté par le président a été adopté sans problème, à l’unanimité. Le bilan financier présenté par la trésorière avec beaucoup de clarté a permis de vérifier que, en dépit d'une activité soutenue, l'association -161 adhérents à jour de leur cotisation- se porte bien financièrement et peut raisonnablement poursuivre ses actions en faveur de l'animation culturelle du village et de la mise en valeur de son patrimoine. Le partenariat efficace que les "Amis de Ceillac" entretiennent avec la commune et le comité des fêtes a été souligné par tous.

Le débat, qui a suivi les opérations statutaires de l'assemblée générale, a d'abord donné lieu aux vœux et projets récurrents concernant le patrimoine ancien.

Faut-il reconstruire la chapelle du Tioure emportée par une avalanche en janvier 1978 ? Comment financer ce projet puisque la construction d'un édifice cultuel ne peut être assurée  par l'argent public ? Quel parti architectural retenir : la construction neuve d'une chapelle "à l'ancienne", sans valeur patrimoniale réelle ? La construction d'une chapelle contemporaine, expression de nouvelles techniques, de nouveaux matériaux et constituant à une échelle modeste une contribution au patrimoine du futur ? Pour vérifier d'abord les possibilités règlementaires, une demande sera déposée dans le courant de l'année.

La détérioration préoccupante de la façade ouest du clocher de l'église Sainte-Cécile et des 4 pyramidions qui coiffent les angles de la tour et le très mauvais état de l'escalier d'accès intérieur du clocher ont été une fois de plus évoqués. La municipalité envisagera le lancement des études préalables susceptibles de permettre la recherche des financements publics nécessaires.

Pour le reste, c'est de façon très consensuelle qu'il a été décidé de rénover l'autel de la chapelle de la Riaille, de réaliser des panneaux présentant le fonctionnement des "postes optiques"  des Chambrettes et de la crête de Favière, de doubler le panneau du hameau du Rabinoux, etc…


Le poste optique de Girardin verra s'implanter à proximité un panneau explicatif.

Michel Chavrot a exposé le projet proposé par le Parc naturel régional du Queyras en partenariat avec la commune pour tenter de stopper l'évolution du lac Miroir en tourbière. Il consiste à réduire le débit de l'exutoire provoquant ainsi une augmentation du niveau d'eau. Les matériels nécessaires et l'argile spéciale à mettre en place devant être transportés par hélicoptère, c'est une dépense de 13 000 €, avec la main d’œuvre, qui doit être engagée.  Les travaux feront l'objet d'un suivi attentif pour en mesurer les résultats. La commune sollicitera l'aide de la région et du département pour financer ces travaux de protection d'un espace naturel particulièrement sensible.


Lac Miroir sujet à une eutrophisation avancée...

La chapelle des pénitents qui abrite déjà un embryon de musée d'art religieux doit être totalement affectée à une présentation des richesses du patrimoine et de l'histoire locale. Un projet sera élaboré dans ce sens et soumis à la municipalité.

Plus originale  et inattendue a été  l'annonce de 3 évènements majeurs pour  2010.

- L'exposition de l'été à l'église Sainte-Cécile sera consacrée à la photographie et elle fera une large place à l'œuvre de Christophe Sidamon-Pesson  dont le dernier ouvrage, "L'autre versant" vient de recevoir le prix mondial du livre d'image de montagne au festival de Passy.

- Un symposium sera organisé en juin  sur le thème de l'architecture et de l'urbanisme en montagne sous les auspices de l'association pour le développement harmonieux de Ceillac (ADHC).

- Le 22 juillet, dans le cadre des manifestations qui marqueront l'année Chopin, François Daudet, virtuose de renommée internationale, donnera un concert à l'église Saint-Sébastien  où il transportera son célèbre piano Steinway.

Christian Grossan

 

Mardi 18 août 2009 : Naissance

Aline et Romain FOURNIER sont très heureux de vous annoncer la naissance du petit Nolan, arrivé parmis eux le 7 Août 2009.

Du haut de ses 48cm, pour 3,620 kg, le bébé se porte à merveille. La maman va pour le mieux et le papa est aux anges !

 

 

 

Lundi 17 août 2009 : Ceillac en fête

La fête patronale du village aura lieu à Ceillac les 22 et 23 août prochains.

A la fin du 19ème siècle, les habitants ont obtenu que Saint-Barthélémy, fêté le 24 août, remplace Saint–Sébastien, fêté le 20 janvier, comme saint patron de la paroisse. Le mois de janvier ne  se prêtait pas bien aux festivités alors que la fin du mois d'août qui est aussi la période où prennent fin les grands travaux de la fenaison était plus favorables aux réjouissances de toute nature.

C'est ainsi que depuis plus d'un siècle, Ceillac célèbre sa fête patronale en été.

Les festivités commenceront dès samedi par une retraite aux flambeaux qui conduira le public depuis le village de vacances de l'Ochette  jusqu'à la place  voisine du centre de vacances des mélèzes ou sera tiré un feu d'artifice. Auparavant si le temps le permet une démonstration de moisson traditionnelle sera proposée.

Le dimanche matin, quelques démonstrations des pratiques des artisans du bois sont  prévues avant la messe qui sera célébrée en l'église Saint-sébastien et qui sera suivie du traditionnel concert de cloches et du non moins traditionnel verre de l'amitié servi sur la place Philippe Lamour.

Puis, pendant l'après midi, les  rues et les places du village seront livrées à la kermesse et aux joueurs de boules.

Christian Grossan


Les jeux en bois, toujours appréciés lors de la St-Barthélémy.

 

Jeudi 13 Août 2009 : Hameaux - Sortie forêt

* A la découverte des hameaux de la vallée du Cristillan

Le chemin de terre qui relie les 7 hameaux de la vallée du Cristillan au village de Ceillac est essentiellement utilisé par les randonneurs l'été et les adeptes de la raquette à neige l'hiver.

En 2005,  la commune et l'association "Les Amis de Ceillac" ont décidé de concevoir, réaliser et mettre en place des panneaux expliquant le rôle des chalets d'alpages -les meyres- dans l'économie agricole et pastorale des familles et déclinant les caractéristiques propres à chaque hameau : chapelle, fruitière, évènements  ou faits marquants…

Ainsi donc ce chemin, qui  domine la route longeant le torrent "le Cristillan", est devenu en quelque sorte un itinéraire de découverte de la vie et des coutumes locales.

Célestin Fournier, maire de Ceillac, et Bernard Busser, président de l'association "les Amis de Ceillac" l'ont inauguré ce dimanche 2 août.

Pour le financement de cette opération, la commune a obtenu l'aide du conseil général des Hautes-Alpes et "les Amis de Ceillac" ont  reçu un don de Jean-Joseph Fournier.

Après la vallée du Cristillan, viendra le tour de la vallée du Mélezet et des hameaux  de l'Ochette, de la Clapière et de Laval.

Christian Grossan


Le Rabinoux, un des hameaux visités par le sentier.

 

* A la rencontre du plus grand des mélèzes de Ceillac

Ils étaient plus de trente, le lundi 3 août, à avoir répondu à l’invitation des Amis de Ceillac pour aller voir le plus vénérable des mélèzes de la forêt de Ceillac en compagnie de Robert FOURNIER et de Jacques ROUX, garde de l’O.N.F.

Une patiente montée vers le Lac Miroir, un sympathique pique-nique au bord de l’eau puis l’ultime trajet vers le plus gros des arbres : il faut quatre hommes pour en faire le tour et, aux dires des spécialistes, il a dû commencer à pousser sous François 1er, un peu avant la Bataille de Marignan !

Le public très attentif a multiplié les questions et reçu une véritable leçon d’écologie: une forêt entretenue et exploitée est, à côté de zones de préservation où on n’intervient pas, le plus beau cadeau que chaque génération puisse faire à ses enfants. D’ailleurs les plus jeunes, nombreux au pique-nique, n’ont pas perdu une miette du semis et des mœurs du mélèze, qui ne pousse qu’en terrain dénudé et cède la place si la forêt devient trop dense…

 

Mercredi 12 Août 2009 : Christophe Sidamon-Pesson, la consécration

Christophe Sidamon-Pesson, photographe, qui fréquente le village depuis son enfance et qui y est établi  depuis son adolescence avait obtenu en 2005 le prix prestigieux de la B.B.C. pour ses premières œuvres.

Son dernier ouvrage, « l’autre versant » (voir présentation) dont Michel Blanchet a légendé les photographies  vient de se voir attribuer le Prix mondial du livre d’images de montagne au salon du livre de montagne de Passy, en haute-Savoie.

Déjà ce bel ouvrage  avait reçu les prix « Chapitre nature » et « Arolla » en Suisse.

« L’autre versant », ce sont 158 photographies à travers lesquelles l’artiste  présente le beau et le fragile en Queyras en nourrissant l’espoir « que ces images contribuent à réapprendre à voir le monde loin des préjugés dictés par notre société moderne ».

Certaines de ces photographies ont fait l’objet d’une très belle exposition dans le hall du Conseil général des Hautes-Alpes  à Gap, en juin dernier.

Elles pourraient constituer le point fort de l’exposition que l’association « Les Amis de Ceillac » organisera en 2010 à l’église de Sainte-Cécile.

La consécration de ce jeune photographe laisse augurer des perspectives qui s’ouvrent à lui. La patience, la ténacité et la constance qui le caractérisent sauront avoir raison de sa trop grande discrétion.

Christian Grossan

 

Mercredi 12 Août 2009 : Succès pour la première fête de l'air

En dépit  des mauvaises conditions météorologiques de la matinée les différentes manifestations sportives et culturelles de Festivols qui ont du être concentrées sur le seul après midi, dimanche 2 août, ont connu un vif succès et le comité des fêtes et ses partenaires ont bel et bien réussi ce qui était "une première".

Les voiles des parapentes et des cerfs volants ont égayé le ciel encore chargé de nuages et "Bérengère" et son complice ont époustouflé le public avec leur spectacle de trapèze, par  la qualité de leurs jeux acrobatiques et l'humour de leurs commentaires.

Une ombre au tableau : le maigre public présent au  concert  qui méritait pourtant  beaucoup mieux...

Christian Grossan


 

Dimanche 2 Août 2009 : Travaux sur les sentiers de randonnée

Les chutes de neige particulièrement abondantes de l'hiver écoulé ont provoqué de nombreuses avalanches sur l'ensemble du massif du Queyras.

Quoique moins touchées que  les  hautes vallées du Guil et des Aygues, les vallées du Cristillan et du Mélézet n'ont pas été épargnées et  de nombreux chantiers ont été entrepris au début de l'été pour dégager certains chemins ou rétablir des itinéraires de randonnée.

Dans le cadre d'une convention de partenariat  intervenue entre la commune et la parc naturel régional du Queyras, ce dernier a pris en charge les travaux réalisés sur les sentiers de Grande Randonnée.

A Ceillac, la passerelle du Coustis qui avait été emportée vient d'être reconstruite, 200 mètres à l'amont de son emplacement d'origine, un peu plus à l'écart du cône de déjection de l'avalanche. Les poutres de 9 mètres de longueur et de 40 centimètres de section ont été héliportées. Le maire et les conseillers municipaux qui ont fait eux mêmes les travaux  ont été particulièrement bien secondés par Ludovic, un agent de terrain du Parc.


Passerelle du Coustis, sur l'itinéraire de la tête de la Cula.

De façon générale, les grosses dépenses d'entretien ou de restauration des itinéraires de randonnée sont prises en charge par le Conseil général des Hautes-Alpes (50%) et le Conseil régional Provence-Alpes-Côte-d’Azur (30%).

Christian Grossan

Avalanche du Rabinoux ~ Travaux effectués par des bénévoles du village

L'avalanche avait recouvert le torrent du Cristillan sur 200 m.

Un important travail préparatoire au débardage, à la hache ou à la tronçonneuse, a dû être effectué pour dégager la route et nettoyer les pentes touchées.

Au vu de la taille des blocs de roche déplacés, on imagine la puissance de l'avalanche.

 

Avalanche sur l'itinéraire du col Albert


 

Dimanche 2 Août 2009 : Festival Grandeur Nature

Un autre regard sur la nature - Cinéma - Résidences - Formations - Images et Nouvelles Technologies

Toute l’équipe de Grandeur Nature est heureuse de vous annoncer l’ouverture du Festival Grandeur Nature le Dimanche 2 août 2009, avec Latcho Drom, magnifique film de Tony Gatlif. Le film sera projeté à Château Queyras en présence du chef opérateur Eric Guichard.

Grandeur Nature 2009, ce sont les plus hautes projections en plein air d’Europe, jusqu’à 2300m, dans un cadre exceptionnel, où de superbes films se prolongent vers la voûte étoilée… Jusqu’au 14 août suivez nos projections itinérantes au cœur du Queyras. De Arvieux à Ceillac, en passant par Abriès / Ristolas, Vars, Aiguilles, Molines et Saint Véran, ce sont 8 films, ayant tous pour dénominateur commun : un autre regard sur la nature. Ce sont aussi des rencontres hors du commun avec des invités de marques : Rémy Tézier, réalisateur de Au Delà Des Cimes, Dominique Gentil et d’Isabelle Delannoy, respectivement chef opérateur et scénariste de Home, Pierre Marcel, réalisateur de Tabarly et Olivier Dandré, ingénieur du son de Tulpan.

Grandeur Nature 2009 ce sont aussi de nombreuses surprises en avant-programme : les courts-métrages de Nature Animée et le journal du festival réalisé par les membres de l’atelier vidéo en Haute Définition.

Conçus de A à Z par des enfants hospitalisés, les dessins animés de Nature Animée s’articulent tous autour du thème de la nature. Ce sont 8 dessins animés réalisés avec des enfants "privés de nature". Venez goûter à la poésie de leur monde imaginaire ! Chaque soir, le public pourra également goûter au regard des participants à l’atelier de réalisation HD. Leur journal créatif sur le Queyras et le Festival sera diffusé avant chaque projection cinéma mais aussi sur internet, via la Web TV du site de l'association.

Grandeur Nature 2009, ce sont aussi les ateliers qui démarrent dès le 30 et 31 Juillet avec une animation Light Graff ou l’art de photographier la lumière, proposée par l’artiste Anne Lise King à 8h30 à l’église de Ristolas. Les 3 et 4 Août l’atelier de macro-photographie de l’artiste Joël Jeune qui démarre à l’aube et se prolonge l’après-midi pour des randonnées olfactivo-gustatives à la recherche de plantes méconnues. Cet atelier est gratuit, Rdv à 8h30 au pont de l’Ariane à Fontgillarde le 3/08 et à 8h30 à l’office du tourisme d’Arvieux le 4/08. Enfin, l’artiste Sébastien Sliva, vous emmène pratiquer l'art environnemental et chercher l'oeuvre de la nature les 7 et 10 Août. Cet atelier est gratuit et ouvert à tous. Rdv à14h au pont de l’Ariane à Fontgillarde pour les 2 dates.

Pour connaître le lieu, l'horaire et vous inscrire, contactez-nous !

Rappel du programme de cinéma :

- Ouverture du festival le 2 Août à Château Queyras avec la projection de Latcho Drom de Tony Gatlif, en présence du chef opérateur Eric Guichard.

- Le 3 Août à Arvieux, projection d'Au Delà Des Cimes de Rémy Tézier, en présence du réalisateur. Une rencontre est également prévue le lendemain de la projection à la ferme de l'Izoard à Arvieux à 17h.

- Le 4 Août à Ceillac, projection de La Vie Moderne de Raymond Depardon.

- Le 6 Août à Abriès/Ristolas, modification de dernière minute : projection Séraphine de Martin Provost, en lieu et place d’Inland de Tariq Teguia.

- Le 7 Août à Vars, projection de Home de Yann Arthus Bertrand en présence du chef opérateur Dominique Gentil et d’Isabelle Delannoy, scénariste du film.

- Le 9 Août à Aiguilles, projection de Tabarly de Pierre Marcel, en présence du réalisateur. Une rencontre est également prévue le lendemain à la Maison de Gaudissard à 17h à Molines pour évoquer le navigateur et la réalisation de ce documentaire.

- Le 10 Août à Molines, projection de Mia et le migou de Jacques-Rémy Girerd, un film d'animation pour les petits comme pour les grands réalisé par le réalisateur de La Prophétie des Grenouilles.

- Clôture du festival le 11 Août à Saint Véran, projection de Tulpan de Sergey Dvortsevoy, en présence d'Olivier Dandré, ingénieur du son.

La programmation est susceptible d'évoluer en fonction des conditions météorologiques. Venez nombreux et bien couverts car les soirées du Queyras sont fraîches.

Tout complément d'informations, sur le site de l'association : www.festivalgrandeurnature.com

 

Association Grandeur Nature – Prats Hauts

05 350 Château Ville Vieille (06 99 52 55 05)

 

Samedi 1 er Août 2009 : Festivols ~ Pêche en altitude

C'est le thème de cette journée du 2 août que le Comité des fêtes a décidé de consacrer aux activités sportives et culturelles liées à l'air.

Les qualités aérologiques du site d'envol de Ceillac laissent espérer une grande diversité des animations qui seront proposées au public ce dimanche.

Ainsi, quelques semaines après les championnats du monde qui se sont déroulés dans le Laragnais à partir de la montagne de Chabre, le ciel du Queyras va lui aussi s'éclairer de nombreuses couleurs.



Les manifestations commenceront vers 10 heures, à 200 mètres du village, en direction du Mélézet pour s'achever à la salle polyvalente, à 21 h par le concert de « Groove Mackina ».

Le programme qui est susceptible d'évoluer en fonction des conditions météorologiques prévoit notamment un atelier de fabrication et une expositions de cerf volants du monde, des démonstrations de « kite-boarding » et de mini-voiles, des compétitions de précision d'atterrissage et de parapente statique, des diaporamas et bien sûr un barbecue à midi et le traditionnel pot d'accueil du dimanche soir qui réunit chaque semaines plusieurs centaines de personnes sur la place Philippe Lamour.

Des surprises sont annoncées dont, bien évidemment, le secret est bien gardé.

Christian Grossan

 

FESTIVOLS

Programme de la journée

 

- Atelier de fabrication de cerfs-volants ;

- Exposition de cerfs-volants du monde ;

- Démonstration de kite-boarding ;

- Diaporama (salle polyvalente) : air et glisse ;

- Démonstration de mini-voiles (après-midi) ;

- Baptêmes de parapente : "lâcher de de carottes", précision d'atterrissage ;

- Compétition parapente statique (fin d'après-midi) ;

- Vide-grenier et stands divers ;

- Événements surprises ;

- Barbecue (midi) ;

- Spectacle "Shoupi show" (16 h) ;

- Pot d'accueil (18 h 30) et remise des prix ;

- Clôture avec le concert de Groove Mackina (salle pollyvalente).

* programme donné à titre indicatif pouvant varier avec les conditions météo.

 

La pêche en altitude

Le lac de Sainte-Anne qui  étale ses 9 hectares d'eau bleu turquoise aux pieds enneigés de l'imposant massif de la Font-Sancte est devenu au fil des ans un haut lieu du tourisme haut-alpin et une destination de prédilection pour les pécheurs.

Sous l"égide de la commission fédérale "lacs d'altitude" – le lac de Ste-Anne est situé à 2407mètres - il fait l'objet d'une gestion purement halieutique qui, à en croire les témoignages de nombreux pêcheurs, donne toute satisfaction.

L'Association Agréée pour la pêche et la Protection du Milieu Aquatique (A.A.P.P.M.A), l'Ardillon Haut-Alpin, qui exerce son influence sur le canton de Guillestre, procède chaque année depuis 3 ans à d'importants lâchers : 30 kg de truites arc-en-ciel de 25 à 30 cm environ et un millier d'alevins de 5 à 6 centimètres ! De quoi satisfaire les loisirs des 800 membres de l'ardillon et des centaines de touristes titulaires de cartes les autorisant à s'adonner ici à leur activité favorite.

Christian Grossan

 

Vendredi 31 juillet 2009 : 1959-2009 : 50 ans  de vie municipale

Entre ces deux dates, 9 municipalités successives ont été en charge de la vie communale. Si la durée du  mandat municipal est bien de 6 années, la municipalité élue en 2001 a bénéficié d'une année supplémentaire, le calendrier électoral de l'année 2007 étant déjà bien chargé avec l'élection présidentielle et les élections législatives.

Pendant ces cinquante années, et à la faveur de 9 élections générales visant à la désignation de 11 conseillers municipaux et de 2 élections partielles concernant chacune  le remplacement de 4 conseillers, 55 personnes  seulement  ont exercé un mandat.

La moyenne d'âge des équipes municipales en début de mandat accuse des écarts très importants. Ainsi la municipalité élue en 2008, avec une moyenne d'âge de 52 ans est l'équipe la plus  âgée depuis 1959 *. La plus jeune, en 1983, avait un âge moyen de 37 ans. L'âge moyen des autres mandatures : 1989: 41 ans, 1965 : 43 ans, 1959 : 44 ans, 1995 : 46 ans,  1977 : 47 ans, 2001 : 49 ans, 1971 : 50 ans.

On s' approche de la parité hommes-femmes. Durant ces 9 mandatures, 8 femmes seulement ont été membres du conseil municipal. La première, élue en 1977, Françoise Moyrand, avait été auparavant secrétaire de la mairie. Avec 4 élues, dont 2 assurent la fonction d'adjoint, la municipalité actuellement en place est de loin la plus féminine. Elle est aussi la première à ne pas compter d'agriculteur à temps plein alors que  tous les membres de la municipalité élue en 1959 exerçaient cette profession. Les commerçants et artisans, de même que les salariés ont progressivement pris dans les conseils municipaux une importance proportionnelle à celle qu'ils occupent dans l'activité économique du village.

Contrairement  à la situation que connaissent nombre de communes touristiques, les conseillers municipaux ne résidant pas dans la commune sont l'exception à Ceillac au cours des décennies écoulées : Philippe Lamour, de 1965 à 1983, Maurice Meunier de 1995 à 1998, André Imbert depuis 2008.

En mars 1977, Philippe Lamour préside la première réunion de la municipalité qui vient d'être élue, en qualité de doyen d'âge : il a alors 74 ans. C'est, en début de mandat, le premier septuagénaire de la vie municipale à Ceillac. En 1989,  Joseph Antoine Colombet  préside cette séance consacrée à l'installation de la municipalité, à 53 ans. Les autres doyens d'âge Joseph Mathieu Marchis en 1959 : 54 ans, Célestin Grossan en 1983 : 57 ans, Alain Fourny en 2001 : 62 ans, Philippe Lamour en 1965 : 62 ans, Célestin Fournier en 2008 : 65 ans, Maurice Meunier en 1995 : 67 ans, Philippe Lamour en 1971 : 68 ans et 1977 : 74 ans.

Philippe Lamour en 1965, 1971 et 1977, Antoine Reynaud  en 1983 et 1989 et Jean Claude Carle en 2001 ont été élus Maire dès le premier tour de scrutin et à l'unanimité, leurs adjoints étant désignés dans les mêmes conditions.
Julien Gauthier en 1959 et Célestin Fournier en 1995 et en 2008 ont affronté un challenger mais ont été élus à la majorité absolue dès le premier tour.

En début de mandat les municipalités élues en 1959, 1983,1989 ne comptaient aucun sexagénaire. Ils sont 5 en 2008, 4 en 1971, 2 en 2001 et 1 en 1965, 1977, 1995.

Emile Chabrand, élu à 23 ans en 1983 reste le benjamin des conseillers élus depuis 50 ans, juste devant Yves Carle élu à 24 ans en 1971.

Deux  conseillers municipaux sont morts pendant leur mandat. Antoine Perron, à 71 ans  en 1981 et Antonin Fournier en 1998. Il avait 56 ans.

Célestin Fournier régulièrement élu depuis 1977 et qui avait démissionné au milieu  du mandat précédent vient d'entamer son 6 ème mandat. Emile Chabrand  qui avait démissionné du  conseil municipal en 1998 a commencé en 2008  son 5 ème mandat. Célestin Grossan a quitté la vie municipale à 63 ans, en 1989,  après avoir siégé  au conseil municipal pendant 30 ans, dont 24 ans en qualité d'adjoint.

Philippe Lamour, avec 3 mandats de Maire détient  le record de longévité dans cette fonction devant Antoine Reynaud, 2 mandats. Situation inédite jusqu'alors Célestin Fournier, maire de 1995 à 2001, fait un retour dans cette fonction en 2008. Antoine Perron, qui fut aussi  adjoint au Maire de 1971 à 1977, conseiller municipal de 1977 à 1981, avait été maire de Ceillac pendant 11 ans, de 1948 à 1959.

Durant les 50 années écoulées, deux élections partielles seulement ont du être organisées. En 1962, pour le remplacement de 4 conseillers municipaux démissionnaires. En 1998, pour le remplacement d' un conseiller décédé et de 3 conseillers demissionnaires.

* Avec la démission d'Arlène Buzet ce printemps 2009, la benjamine du conseil municipal élu en mars 2008, la moyenne d’âge monte à 55 ans.

Christian Grossan

NOM

1959

1965

1971

1977

1983

1989

1995

2001

2008

Julien Gauthier

Maire

 

 

 

 

 

 

 

 

Célestin Fournier Carle

 

 

 

 

 

 

 

 

Joseph Mathieu Marchis /

Alfred Moyrand (1962)

•-D

 •

 

Adj

 

 

 

 

 

 

 

Joseph Eugène Marchis /

Joseph Léon Fournier (1962)

 

 

 

 

 

 

 

 

Etienne Colombet

 

 

 

 

 

 

 

 

Joseph Meissimilly

 

 

 

 

 

 

 

 

Pierre Grossan

 

 

 

 

 

 

Célestin Grossan

Adj

Adj

Adj

Adj

 

 

 

 

Jean Favier

 

 

 

 

 

 

Joseph Allais

Emile Guérin (1962)

•-D

•-D

 

 

 

 

 

 

 

 

Pierre Imbert

Joseph Cony (1962)

•-D

 

 

 

 

 

 

 

 

Philippe Lamour

 

Maire

Maire

Maire

 

 

 

 

 

Jean Gauthier

 

 

 

 

 

 

Jean Emile Fournier

 

 

 

 

 

 

 

 

Joseph Antoine Colombet

 

 

 

 

 

Antoine Perron (décédé en décembre 1981)

 

 

Adj

 

 

 

 

 

Yves Carle

 

 

 

 

 

 

 

Jean Eymard

 

 

 

 

 

 

 

Françoise Moyrand

 

 

 

 

 

 

 

 

Gilbert Cony

 

 

 

 

 

 

 

 

Antonin Fournier (décédé en juin 1998)

Antoine Renaud (1998)

 

 

 

Adj

 

 

 

Célestin Tintin Fournier

 

 

 

Adj

Adj

Maire

•-D

Maire

Maurice Fournier

 

 

 

 

 

 

 

Jean Meissimilly

 

 

 

 

 

 

 

Adj

Antoine Reynaud

 

 

 

 

Maire

Maire

 

 

 

Georges Favier

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Pierre Fournier

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Marie Colombet

 

 

 

 

 

 

 

 

Emile Chabrand

Jean-Paul Fournier (1998)

 

 

 

 

•-D

Sylvie Marchis

 

 

 

 

 

 

 

 

Christian Grossan

 

 

 

 

 

Adj

 

 

 

Jean-Claude Carle

 

 

 

 

 

 

Maire

 

Joseph Antoine Allais

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Paul Fournier

 

 

 

 

 

 

 

Bernadette Fournier

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean Joseph Fournier

 

 

 

 

 

 

Adj

Emile Gauthier

 

 

 

 

 

 

 

Maurice Meunier/

Christian Grossan (1998)

 

 

 

 

 

 

•-D

 

 

Bernard Vallérian

Jean Claude Carle (1998)

 

 

 

 

 

 

•-D

Adj

 

Jean-Yves Richard

 

 

 

 

 

 

 

 

Emmanuel Perron

 

 

 

 

 

 

 

 

Alain Fourny

 

 

 

 

 

 

 

Adj

 

Yves Fouque

 

 

 

 

 

 

 

Adj

 

Valérie Perron

 

 

 

 

 

 

 

 

Françoise Fournier

 

 

 

 

 

 

 

 

Adj

Morgane Fournier

 

 

 

 

 

 

 

 

Adj

Arlène Buzet

 

 

 

 

 

 

 

 

Carole Traver

 

 

 

 

 

 

 

 

Claude Grossan

 

 

 

 

 

 

 

 

André Imbert

 

 

 

 

 

 

 

 

Michel Chavrot

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Légende:

 

Adj : Adjoint                                     : conseiller municipal                                 D : démission

 

Mercredi 22 juillet 2009 : Pèlerinage à Sainte-Anne

Dimanche 26 juillet, comme ils le font depuis le milieu du 18 ème siècle, les paroissiens de Ceillac et de Maurin se rendront en pèlerinage à la chapelle de Sainte-Anne, près du lac du même nom.

La procession partira vers 8 h du fond de Chaurionde et la messe sera célébrée vers 11 heures, devant la chapelle, à 2407 mètres d’altitude. Un rituel immuable.

C'est  le 26 juillet 1751 que,  pour la première fois, ce pèlerinage fait référence à la fête de Sainte-Anne. Cependant, les archives ont gardé la trace de travaux faits à la chapelle dès  1743. Et si depuis deux siècles et demi, chaque 26 juillet, on monte à Sainte-Anne, on relève que les paroissiens se rendaient auparavant au « lac de la doux » pour y demander la pluie.

Ainsi, les livres consulaires rapportent « Le 9 juillet 1699, sommes allés en procession au lac de la doux à cause que nous avions besoin de la pluie ». En 1722, vraisemblablement pour les mêmes raisons, le pèlerinage a lieu le 14 juillet, en 1725, le 17 juillet, en 1726, le 29 août, en 1729, le 7 juillet.

En 1734, la procession monte à La doux le 29 avril .

En revanche, le 1er juillet 1739, la procession monte le 1er juillet « en remerciement de la pluie ».

Ainsi donc, siècle après siècle, la ferveur ne s’est pas relâchée. Bien au contraire, les paroissiens reçoivent chaque année le renfort de centaines de touristes et le curé de Ceillac accueille de nombreux confrères venus des autres paroisses du secteur ou  résidant en vacances dans la région. Tous les évêques du diocèse ont un jour ou l’autre présidé ce pèlerinage  qui a eu l’honneur d’accueillir le Primat des  Gaules.

Dans la Monographie de Ceillac qu’il a publiée en 1926, Thivollier décrit ainsi le pèlerinage : 

« La procession de Ceillac offre un spectacle des plus pittoresques : elle se compose de pèlerins des deux sexes ; les femmes aux costumes bariolés, marchent en tête et donnent la note gaie ; les chantres font retentir les échos des chants liturgiques, pendant que les bannières claquent au vent. Beaucoup de personnes montent à califourchon sur leurs mulets et mules et suivent sans trop de peine, mais, pourrait-on dire avec moins de mérite.

La procession se déroule ainsi le long du vallon du Mélézet ; les cloches des hameaux traversés tintent à son passage ; à la Cime du Mélézet, elle franchit le torrent pour s’élever, à travers le  bois, jusqu’au  vallon de Ste Anne. La chapelle est atteinte, en 2h ½ de Ceillac ; chacun se repose et se réconforte en attendant la procession de Maurin, qui se montre bientôt sur le sentier du col Girardin ; on se porte à sa rencontre ; on échange des salutations et on s’installe autour de la chapelle pour entendre la messe ; les chants et le sermon éveillent les échos de ces lieux solitaires.

Après la messe, les pèlerins se groupent par familles et déjeunent autour du lac ; je ne décrirai pas à nouveau le tableau grandiose offert par ce lac et les glaciers de le Font-Sancte ; mais la présence d’une foule animée et mise en gaieté par un bon repas sur le gazon, ajoute une note charmante à ce magnifique décor alpestre.»


La chapelle avant sa destruction par une avalanche en 1918 et, en vignette, Msgr Di Falco, lors du pèlerinage de 2007.

Dimanche prochain, la procession ne partira pas du village de Ceillac mais du Fond de Chaurionde et les pèlerins ne seront sans doute pas aussi hauts en couleurs. Mais l’esprit convivial et festif, comme l’expression sans artifices d’une foi simple et vraie, sont  restés les mêmes. Et sur la prairie, génération après génération, les familles du village s’installeront au même endroit pour partager le repas.

Christian Grossan

 

Mardi 21 juillet 2009 : Naissance de Noa

Nathalie Richard et Franck Gérard nous annoncent la naissance de leur fils Noa, né le 4 Juillet 2009 à 1h16 à la maternité de l'Etoile à Puyricard (Bouches du Rhône).

Noa se porte à merveille, tout comme sa mère, avec un poids de 3,56 kg et une taille de 50,5 cm. Il est le premier petit-fils de Claudine et Eugène Richard qui habitent à Ceillac, de Laurence Cornuez qui réside en Vendée et de Marc Gérard qui vit dans le Var.

 

Vendredi 17 juillet 2009 : Concert du Quatuor Athanéor

L’église Saint Sébastien était comble pour la prestation du quatuor Athanéor. Le public a été enthousiasmé par le programme éclectique brillamment exécuté par les quatre saxophonistes, Yves Rambaud (saxophone soprano), Pierre Proust (saxophone alto), Bruno Espitalier (saxophone ténor), Damien Gaume (saxophone baryton).

Ils ont notamment interprété des pièces de Bach et de Rossini ainsi qu'un extrait de la comédie musicale West Side Story.

Le prochain concert aura lieu le jeudi 23 juillet avec le Duo Romanesca qui interprètera des musiques d’Amérique latine, Irlande, musique classique et traditionnelle.

 

Jeudi 16 juillet 2009 : Vernissage de l'exposition "Le chant de la terre"

Le Chant de la terre

C'est sous ce titre fleurant bon l'authenticité que l'association les Amis de Ceillac  présente à l'église de Sainte-Cécile, mise à sa disposition par la municipalité, sa traditionnelle exposition d'été. Les visiteurs pourront y découvrir du lundi au vendredi de 17 h à 19 h et le dimanche de 16 h à 18 h les œuvres d'Odile Fricher, Michel Blanchard et Pierre-Dominique Esnault.


Bernard Busser, président de l'association "Les Amis de Ceillac" présente les artistes.

Les aquarelles d'Odile, parfois déclinées en posters ont pénétré la plupart des foyers du village et des résidences secondaires  et contribué  de longue date à la reconnaissance de ses talents. Depuis quelques années, elle est revenue à la peinture et nous propose des toiles spécialement créées pour cette exposition et consacrées aux fleurs du jardin. La netteté des formes et des volumes, l'éclat et la fraîcheur des couleurs pleines de nuances sont telles qu'on les croirait sorties de terre.

Michel Blanchard ne cesse de poursuivre sa " mutation". Cet homme des sommets et de la haute montagne  s'est lancé dans la poterie depuis de longues années. Son souci de la perfection, son goût pour le beau, son sens artistique et sa curiosité naturelle lui permettent de donner à la terre des formes originales, des couleurs inédites en recourant à des techniques toujours plus pointues  mais en continuant à cuire ses pièces dans un four à bois, le plus grand de toute la région.

Pierre-Dominique Esnault,  qui est en quelque sorte l'invité extérieur de cette exposition, travaille… le sable. Pour préparer cette exposition, il est d'ailleurs venu en chercher cet hiver sur les rives enneigées du Cristillan. Ses créations de formats très variés et souvent très colorées s'inscrivent particulièrement bien  dans cette exposition et dans cette église. C'est assurément une œuvre à découvrir et à apprécier quand on pense à la difficulté de maîtriser une matière aussi capricieuse.

Jean Giono dans " le Chant du monde"  se plaît à décrire et à écrire un monde qu'il a totalement inventé.

Les artistes de cette belle exposition "le chant de la terre" ont  réellement puisé  dans la terre la matière qu'ils transforment et font vivre devant nous, comme un hymne à la terre précisément.

Dans le chœur  de l'église les sculpteurs locaux présentent également un certain nombre de pièces originales qui retiennent l'attention des visiteurs.

Christian Grossan

 

Quelques oeuvres parmi toutes celles exposées

* Oeuvres de Jean-Karen Fournols

* Oeuvres d'Odile Fricher

* Oeuvres de Pierre-Dominque Esnault

 

Dimanche 12 juillet 2009 : Exposition "Le chant de la terre"

L'exposition 2009, organisée par l'association "Les Amis de Ceillac", présentera, tout l'été durant, Odile Fricher et Michel Blanchard, artistes de Ceillac, et, comme invité Pierre-Dominique Esnault.

Le vernissage est programmé pour le mercredi 15 juillet à 18 h, tout le village, ceillaquins et vacanciers, étant invité.

Elle sera ouverte tous les soirs, sauf le samedi, de 17 h à 19 h (16 h à 18 h le dimanche).

 

 

 

Il n'est guère nécessaire de présenter le travail de Michel Blanchard, il est sur les marchés tous les jeudis et chacun peut apprécier la qualité de son travail de potier. Ce qu'on sait moins, et que l'exposition montrera surtout, c'est qu'il ne cesse d'aller de l'avant, de chercher de nouvelles formes plus amples et de nouvelles couleurs ou cuissons. Sa présence pendant l'exposition permettra d'ailleurs des contacts directs...

Les oeuvres d'Odile Fricher ont pénétré dans tous les foyers de Ceillac, notamment ses célèbres aquarelles de sa série alpine. Moins connues sont ses huiles qu'elle travaille depuis toujours. Elle présentera pendant l'exposition ses toiles récentes, créées pour cette occasion, et consacrées aux fleurs de jardin. Elle aussi sera présente au moment de l'exposition et on pourra échanger avec elle...

De l'oeuvre de David Esnault, on se gardera ici de dévoiler la nature, pour laisser intacte la curiosité de chacun : qu'on sache simplement que la matière qu'il travaille est le sable.

Lorsqu'il est venu dans le village cet hiver, et malgré la neige que vous savez, il a tenu à s'approcher du Cristillan, près du pont du Villard et à emporter un peu de sable du torrent, à la fois pour enrichir son étonnnante collection et s'imprégner d'une des teintes de Ceillac. Lui aussi a travaillé pour l'exposition de Sainte-Cécile et il montrera une production spécialement pensée pour le lieu.. qui l'a évidemment séduit !

Bernard Busser, président des "Amis de Ceillac"

 

Samedi 11 juillet 2009 : Succès pour l'orchestre Opus

La prestation de l'orchestre Opus qui s'est produit jeudi en l'église Saint-Sébastien a été unanimement appréciée par le public venu nombreux assister au spectacle.

La programmation permettait d'effectuer un voyage musical à travers les derniers siècles écoulés depuis Bach ou Corelli jusqu'à Satie et Bartok en passant par Mozart et Purcell avec une alternance d'oeuvres connues et d'autres plus confidentielles.

Avant chaque morceau, le chef d'orchestre, Jean Christophe Keck, s'est complu à présenter l'oeuvre et l'auteur en détails, donnant ainsi quelques clés pour mieux comprendre la musique jouée, un plus dispensé avec simplicité et humour.

Le concert s'est achevé sur une note joyeuse avec l'interprétation de la marche de Radeski où le public était convié à accompagner, avec les mains, l'orchestre, partipant ainsi de façon interactive à la fin du concert.

Au final, une belle réussite, fruit d'un accueil soigné des musiciens, d'un cadre idoine avec une acoustique reconnue comme excellente, d'une programmation judicieuse et d'une intreprétation de qualité.

les prochains concerts donnés dans le cadre des musicales du jeudi organisées par l'association "Les Amis de Ceillac" en l'église Saint-Sébastien, à 21 h, seront :

- Jeudi 16 juillet : Quatuor Hatanehor (saxophones)

- Jeudi 23 juillet : Duo Romanesca (guitares)

- Mercredi 29 juillet : orchestre des Cévennes (festival arts et musique en montagne)

- Jeudi 6 août : les Désanchés (quatuor de clarinettes)

- Jeudi 13 août : North Gospel Quartet ~ a capella (Gospel songs, Negro spirituals, chansons françaises)

- Jeudi 20 août : Duo Beltene (musiques du monde)

 

Mercredi 8 juillet 2009 : Concert et Fête des traditions

* Les musicales du jeudi

C'est sous ce titre générique que l'association les Amis de Ceillac qui depuis plus de 30 ans apporte une contribution déterminante à l'animation du village que sont présentés les 7 concerts qui seront proposés cet été .

Tous auront lieu à l'église Saint-Sébastien, au centre du village et à 21 heures.

Cette programmation de l'été 2009 , très éclectique, mais de très grande qualité est à porter au crédit de Marie-Noëlle Robin qui depuis plusieurs années ne ménage ni son temps ni sa peine pour choisir les formations, accueillir les artistes et très souvent prendre en charge leur hébergement et leur restauration, veiller au bon déroulement des préparatifs et des répétitions, mettre en place la billetterie.

La première manifestation culturelle de l'été à Ceillac aura lieu le jeudi 9 juillet avec l'Opus-0rchestre des Alpes du Sud, un ensemble à cordes de 20 personnes.

 

La vie d'autrefois- Passe temps d'antan

Le Comité des fêtes et ses partenaires  proposent cette année encore de faire revivre la tradition  et d'évoquer  la vie d'autrefois à travers différents métiers, différents jeux, différentes animations.

Cette édition 2009 fera une place plus large aux loisirs simples d'une société rurale qui, très souvent, fabriquait  elle même  ses jeux, ses outils, ses instruments.

Cette journée  de la  mémoire et de la  convivialité se déroulera sur les places et dans les rues du village le dimanche 12 juillet prochain pendant toute la journée.

Au programme de cette manifestation :

- 14 h : arrivée du troubadour avec son âne. Vous pourrez l'accompagner. Départ du bas du village et vous remonterez la rue centrale jusqu'à la place du marché ;

- 14 h 30 - 15 h 30 : Danses Folkloriques avec les « Gounellouns du Queyras » sur la place du marché ;

- 15 h 30 : Contes du Troubadour ;

- 17 h : Spectacle du Troubadour : "La légende de Djan" ;

- 18 h 30 : Pot d'accueil animé par le Troubadour, dégustation de fromages du Pays, pot de l'amitié offert par la mairie ;

- 22 h : Traversée du village aux lampions, départ place de l'église.

Tout au long de l'après-midi (de 14 h à 18 h environ), chacun pourra participer librement à un atelier de création de jeux avec des plantes, assister à une démonstration de filage de la laine, profiter d'une petite promenade en calèche ou encore vous initier aux jeux en bois et aux boules carrées.

Christian Grossan

 

Lundi 29 juin 2009 : La 8 ème Nuit des Refuges

Initiée par le Comité Départemental du Tourisme en liaison avec l’association des gardiens de refuges, le Club alpin Français, le Parc national des Ecrins, le Parc Naturel régional du Queyras, le réseau éducation environnement, « La nuit des refuges »  connaît chaque année un réel succès.

Pour la 8ème édition de cette  manifestation, le petit refuge de la Cime du Mélézet avait bien sûr fait le plein et les musiciens étaient venus de Briançon prêter main forte à Hélène, la gardienne, qui n’est pas seulement une excellente cuisinière mais aussi une musicienne confirmée.

La convivialité et la bonne humeur étaient au rendez vous et si les randonneurs se sont endormis un peu plus tard qu’à l’ordinaire, c’est de l’ambiance festive le la soirée qu’ils garderont le souvenir.

Lorsque le concept même de cet événement a été imaginé, c’était pour donner de la haute montagne et des hébergements qui lui sont attachés une image moins austère, moins élitiste.

Tous ceux qui, depuis 8 ans, ont vécu « La nuit des refuges »  ont découvert un univers plus ludique, plus convivial, que l’image qu’ils avaient de l’hébergement en haute montagne.

En ce sens, cette opération qui visait à rapprocher nos concitoyens de la montagne  authentique, de la montagne humaine, de la montagne vraie, de la montagne festive est une parfaite réussite.

Christian Grossan

 

Dimanche 28 juin 2009 : Réforme des collectivités territoriales

La présentation des travaux de la commission Balladur chargée par le Président de la République de faire des propositions en vue de faire évoluer l'organisation administrative et territoriale de la France a commencé à donner lieu à un assez large débat auquel les citoyens n'ont pas été associés jusque là.

Le Président de la République vient de confirmer devant le Congrès réuni à Versailles que cette réforme serait conduite jusqu'à son terme.

Chacun de nous est concerné.

Philippe Lamour, maire de Ceillac durant 18 ans, dans deux ouvrages de référence a abordé cette nécessaire adaptation de nos institutions.

Il m'a paru intéressant pour les visiteurs de ceillac.com de "revisiter" ces livres au niveau de base de notre organisation territoriale : la commune.

Dans son ouvrage autobiographique "Le cadran solaire" publié en 1979, il ne fait que l'effleurer, assez quand même pour affirmer en évoquant son mandat de maire de Ceillac : "Le cadre d'une petite commune apparut trop étroit pour permettre de rentabiliser des équipements sportifs et d'hébergements. J'entrepris d'associer à nos projets les autres municipalités de la région du Queyras".

De fait, dès son élection à la mairie de Ceillac en 1965, il crée le Syndicat Intercommunal à Vocation Multiple du Queyras (qui deviendra un district de communes, puis une communauté de communes) qu'il présidera aussi longtemps qu'il sera Maire. Et c'est pour l'essentiel sous l'égide des instances intercommunales que se poursuit depuis lors l'aménagement et le développement du Queyras. C'est bien à ce niveau que se prépare désormais notre avenir. C'est dire l'importance du rôle des délégués communautaires désignés au sein de chaque conseil municipal.

60 MILLIONS DE FRANÇAIS
Dans cet ouvrage publié en 1968, Philippe Lamour projette à l'échéance de l'an 2000 et des 60 millions de Français prévus pour cette date ses réflexions et les orientations qu'il préconise en matière d'aménagement du territoire. C'est également sous ce titre qu'il anime pendant plusieurs années une émission télévisée.

"Plus urgente encore que la réforme administrative nationale et régionale est la réforme de l'administration communale.(…..) Il faut inlassablement rappeler que la France compte à elle seule,un nombre plus grand de communes que l'ensemble des autres pays du Marché Commun, plus la Suisse.(….) Ces communes peuvent à peine s'entretenir. Elles ne peuvent se moderniser. Elles n'ont ni ressources suffisantes, ni facilités d'investissements. Elles sont condamnées à la stagnation.(…) Il est d'usage de parler avec émotion de la défense des libertés communales. La liberté est difficilement conciliable avec l'extrême pauvreté. Il faut être un mendiant bien fier pour se sentir libre en sollicitant l'aumône. Elles sont vraiment prestigieuses les libertés communales d'un Conseil municipal qui se borne à enregistrer les décisions prises, en dehors de lui, par les administrations, à recopier les délibérations préparées par le Sous-préfet et à signer le budget établi par le percepteur. Il faut parvenir à concilier ces éléments apparemment contradictoires. Il faut maintenir l'autonomie communale et ses incontestables bienfaits, tout en libérant les communes de leur dangereuse indigence.(...)

La commune doit garder son autonomie pour tout ce qui concerne l'administration quotidienne, qui ne peut être menée à bien qu'au niveau d'une connaissance détaillée des choses et des gens. Tout ce qui concerne l'état civil, la police municipale,les élections, la sécurité contre l'incendie et les controverses juridiques sur les droits de passage doit demeurer de la compétence exclusive des communes. C'est le prolongement naturel d'une existence séculaire dont on ne peut brusquement contrarier le cours.(…)

La libre association de communes en vue de l'étude et de la réalisation de leurs programmes d'aménagement et d'équipements est déjà largement pratiquée.

L'expérience des syndicats intercommunaux et des districts est aujourd'hui suffisamment concluante pour qu'on envisage sa généralisation institutionnelle.(…) Les maires de communes intéressées approuvent ensemble les projets et leur financement ; ils les réalisent ensemble et ensemble ils les inaugurent dans la bonne humeur générale".

LES QUATRE VÉRITÉS
Dans cet ouvrage publié en 1981, Philippe Lamour livre avec vigueur et concision sa vision de l'organisation administrative et politique que doit se donner la France. Ce pamphlet sans concession est un peu le testament d'un homme d'expérience et de bon sens qui aura consacré sa vie à chercher à améliorer celle des autres.

"Depuis un siècle, on parle de réformer le système communal et le régime des finances locales, exactement depuis le vote de la loi organique créant le système communal de la troisième République. Mais on n'a jamais rien fait de vraiment utile. Périodiquement, on confie à une commission le soin de préparer cette réforme ; puis, après qu'elle y a travaillé d'arrache-pied pendant plusieurs années, on enfouit son rapport au fond d'un tiroir. Il y a en France 36 394 communes, mais moins de 1500 d'entre elles comptent plus de 5000 habitants.(…)

Faut-il en finir avec cette marqueterie disparate et regrouper d'office les communes? C'est ce qui a été fait dans presque tous les pays européens.

En France, c'est difficile. Les communes sont issues des anciennes paroisses et ont acquis leur personnalité propre au cours d'une longue histoire.(…)

Il est possible, à présent, d'organiser l'administration communale à deux niveaux. La commune elle même, l'ancienne paroisse, s'occupe sous l'autorité de sa municipalité de tout ce qui ne relève que de sa vie propre, comme la tenue de l'état civil, la célébration des mariages, la police des rues et des champs; et aussi le règlement discret, par le maire, de certaines difficultés familiales ; ce qui n'exige que des services et un personnel réduits. Les petites communes ne peuvent supporter seules les charges trop onéreuses des services administratifs et techniques destinés à s'occuper de leur aménagement et de leur équipement. Elles doivent donc conjuguer leurs efforts au sein d'un syndicat intercommunal qui, avec l'aide des administrations compétentes et de collaborateurs qualifiés, élaborera et exécutera les programmes nécessaires.(…)

En bref la commune continuerait à administrer le présent tandis que le syndicat intercommunal préparerait l'avenir.

La généralisation du regroupement des communes en syndicats pourrait être obtenue par une procédure plus simple et plus efficace que celle de la fusion. Il suffirait de décider que, désormais, aucune aide de l'Etat ni aucun prêt complémentaire ne seraient attribués aux communes que dans le cas ou le projet serait inscrit dans un programme intercommunal. L'expérience établit déjà qu'au sein des syndicats , les maires s'entendent fort bien, en dépit de l'éventuelle différence de leurs appartenances politiques. Quand il s'agit de réaliser des investissements en commun dans les meilleures conditions financières, tout le monde est d'accord.

Les lignes électriques et les canalisations d'eau n'ont pas de couleur politique. Le maintien de la situation actuelle des communes et la paralysie dans laquelle les entretient l'indigence de leurs budgets font obstacle à leur participation efficace au développement du pays."

Ces propos prémonitoires d'il y a 40 ans sont aujourd'hui pour la plupart inscrits sinon tous dans la réalité au moins dans les perspectives à court terme. Parmi les compétences actuellement exercées par la communauté de communes l'Escarton du Queyras, on note, excusez du peu :

- l'aménagement de l'espace ;
- le développement économique ;
- la protection et la mise en valeur de l'environnement ;

- la politique du logement et du cadre de vie ;
- l'organisation des secours et de la défense contre l'incendie ;
- l'assistance aux personnes âgées.

... Et cette liste n'est pas exhaustive.


Caserne de Ceillac, en cours d'achèvement.

S'il fallait se convaincre de la réalité et de l'importance de la coopération intercommunale, il suffirait de pointer ceux des grands investissements qu'elle a permis de réaliser à Ceillac au cours des dernières années :

- le domaine skiable (financement communal de 10%) ;
- l'assainissement (financement communal de 18%) ;
- l'enfouissement des lignes électriques (financement communal de 20%) ;
- le centre de secours (financement intercommunal de 30% et du conseil général pour 70%) ;
- la déchetterie.


Machinerie du nouveau télésiège 6 places débrayable

La réforme annoncée ne reviendra pas en arrière,bien au contraire. On doit s'attendre à ce qu'elle favorise le regroupement des structures intercommunales actuelles au sein de communautés plus larges et aux pouvoirs plus étendus dont la réforme concomitante des finances locales viendra soutenir l'action.

La Mission temporaire sur l'organisation et l' évolution des collectivités territoriales du Sénat écrit dans son dernier rapport" La mission recommande, par ailleurs, de rationaliser l'exercice des compétences de proximité confiées au "bloc communal", en augmentant progressivement les compétences confiées aux intercommunalités, en particulier en matière d'aménagement, d'urbanisme et d'environnement."

Si le mode de désignation des élus qui administreront les communautés de communes n'est pas tranché encore, il devrait néanmoins faire une meilleure place au suffrage direct. C'était vrai hier, c'est vrai aujourd'hui et ce sera plus vrai encore demain, c'est dans les instances de coopération intercommunale que se joue l'avenir de notre communauté villageoise.

Christian Grossan

 

Dimanche 14 juin 2009 : Transhumance

C'est par un temps superbe que s'est déroulée, ce matin, la transhumance des vaches de Jean-Yves et Nadège Richard, une trentaine d'animaux au total, essentiellement des vaches de race abondance.

Elles ont rejoint, à pas tranquille, le hameau de la Riaille, sis à 1900 m d'altitude, où elles paîtront tout l'été durant l'herbe des alpages sans autre apport nutritionnel. Elles y resteront jusqu'au 30 septembre.

Elles seront donc traites sur place et le lait servira à confectionner les yaourts, les fromages, tommes, bleu..., que tout un chacun pourra trouver à l'épicerie du village ou, en saison, sur le marché de Ceillac qui se tient tous les jeudis.

 

Jeudi 11 juin 2009 : Pylône

Le pylône T.D.F. de la plaine des Oches doit être déplacé depuis plusieurs années suite à une condamnation sous astreinte de T.D.F. qui l'avait installé à à proximité immédiate de l'église Sainte-Cécile, un monument classé.

Plusieurs emplacements avaient été envisagés et c'est finalement en contrebas du plateau de Bramousse que le choix s'est arrêté, pour des raisons essentiellement techniques.

Aujourd'hui, après le génie civil qui avait eu lieu à l'automne, un hélicoptère est venu aider à la mise en place des éléments du nouveau pylône, qui atteint une hauteur d'environ 40 m, ce qui ne le rend pas particulièrement discret d'autant plus que les éléments n'ont pas été peints (en vert par exemple...) afin de réduire l'impact visuel.

Ce pylône permettra de diffuser la T.N.T. sur la vallée et accueillera l'antenne Bouygues. S.F.R. devrait s'y installer également sous réserve d'un accord entre l'opérateur et T.D.F. qui demande des loyers élevés pour l'hébergement. Quant à Orange, qui dispose, depuis plus de 10 ans..., d'une antenne provisoire à 30 m de l'école, il pourrait envisager un déplacement de cette dernière, soit sur le nouveau pylône T.D.F., sous réserve de compatibilté technique avec la mise en place de l'U.M.T.S., soit à un autre endroit de la vallée à déterminer.

L'ancien pylône devrait, quant à lui, être démonté à l'automne, le temps d'effectuer l'ensemble des essais...

 

Mercredi 10 juin 2009 : Enneigement de la vallée

Pour répondre à celles et ceux qui désirent connaître quelles sont les randonnées accessibles, voici quelques photos aériennes qui devraient leur permettre de se faire une idée assez précise. (prise de vues par temps gris, à travers une vitre d'où une qualité et des couleurs moyennes...)

Pour résumer la situation, versant sud, on monte généralement à pied sec jusqu'à 2600/2700 m d'altitude. Versant nord, on trouve la neige à partir de 2500 m.

Si on fait abstraction de la neige tombée il y a quelques jours et dont il ne reste au jour d'aujourd'hui que quelques résidus çà et là, les névés présentent une neige dense qui porte bien et il n'est nul besoin de raquettes. Par contre, météo-France nous prévoit une hausse notable des températures dans les jours prochains et la neige devrait ne plus porter aussi bien...

Plateau de Ceillac

Chaîne de la Font Sancte

Vallée du Mélézet

Lac Sainte Anne

Poste optique de Girardin

Vallée du Cristillan (cols Clausis, Beaubarnon et Marcous)

 

Dimanche 7 juin 2009 : Elections européennes

A l'issue du scrutin, clos à 18 h, les résultats pour les élections européennes sont les suivants :

inscrits : 295

votants : 132 (44,7% de participation)

nuls : 3

exprimés : 129

 

Ont obtenu

- Debout la république : 2 (1,6%)

- NPA : 5 (3,8%)

- Lutte Ouvrière : 1 (0,8%)

- Europe Ecologie : 21 (16,2%)

- Démocrates pour l'Europe : 4 (3,1%)

- Europe Démocratie Espérento : 0 (0%)

- Liste de Villiers : 9 (6,9%)

- Solidarité France : 1 (0,8%)

- UMP : 54 (41,9%)

- Front de Gauche : 6 (4,6%)

- PSE :13 (13,1%)

- Résistances : 0 (0%)

- Alliance Ecologiste Indépendante : 3 (2,3%)

- Front National : 10 (7,8%)

 

Lundi 18 Mai 2009 : Naissance de Niyma

Lobsang, fils de Bruno et Séverine, nous annonce la naissance de Niyma, son petit frère né samedi 16 mai, à Briançon, à 6 heures.

Niyma, dont le prénom signifie soleil, est en pleine forme, avec un poids de 3,010 kg, tout comme sa mère. Ils devraient tous deux rejoindre Ceillac en début de semaine.

Bienvenue à ce rayon de soleil sur notre belle planète bleue !

 

Mercredi 13 Mai 2009 : Enquête publique

Dans le cadre du renouvellement de la Charte du Parc Naturel Régional du Queyras, celle-ci est soumise à enquête publique depuis le 11 mai.

Cette enquête intervient après les avis officiels donnés en février par le CNPN (Conseil National pour la Protection de la Nature) et le MEDDAT (Ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire). Si elle est approuvée, la charte sera valable pour une durée de 12 années.

L'enquête publique permettra de recueillir les avis critiques des uns et des autres (habitants ou visiteurs du territoire du parc) concernant cette charte dont la gestation a été assez longue et difficile, tant au niveau du fond que de la forme.

A cette fin, un commissaire enquêteur a été nommé par le Tribunal Administratif, avec un rôle d’écoute et de neutralité.

La charte du Parc, qui est un véritable projet de territoire, ainsi que le plan de Parc pourront être consultés sur place en Mairie ou sur le site Internet du Parc (charte du parc, plan de synthèse du parc).

Le Registre, où inscrire les remarques, sera disponible dans chaque Mairie de chaque commune du territoire du Parc. Des permanences du Commissaire Enquêteur se tiendront également dans les lieux et aux horaires donnés ci-après (vendredi 15 mai, de 9 h à 12 h pour Ceillac). Ces permanences permettront à ceux qui le souhaitent de faire part de leur avis de vive voix, de lui remettre un courrier en main propre. Il sera également possible de lui envoyer les remarques écrites à l’adresse spéciale suivante (siège de l’enquête) sans oublier de mentionner son nom, afin que lui seul ouvre le pli :

Monsieur le Commissaire Enquêteur
Parc naturel régional du Queyras
La Ville
05 350 ARVIEUX

 

A lire en détails :

- lettre du parc (avril 2009)

- Charte du parc (avril 2009)

- Plan de parc (emprise habitat des vallées)

- Plan de parc (synthèse)

- Charte 1997~2007

- Bilan de synthèse au 1 er mai 2007

 

 

 

Mardi 12 Mai 2009 : Les budgets 2009

Le 25 mars, le conseil municipal a adopté les différents budgets en maintenant les taux d’imposition inchangés depuis plus de 10 ans et en envisageant avec une extrême prudence les investissements.

LE BUDGET COMMUNAL

Pour ce qui concerne la commune, le budget global, pour 2009, est équilibré en dépenses et en recettes à 1.340.897,26 €.

Les dépenses de la section de fonctionnement, 861.240,62 €, sont très proches des prévisions cumulées de l’année précédente (859.722,97 €). En revanche, les recettes, 821.624 €, sont en baisse assez sensible par rapports aux prévisions de 2008, 892.080,29 €.

Un prélèvement de 70.119,03 € sera opéré pour financer la section d’investissement. Il correspond au remboursement du capital de la dette.

Compte tenu des restes à réaliser des exercices antérieurs, les prévisions de dépenses d’investissement s’élèvent à 479.656,54 € contre 566.797,10 en 2008. Les recettes sont elles aussi en retrait avec une prévision de 228.865,95 €  contre 333.056,28 € en 2008.

Les charges à caractère général constituent le premier poste des dépenses de fonctionnement avec 450.587,59 €. Il s’agit des frais courants d’entretien de la voirie, des bâtiments communaux et des forêts, du déneigement, des navettes station, des fournitures courantes, des honoraires. Le poste des frais de personnel 230.500 € est en légère diminution par rapport à 2008 du fait des transferts à la communauté de communes des services de l’office du tourisme.

Au chapitres des participations diverses, les  subventions les plus importantes sont accordées au Comité des fêtes dont la contribution à l’animation locale est essentielle ainsi qu’à l’association « Les Abeilles à l’école » qui a, notamment, mis en place un système de garderie, à destination des ceillaquins, en collaboration avec ValVVF.

Les frais financiers, principalement les intérêts des emprunts sont en diminution assez nette.

Les impôts et les taxes représentent une recette de 311.599 € derrière les dotations et les participations  de l’Etat,  404.616 €.

Dans le domaine des investissements, outre le report d’un certain nombre de programmes entrepris ou prévus les années antérieures, les prévisions de travaux nouveaux concernent une étude d’urbanisme, l’aménagement de la place sous la mairie, la poursuite de l’enfouissement des lignes électriques, des travaux de protection du périmètre de la Z.A.C de l’Infernet, la réparation du pont d’Entreroches, la création d’un chemin d’accès à la partie haute de  la zone d’activités de la Viste et le renforcement du transformateur du Mélézet.

Ce budget de la commune pour 2009 traduit avant tout une relative stabilité de la section de fonctionnement et  un tassement de la section d’investissement : 1.839.000 € en 2006, 869.096 € en 2007, 576.709 € en 2008.

Le service de l’eau

Pour le service de l’eau, qui fait l’objet d’un budget annexe, les recettes de l’exploitation couvrent les dépenses qui sont évaluées à 65.772 €. Et la section d’investissement est équilibrée à 468.843,38 €. Les travaux concernent l’achèvement des travaux sur les réseaux de collecte des eaux usées entrepris depuis plusieurs années et le renforcement du captage des Sagnes commencé en 2008.

Pour ce qui concerne les réseaux de transfert des eaux usées  et la station d’épuration qui fonctionne depuis la fin de l’année 2008,  ils sont pris en charge par la communauté de communes l’Escarton du Queyras.

Le camping municipal

Le budget du camping municipal  intègre un virement de 37 .417 € de la section de fonctionnement au bénéfice de la section d’investissement qui, compte tenu des résultats antérieurs cumulés, se trouve disposer d’une ressource de 130.702,26 €. Un programme de travaux est envisagé mais leur réalisation ne pourra pas intervenir avant la prochaine saison d’été.

Christian Grossan

BUDGET COMMUNE
2006
2007
2008
2009

FONCTIONNEMENT

820.000
842.024
892.080
861.240

INVESTISSEMENT

1.839.000
899.096
576.709
479.656

 

Dimanche 3 Mai 2009 : Naissance de Timéo

Meyline nous annonce la naissance de son petit frère, Timéo, fils de Fabrice et d'Emilie.

Pressé de voir le jour et de profiter des belles journées printanières, il est né le 19 avril au matin à la maternité de Gap, avec un mois d'avance. Il pesait 2 kg 730 et mesurait 46 cm.

Malgré son avance, il se porte à merveille et est de retour à sa maison à la grande joie de toute sa famille.

 

Samedi 18 Avril 2009 : Un beau succès

Si  la victoire de Célia Aymonier était attendue, Mellie Bertrand, sociétaire du ski club Queyras, a créé la surprise en s'adjugeant la seconde place aux championnats de France de ski de fond qui se sont déroulés au début du mois aux Saisies. Dans la catégorie des jeunes dames Marion Colin s'est classée en  troisième position.

Thierry Grenouillet qui entraîne Mellie Bertrand sur les pistes de ski de fond de Ceillac depuis de nombreuses années partage sa très grande satisfaction.

Christian Grossan

 

Mercredi 8 Avril 2009 : Décès d’Antoinette GROSSAN

Le glas a de nouveau sonné, ce mercredi 8 avril, pour annoncer aux habitants du village  le décès de l’une de leurs aînés, Antoinette Grossan.

Antoinette Grossan, née Arnoux, a  rejoint son époux  Eugène Célestin, décédé en 2002 à un âge avancé, comme elle, dans la maison  familiale et entourée de ses enfants.

Cette chrétienne vivait sa foi dans la simplicité et l’humilité qui la caractérisaient. Elle avait samedi dernier encore assisté à la messe des Rameaux, devant la chapelle du même nom à l’Ochette. Comme  l’automne dernier, au « Farnienthé », elle avait participé au repas des anciens du village.

Cette solide montagnarde qui  avait pourtant connu  le lourd labeur des femmes de paysans qui ajoutent aux tâches quotidiennes de la maison et de la famille, les travaux de la ferme et des champs ne s’en plaignait jamais.

Au soir de cette longue existence, Antoinette, aînée de  quatre frères qui  nous ont quitté depuis longtemps aimait à voir réunis autour d’elle ses fils Claude et Pierre, sa fille Marie-Claire et leurs conjoints et surtout ses 4 petites filles.

C’est peut-être à cette sagesse et à cette sérénité qu’au fond de lui chacun de nous aspire pour soi.

Christian Grossan

 

Mercredi 8 Avril 2009 : Aménagement du Queyras : une page est tournée

Réunie sous la présidence de Jean-Paul Fournier, l’assemblée générale de Queyras-résidences vient de prononcer sa liquidation mettant ainsi un terme à la belle aventure de la SICA d’Aménagement du Queyras créée en 1966 par Philippe Lamour, maire de Ceillac avec l’appui et la complicité d’Elie Berge, maire de Molines en Queyras.

L’objectif de la SICA d’aménagement était de constituer rapidement un parc de logements banalisés assez important pour assurer une fréquentation suffisante des remontées mécaniques participant ainsi au renouveau économique de la vallée.

Comme ce développement devait être conduit par et pour la population locale, les statuts de la SICA stipulaient que le patrimoine immobilier constitué par la SICA reviendrait aux propriétaires qui apportaient leurs terrains  au prorata de leurs apports.

A Molines en Queyras, la SICA d’aménagement a réalisé le lotissement du Coin qui concentre aujourd’hui encore une part importante de la capacité d’accueil de la station, puis elle y a construit 56 logements meublés qu’elle a exploité en location saisonnière pendant plus de 40 ans.

A Ceillac, outre l’aménagement de 4 logements dans  chacun des chalets de l’Ochette issus de la reconstruction consécutive aux inondations de juin 1957,  la SICA a construit et exploité pendant la même période  62 logements meublés.

A Aiguilles les logements construits par la SICA d’aménagement ont été repris par la commune.

La SICA  devenue la S.A. Queyras résidences  pour satisfaire aux exigences réglementaires et fiscales  ayant décidé il y a 18 mois de réaliser ses biens,  l’assemblée générale qui vient de se tenir devait désigner le liquidateur et entériner les principes de la distribution des dividendes. Ce que les nombreux sociétaires réunis dans la salle des Myosotis , au Coin, ont fait dans une belle unanimité.

Le patrimoine apporté en 1966, des terrains nus, sans aucune infrastructure ni réseau et souvent de moindre valeur agricole sont évalués à 45.000 €. La valeur du patrimoine redistribué dépasse 2.200.0000 €. Une multiplication par 48 ! Et des millions de nuitées qui ont impacté de façon très importante l’économie locale.

Si le succès incontestable de cette formidable aventure collective peut-être porté au crédit du visionnaire que fut Philippe Lamour comme l’a rappelé Jean-Paul Fournier, cette dernière assemblée a été l’occasion également  de le remercier pour son engagement désintéressé  et  de saluer le travail  d’Antonin Fournier  dans la transformation de la société. A l’heure du bilan, sans doute faut-il aussi  se souvenir de l’implication et de la foi en l’avenir des ouvriers de la première heure que furent Alfred Moyrand, Jean Garcin et Sylvie Grossan.

En fin de séance, Jean-Paul Fournier qui a été désigné en qualité de liquidateur, a  exprimé sa gratitude aux administrateurs et aux collaborateurs de la société qui l’ont accompagné et soutenu depuis plus de 12 années  et s’est réjoui d’avoir pu mener à son terme la mission qui lui avait été confiée par le conseil d’administration.

Durant le moment de convivialité qui a suivi, les opérations statutaires, le rôle fédérateur de la SICA d’aménagement, puis de Queyras Résidences, a été souligné  ici et là  et si  la juste rémunération du capital  était attendue ce n’est pas sans nostalgie que cette  page de l’histoire contemporaine du Queyras  a été définitivement tournée.

Christian Grossan

 

Mercredi 1 er Avril 2009 : Steven Spielberg en tournage à Ceillac le 20 Août 2009

Steven SPIELBERG prépare actuellement le cinquième tome des aventures d’INDIANA JONES, sous le titre provisoire d’INDI JUNIOR et l’or du lac.

On connaît la légende tenace qui veut qu’une grande partie des richesses pillées par les SS au cours du second conflit mondial sont immergées, sous forme de lingots d’or, au fond du lac du HAGENKREUZSEE. INDI JUNIOR (Shia LABEOUF), accompagné de son père (Harrison FORD) est aux prises avec un redoutable chasseur de trésors bolivien (Beniccio Del TORO) et avec le dernier survivant du commando SS qui connaisse le secret (Ed HARRIS). Pour le rôle féminin, décisif et ambigu de la maîtresse du SS, passée au chasseur de trésors, on parle de Sophie MARCEAU. Jennifer ANISTON, en jeune première, complète cette distribution prestigieuse.

Les responsables du « casting des lieux » à la recherche d’un lac - qui devait être situé hors des territoires des anciennes puissances de l’AXE (Allemagne, Autriche, Italie) - ont passé  en revue, parmi d’autres lacs européens, les lacs du Queyras. Mais ils n’ont pas retenu le Lac Sainte-Anne.

En revanche, ils ont remarqué et choisi l’église Sainte-Cécile de CEILLAC pour sa situation  exceptionnelle et l’originalité de sa décoration intérieure : c’est d’elle que partira le souterrain qui… Steven SPIELBERG fait actuellement reconstituer Sainte Cécile dans les studios  de la PARAMOUNT à Hollywood et y construit entre autres l’autel truqué qui s’ouvre quand on tourne vers la gauche la statue dorée de Sainte Cécile.


Lors d'une reconnaissance au dessus de la Riaille.

 


Essai avec la caméra panoramique fixée sur hélico.

Il lui faudra cependant plusieurs scènes d’extérieur qui seront tournées, la nouvelle vient d’être confirmée, le jeudi 20 août 2009, sur place, aux OCHES de CEILLAC. Dans les jours qui viennent un appel à figurants sera lancé à CEILLAC : on attend notamment des femmes et des hommes d’âge mûr et au visage expressif qui doivent accompagner un faux enterrement…

C’est pour préparer cette scène que Steven SPIELBERG en personne est passé brièvement au village le 28 août dernier et qu’accompagné du président des amis de CEILLAC il a visité – et approuvé – les lieux. Il avait été déposé au Serre par un hélicoptère privé puis promené incognito jusqu’à Sainte Cécile, ouverte exceptionnellement pour lui pendant l’exposition KORAICHI.

 

Il a écrit sur le livre d’or de l’exposition :

I am really crazy about the area ! I like CEIILAC and specially Sainte Cecile church ! See you soon for the job : keep the church in order ! Thanks for "l’accueil sympatique". Looking forward to seeing you !

Steven SPIELBERG

 

 

J’adore la région ! J’aime Ceillac et surtout Ste Cécile. A bientôt pour le tournage : gardez l’église prête ! Merci pour l’accueil sympathique ! A très bientôt !

Steven SPIELBERG

 

Samedi 28 mars 2009 : Décès de Joseph-Léon Fournier

C’est à la maison de retraite d’Aiguilles que Joseph-Léon Fournier vient de s’éteindre. Discrètement, comme il avait vécu. Il avait 93 ans.

Joseph-Léon Fournier nous quitte au soir d’une longue vie, bien remplie, toute d’abnégation, de gentillesse, de dévouement aux siens et à la collectivité.

Veuf très jeune, il élèvera seul ses deux fils et il aura la douleur de perdre le cadet, Claude, décédé à 57 ans en 2004 et dont le souvenir reste très présent à Ceillac.

Agriculteur, Joseph-Léon Fournier complètera les revenus modestes de son exploitation par d’autres activités en faisant fonctionner avec son frère aîné et Célestin Grossan les fils neige mis en place à l’ubac en 1958, puis en tenant la caisse des remontées mécaniques de la sica-sports, avec scrupule et rigueur.

Parallèlement et avec la même conscience, il assure la pesée du lait à la fruitière du village et distribue la paie aux producteurs chaque fin de mois.

Reprenant là aussi le flambeau du « secrétaire », il prend en charge la station locale de la météorologie nationale aujourd’hui tenue par Simone, sa belle fille.

Malgré la modicité de ses moyens, il est un des 9 habitants du village qui répondront favorablement à la sollicitation d’Alfred Moyrand pour constituer le capital social de la Société d’aménagement touristique et d’équipement de Ceillac qui construit en 1962 le téleski des Rouits puis le téléski de la Cascade.

Longtemps conseiller municipal, et notamment de 1965 à 1977 sous les premières mandatures de Philippe Lamour, ceux qui l’ont alors côtoyé gardent le souvenir du solide bon sens de ce travailleur infatigable dont le dévouement, la générosité, la gentillesse, le désintéressement, le sens du bien public doivent être salués.

Joseph-Léon Fournier était par ailleurs un chrétien fervent .

C’est une belle figure qui nous quitte. Les pensionnaires du gîte d’étape « les Baladins » dont il aimait à partager la vie quotidienne avec son fils Jean-Joseph et sa famille, les nombreux vacanciers avec lesquels il aimait converser et les habitants de Ceillac auront à cœur de garder le souvenir.

Christian Grossan

 

Jeudi 25 mars 2009 : CRJ Minimes

126 minimes sur les pistes de Ceillac 126 minimes, 73 garçons et 3 filles se sont affrontés ce dimanche sur la piste de Girardin sur laquelle était tracé un slalom géant de 37 portes pour une dénivelée de 270 mètres.

Ce critérium Régional des Jeunes (C.R.J) comportait 2 manches tracées par François Claude et Philippe Testou. L'ouvreur était Romain Tonda.

4 filles du club de Serrre-Chevalier se sont imposées aux premières places. Estelle Alphand 1'41''01, Sarah Macouin 1'41''10, Didelle Margaux 1'45''52 et Tais N'Guyen 1'46''28. Viennent ensuite Julie Jean, Clara Bouton, Camille Lesec, Mailys Piccolino, Justine Theillet, Laetitia Lefevre,...On compte 6 abandons chez les filles.

Chez les garçons, Noe Antoine Galand, Gap- Orcières, s'est hissé à la première place en 1'39''51 devant Sébastien Join, Serre Chevalier, en 1'39''53, Nils Allègre, également de Serre Chevalier en 1'40''30 et Gaetan GAUDISSARD, les Orres- Embrun en 1'44''06. Viennent ensuite Maxime Hubaud, Sébastein Brun, Adrien Broquedis, Cyprien Sarrazin, Brice Labertrande, Etienne Matheron,....21 jeunes garçons ont été contraints à l'abandon.

Max Imbert et Michel Coranotte constituaient le jury de cette épreuve dont le directeur, Sylvain Fournier avait tout lieu d'être satisfait du succès de fréquentation qui aura permis aux jeunes du Comité Alpes Provence de découvrir et d'apprécier la qualité de l'enneigement et de l'entretien des pistes de la petite station de la vallée du Cristillan dont la fermeture interviendra à la fin du week-end prochain.

Christian Grossan

 

Samedi 14 Mars 2009 : Ce soir, nuit de la chouette

« Pour une nuit au Royaume des chouettes et des hiboux… »

Samedi 14 mars 2008 – Abriès. Aiguilles.

Dans le cadre de la 8ème Nuit de la Chouette, des sorties de découverte et une projection/conférence pour toute la famille.

Presque imperceptiblement le ciel change de couleur et s’assombrit à l’est. Petit à petit la pénombre s’installe. Au fin fond de leur forêt, ou perchés sur une vire rocheuse, chouettes et hiboux se réveillent et reprennent possession de leur royaume nocturne. Ils lancent alors un hululement qui se perd dans la nuit, déploient leurs ailes et glissent d’un vol incroyablement silencieux sur les ailes de la nuit, à la recherche de leur nourriture.


A l’occasion de la huitième « Nuit de la Chouette », le Parc naturel régional du Queyras vous invite à la découverte de ces oiseaux de nuit, et de leurs milieux de vie. En début de soirée, les agents du Parc vous entraînent tout d’abord sur les sentiers, pour vivre et partager ce début de nuit en forêt, et tenter d’entendre le chant d’amour de quelques chouettes ou hiboux. Puis, c’est autour des images lumineuses et chaudes de Christophe Sidamon Pesson que nous vous invitons à vous réchauffer.

Ce jeune photographe de Ceillac qui parcourt inlassablement le Queyras nous propose de découvrir les différentes espèces de rapaces nocturnes qui animent les nuits montagnardes, ainsi que les milieux dans lesquelles elles vivent, ou parfois survivent…


Samedi 14 mars 2009, Huitième Nuit de la Chouette dans le Queyras, demandez le programme !

* Sorties de découverte et d’écoute :

Rendez-vous à 18h, devant l’office de Tourisme d’Abriès. Prévoir une tenue de terrain adaptée à la météo de la soirée et à ses éventuelles évolutions.

Sortie gratuite, inscription auprès du Parc naturel régional au 04.92.46.88.20.


* Projection conférence de Christophe Sidamon Pesson. : « Au royaume des chouettes et des hiboux.

Rendez vous à 20h30 à la salle polyvalente d’Aiguilles.

Entrée libre, inscription auprès du Parc naturel régional au 04.92.46.88.20.

 

Vous pouvez télécharger les affiches et les dossiers de presse des oragnisateurs, qui sont la LPO et les Parcs naturels régionaux de France sur www.chouette.parcs-naturels-regionaux.fr/telechargements

(Contact presse : Lydia BLETTERIE ~ 04.92.46.88.93)

 

Dimanche 22 Février 2009 : Mort d'un guide

C'est malheureusement le corps sans vie de Philippe Ritzenthaler qu'ont retrouvé les gendarmes du PGHM sur la commune de Crévoux, près d'Embrun, vendredi 20 février. Cet adapte du ski de randonnée a été emporté par une plaque à vent...

 

Mercredi 18 Février 2009 : Disparition ?

Un message à lire en espérant que quelqu'un puisse donner de bonnes nouvelles...

Bonjour,

je me permets de vous écrire car nous sommes très inquiets pour notre ami Philippe RITZENTHALER, aspirant guide, qui est parti en montagne depuis jeudi matin sans laisser d'indication sur sa destination et qui depuis ne nous a pas donné signe de vie. Je ne sais pas si vous pouvez faire quelque chose pour nous par l'intermédiaire de votre site....

Je l'ai cherché samedi toute la journée aux Orres (05), à Ceillac et dans le Queyras, des amis qui étaient au Fournel n'ont pas trouvé son véhicule... mais je ne peux pas chercher toute seule dans toute la montagne.

Les gendarmes sont au courant depuis samedi soir. Le temps depuis me semble une éternité. Peut-être pouvez vous nous aider, nous ne voulons pas savoir où il est, ni pourquoi mais juste si tout va bien : il a un trafic jaune métalisée aménagé et immatriculé 625 BML 13, il est parti avec ses skis et ses piolets.

Il aurait du travailler vendredi soir mais il ne s'est pas présenté à son lieu de travail, il avait reservé une chambre à Guillestre mais il n'y est pas allé, il devait donner du matériel de cascade à un copain pour qu'il puisse travailler dimanche, mais ce copain n'a eu aucune nouvelle. Nous envisageons qu'il fasse "l'ours" dans son camion mais nous ne pouvons pas écarter l'inquiétude d'un accident.

Merci de votre aide.

CONTACTS : PGHM Briançon Tél. : 04 92 21 58 46 ou Hélène Brouard, sa compagne (06 83 84 82 51)

 

Mardi 17 Février 2009 : Ski club Queyras : une belle performance

Depuis le début de la saison, les jeunes du village adhérents au ski club du Queyras suivent avec assiduité les entraînements dispensés par François Claude et Fabrice Fournier. La quantité de la neige, sa qualité et le bon état d’entretien des pistes  permettent que deux fois par semaine nos champions en herbe perfectionnent leur pratique des« piquets » et du « chrono ». Le dimanche étant la journée consacrée aux compétitions.

Si leur tendance naturelle les pousse à rechercher les bosses et les obstacles divers que la poudreuse et la forêt leur  propose…pour l’un d’eux, au moins, la technique a payé. En effet, sélectionné parmi les meilleurs minimes et benjamins  de chaque club, Dorian Grossan a participé à Val d’Isère aux épreuves de qualification au Toppolino, le championnat d’Europe des minimes et benjamins.

Il s’est imposé à la première place des jeunes skieurs français à l’issue des 3 manches de géant mais sa 6ème place  en slalom ne lui a pas permis de se qualifier pour le championnat européen.

Cette très belle performance montre que de très petits clubs peuvent aussi être des pépinières de jeunes espoirs du ski français...

 

Dimanche 8 Février 2009 : Trophée des Etoiles ~ Résultats

15 équipes ont disputé à Ceillac l’une des épreuves du trophée des étoiles, course de ski de montagne placée sous le patronage de la fédération française de montagne et d’escalade.

Cette course en relais, en nocturne, a vu la victoire du tandem Nicolas Bonnet-Guillaume Chevalier qui a couvert en 35’10 ‘’ les 550 mètres d’ascension mais aussi de descente que comportait  l’épreuve. En effet, le parcours consistait en une montée en peaux de phoque s’achevant par un itinéraire très raide qu’il fallait faire à pied avant de redescendre à ski et cela trois fois de suite.

Les compétiteurs ont particulièrement apprécié l’accueil de la station et l’ambiance festive dans laquelle cette manifestation insolite s’est déroulée sous le regard d’un public visiblement surpris.

On aura noté la très belle performance du cadet Guillaume Chevalier qui faisait équipe avec Nicolas Bonnet guide de haute montagne.

Les autres résultats : 2ème Philipp Romain et Antoine Alexis, 3ème Etienne Jean-François et Philipp Pascal, 4ème Schiari Alain et Pierre Urli, 5ème Wallis Nick et Powel Alun, 6ème Borelly Alexandre et Lebrun Nicolas, 7ème  Mestre Bruno et Bonnet Laurent, 8ème Favre Corinne et Lagier Corinne, 9ème Philipp Corinne et Chamson Valérie,10° Mazetier Nicolas et Ferraud Kael, 11°  Dupont François et Philipp Antoine, 12ème  Perron Emmanuel et Gwenael Van aken, 13ème  Rogers Stewar et Naylor Simon,
14
ème Lagier Fabien et Juvin Sébastien.

Christian Grossan

 

Lundi 2 Février 2009 : Trophée des Etoiles~Le relais de Ceillac

C'est à Ceillac que se disputera le 4 février prochain la 5ème manche du Trophée des Étoiles dont l'épreuve finale se déroulera à Pelvoux le 11 février.

Le "relais de Ceillac", ouvert à tous, est une course de ski alpinisme qui se déroule la nuit.
Le départ sera donné à 19 heures sur le front de neige, au Pied du Mélézet.

Les concurrents qui n'ont  besoin ni de pelle,  ni de sonde ,ni d'ARVA  devront se munir outre leur matériel de ski  de randonnée d'un casque et d'une lampe frontale.

La boucle de 125 mètres de denivelée sera parcourue trois fois par chaque relayeur.

La remise des prix aura lieu vers 20 heures à l'hôtel de la Cascade.

Durant l'après midi, les participants pourront tester du matériel et s'initier à la randonnée à ski sous la conduite d'un guide de haute montagne. Le service des pistes de la station animera un  atelier "sécurité".
Cette manifestation dont Nicolas Bonnet , guide de haute montagne, est la cheville ouvrière est organisée par le TEAM Ecrins Hautes- Alpes en collaboration avec la station de Ceillac.

Les inscriptions seront reçues à l'office de tourisme  jusqu'au 3 février (tel : 04 92 45 05 74- mail : officedutourisme@ceillac.com)

Christian Grossan

 

Lundi 2 Février 2009 : Les jeunes fondeurs sont en forme

Le bon enneigement  est sans doute l’une des raisons du beau début de saison des sociétaires ceillaquins du S.C. QUEYRAS.

Le travail et la grande motivation des compétiteurs expliquent aussi les belles performances chez les grands comme chez les plus jeunes !

Les soeurs Bertrand également membres du club élite Hautes-Alpes sont aujourd’hui des valeurs sûres pour notre comité Alpes Provence avec de belles courses en Nordic Challenge (coupe de France) et même en OPA (coupe d'europe), courses réunissant plusieurs pays alpins ! Siléa la cadette de Mellie, après un début tonitruant à Bessans et sa troisième place, a montré une belle régularité en terminant  huitième et dizième à Peisey-Nancroix, quand sa sœur, elle, a relevé le niveau à Peisey en terminant au pied du podium! Ce dimanche, à Crévoux, Mellie s’est adjugée la première place sur une course de 7,5 km devant sa sœur Siléa, parcours plutôt difficile pour de jeunes concurrentes.

Mais le club ne s’ arrête pas là, en effet toute une  nouvelle génération émerge dans un bel esprit d’émulation avec Nathan di Giusto, Alex Boussaingault, Pierre Gauthier et Alaric Bertrand d’où les performances du K-O Sprint de Pelvoux où ils ont été respectivement troisième, quatrième, huitième et treizième. Le dimanche 11 janvier, la course a encore été belle dans le contre la montre de Villard Saint-Pancrace avec deux jeunes dans le top 10 dans la course minime garçon avec Pierre Gauthier quatrième et Alex Boussaingault neuvième malgré un état de fatigue passager dans cette course où Dewi Queinec, « ancien compétiteur » du club a réalisé une pige pour être présent auprès des jeunes. Quand à Mellie et Siléa, elles étaient là pour encourager les jeunes et leur petit frère Alaric, tout en prenant des photos des compétiteurs, tout  cela  le bon esprit habituel du club !


Thierry Grenouillet, entraîneur du club, encourage Alex.

 

Dimanche 2 Février 2009 : Article paru dans l'Espace Alpin


A Ceillac, un refroidisseur à lait… pour économiser de l’électricité

Alors que le froid vif nous pique les oreilles, nous rentrons vite dans l’étable de Jean-Yves et Nadège Richard où la trentaine d’Abondances et Tarines ruminent le bon foin de montagne.

Nous sommes allés à leur rencontre pour qu’ils nous expliquent  le fonctionnement du refroidisseur à lait qu’ils ont mis en route cet automne.

« J’en suis très satisfait », nous dira Jean-Yves. « C’est en quelque sorte un échangeur thermique. L’eau est réchauffée par le lait  et ainsi les calories perdues par le lait réchauffent l’eau… L’eau que nous donnons aux vaches est plus tiède et elles la consomment plus volontiers ; elles digèrent mieux avec de l’eau tiède.

Cet appareil permet aussi d’économiser de l’électricité pour refroidir le lait à 3~4°c. On peut estimer à 50% l’économie faite sur l’électricité. L’été, il est installé à la Riaille en alpage où nous faisons la traite. Le lait est refroidi à 10°c avec de l’eau de source qui sort entre 7 et 10°c. Nous ramenons le lait le matin à la ferme. L’hiver, l’eau varie de 0,8 à 8°c. Le lait est refroidi après contact avec l’eau entre 10 et 16°c. On peut estimer que 500 litres de lait réchauffent près de 1000 litres d’eau, soit 15 litres par vache.

Nous avons aussi fait un montage pour que l’eau qui est réchauffée puisse se mélanger avec le petit lait issu de la fabrication fromagère qui est donné soit aux vaches ou encore aux cochons…Nous sommes satisfaits de cette installation, cela correspond à notre attente. Il faudra faire le point dans un an pour l’économie de l’électricité. »

...

Jean Bernard et Pierre Pellegrin de la Chambre d’Agriculture 05

 

Mercredi 28 Janvier 2009 : Naissance de Côme

Il s’appelle Côme, il est né le 17 janvier à 19 h 50, pèse 4 kg 200 et mesure 51cm. Il est le frère de Gabin, fils de Bruno Espitallier et de Claire Chabrand.

Son prénom, original, est issu du substantif grec kosmos, qui a signifié d'abord l'ordre, puis l'univers. Il n'a commencé à être utilisé qu'au IIe siècle de notre ère. Kosmos avait alors pris le sens d'ornement, de parure, concernant tout ce qui peut embellir. Ce qui explique que cette même racine grecque ait pu donner naissance dans notre langue aussi bien à la cosmologie, science des lois de l'Univers, qu'à la cosmétologie, science des soins du visage. Longtemps, Côme ne fut un prénom usuel qu'en Italie du Nord : saint Côme (Cosimo, en italien) fut en effet, dès le IXe siècle, le patron de la ville de Milan ; son nom a également été donné à une ville et à un lac de Lombardie.

Saint Côme passe pour avoir été le frère jumeau de saint Damien. Ces jeunes chrétiens d'Arabie, après de solides études, devinrent des médecins " anargyres ", c'est-à-dire qu'ils soignaient les malades sans réclamer d'honoraires, pour l'amour du Christ.

Côme est, avec son frère Damien, le patron de l'Ordre des médecins.

 

Dimanche 11 Janvier 2009 : L’AUTRE VERSANT REGARDS SUR LE QUEYRAS

Photographies de Christophe SIDAMON-PESSON
Texte de Michel BLANCHET

168 pages, format 28,5 x 28,5 cm, relié sous jaquette, 110 photographies couleurs - 45 €
Imprimé avec des encres végétales sur du papier 100 % sans chlore, issu de bois provenant de forêts gérées de façon durable

Christophe Sidamon-Pesson, photographe établi à Ceillac, a sorti cet automne un superbe ouvrage intitulé "L"autre Versant" qui regroupe nombre de photographies splendides, à la qualité artistique établie et reconnue, accompagnées de textes de Michel Blanchet, attaché scientifique au Parc du Queyras.

Le livre est édité chez Hesse dont on sait que qualité, tant au niveau des contenus qu'au niveau de la forme, est un maître mot...

L’être humain ne garderait-il pas éternellement un besoin de quête de soi-même, de regard porté au-delà de l’enfermement dans les normes et les habitudes ?

Les images de Christophe Sidamon-Pesson témoignent de sa propre expérience menée hors des chemins tracés, et du pouvoir de ressourcement des espaces vierges. Elles développent notre porosité aux vibrations des éléments les plus simples et aux replis les plus secrets d’un Queyras splendide pour lequel alors, il serait bon de laisser moins de chemins à suivre que d’espace libre pour y trouver le sien.

L’image, en permanence, s’impose comme une interpellation qui traduit une volonté de contribuer à l’émergence d’une contre-culture du regard habituellement posé sur la nature. La montagne n’est ici qu’un prétexte pour atteindre l’essentiel.

De l’effervescence du ciel à l’architecture des cristaux de glace, du fouillis végétal des dernières oasis aux veines torsadées des arbres de l’impossible, l’itinéraire invite à forcer l’enceinte des préjugés, à traverser l’écran de la raison. Il dissipe l’apparent désordre organique et le mutisme des pierres.

LE PHOTOGRAPHE

Christophe SIDAMON-PESSON habite le Queyras, dans les Hautes-Alpes. Passionné très jeune par la nature sauvage et la photographie, il œuvre pour le beau et le fragile. Il voudrait que ses images contribuent à réapprendre à voir le monde loin des préjugés dictés par notre société moderne.

Ses photographies, exposées dans de nombreux festivals, ont été primées dans divers concours, dont le prestigieux BBC Wildlife Photographer of the Year en 2005. Auteur de Queyras (Pêcheur d’Images - Le Télégramme, 2002) avec Michel Blanchet, il collabore aussi avec de nombreux magazines.

www.c-sidamon-pesson.com

L’AUTEUR

Michel BLANCHET est déjà un naturaliste passionné au sortir de l’enfance. Dans les années 1960, les premiers ouvrages d’écologie le confortent dans la nécessité d’appréhender le monde de manière globale. Tandis qu’il constate l’effritement des sociétés humaines et la dégradation accélérée des milieux naturels, il milite pour la préservation des cultures et de la diversité biologique. Il est attaché scientifique au Parc naturel régional du Queyras depuis les années 1980.

(EDITIONS HESSE – 4 rue de la Brigaudière – 41350 Saint-Claude-de-Diray Tél : 02 54 20 58 80 – Fax: 02 54 20 59 33 – Courriel : edhesse@aol.com Site internet : www.editionshesse.com)

 

Lire l'interview in extenso de Christophe Sidamon Pesson : interview et aussi l'article de Laurent Meynier sur l'excellent photosapiens.com (http://www.photosapiens.com/L-Autre-Versant-Sidamon-Pesson-Christophe_4346.html).

Article paru dans le Dauphiné Libéré

 

Quelques photographies représentatives de l'ouvrage...

Tarier des prés


Ruisseau de la Pisse


Racines de pin cembro


Pic d'Asti


Mer de nuages au-dessus du Piémont italien


Chouette de Tengmalm


Chevechette d'Europe

 

Dimanche 11 Janvier 2009 : Le Queyras aux portes des jeux olympiques d'hiver en 2018

"Pelvoux Ecrins 2018 – Le retour aux sources "

C'est sous ce vocable que la petite station village de Pelvoux, au coeur du Parc national des Ecrins, adossée à la communauté de communes des Ecrins présente sa candidature pour l'organisation des jeux olympiques d'hiver en 2018.

Placée sous le signe de l'authenticité  et du développement durable, cette candidature  entend faire une offre radicalement  différente de toutes les autres en s'interdisant tout équipement lourd non réversible et en privilégiant l'utilisation des équipements existants dans un rayon de 30 kilomètres.

C'est ainsi que pour le ski alpin, les épreuves de vitesse se dérouleront aux Orres et les épreuves techniques dans le Briançonnais (Serre Chevalier et Montgenèvre).

Les épreuves de  ski de fond auront  lieu dans la Vallouise, le biathlon à Freissinières, le snowboard à Puy Saint-Vincent, le ski acrobatique à Risoul . Vars proposera des démonstrations de ski de vitesse.

Les sports de glace se dérouleront à l'Argentière la Bessée, Briançon, Barcelonnette et Monétier les Bains.

Le saut et le bobsleigh utiliseront les infrastructures aménagées en Italie pour les jeux olympiques de Turin en 2006 à l'occasion desquels le département des  Hautes-Alpes s'était fortement mobilisé.

Briançon et Montdauphin, fortifications Vauban inscrites au patrimoine mondial de l'UNESCO, accueilleront l'une le village olympique l'autre le centre média. Il est prévu que la cérémonie d'ouverture ait lieu à Eygliers et que les aérodromes de Tallard et de Saint-Crépin  assurent l'accueil d'avions de 12 à 18 personnes.

Dans l'axe durancien, le public utilisera exclusivement le train pour ses déplacements et les promoteurs du projet qui ont reçu le soutien officiel de la Région  Provence-Alpes-Côte d'Azur, du département des Hautes-Alpes, de la Province de Turin, de la Région Piémont et de très nombreuses collectivités et entreprises des Alpes du Sud mettent de grands espoirs dans cette candidature pour activer la réalisation du projet de tunnel sous le Montgenèvre.

Le dossier de candidature sera déposé le 20 janvier prochain  au Comité national olympique qui disposera alors de deux mois pour choisir parmi les 4 candidatures en lice (Pelvoux  fait figure de petit Poucet face aux mastodontes que sont Nice, Grenoble et Annecy) celle que soutiendra la France devant les instances internationales qui se prononceront  en 2011.

Pour de plus amples informations sur cette candidature qui chaque jour mobilise davantage les habitants des Alpes du Sud : www.pelvoux-ecrins-2018.com

Christian Grossan

 

Mercredi 7 Janvier 2009 : Rétrospective 2008

Pour les habitants du village et les vacanciers qui ont choisi, nombreux, de passer à Ceillac leurs vacances de fin d'année, 2008 s'est achevée sous un épais manteau neigeux et des températures plus clémentes que celles constatées après Noël.


L'enneigement en 2008 a été conséquent ; c'est d'ores et déjà le cas en 2009....

La neige, qui a permis un bon déroulement de la saison 2007-2008 écoulée, est tombée en abondance en décembre. Les villages de la haute vallée du Guil, isolés durant plusieurs jours, ont subi, à la mi-décembre, des dommages importants du fait des avalanches qui ont épargné Ceillac même si  dans la vallée du Cristillan certains hameaux ont été atteints avec des conséquences sans commune mesure avec celles déplorées en janvier 1978.

 


Route du Cristillan endommagée par les inodations printanières.

Déjà, au printemps dernier, les pluies et les crues qui en avaient découlé n'avaient causé que de moindres dommages à Ceillac par rapport aux dégâts importants subis dans le haut Guil. Malgré cela, et le phénomène est récurrent, les réserves en eau demeurent très faibles et le 28 décembre 2008, la population a été privée d'eau potable pendant une dizaine d'heures.

Il y a un an, nous annoncions que Jean-Claude Carle, maire, et Alain Fourny, premier adjoint, ne solliciteraient pas le renouvellement de leur mandat. Une nouvelle équipe municipale a donc été élue en mars 2008, conduite par Célestin Fournier qui avait déjà exercé la fonction de maire  de 1995 à 2001. Françoise Fournier, Morgane Fournier et Jean Meissimilly sont adjoints. L'ensemble des programmes engagés se poursuit normalement : assainissement, caserne des pompiers, déplacement de l'antenne de télévision et de téléphonie mobile, amélioration de la ressource en eau, etc... Le plan local d'urbanisme  élaboré  en 2005 et 2006, puis  soumis à l'enquête publique en 2007, a été approuvé le 29 mai 2008. Il se substitue au plan d'occupation des sols arrêté en 1976.


Future caserne des pompiers

Christian Laurens, maire de Ristolas, a retrouvé son poste de président de la communauté de communes du Queyras, dont les compétences concernent le tourisme, l’assainissement, le sport, l’aide sociale… .

Yves Goïc, conseiller municipal d'Abriès, succède à Pierre Blanc à la présidence du Parc et Jean-Claude Catala, adjoint au maire de Molines dont le mandat de conseiller général du canton d'Aiguilles n'était pas renouvelable reste président du syndicat mixte des stations de montagne du Queyras et de la régie en charge de leur exploitation.

Marcel Cannat a lui été reconduit dans son mandat de Conseiller général du canton de Guillestre auquel appartient la commune de Ceillac. Il siège au sein  de l'assemblée départementale dont il est le vice-président délégué aux routes.

Si en août dernier, Bernard Busser a succédé à André Blès à la présidence de l'association "Les amis de Ceillac", Jean-Claude Carle a été reconduit à la tête de l'école de ski qu'il dirige depuis 30 ans.


Repas des anciens organisé par l'associatoion "Les Amis de Ceillac"

 

Associée à la fête des Parcs de la Région Provence Alpes Côte d'Azur, la foire aux agnelles de la Saint-michel, le 28 septembre, a connu un formidable succès.

En septembre toujours, 27 enfants ont fait leur rentrée à l'école communale de Ceillac dont le directeur, Michel Chavrot, en poste depuis 11 ans, est assisté de Charlotte Andrillon, professeur des écoles et de Sonia Abillard, aide maternelle. Pour l'avenir les prévisions d'effectifs sont encourageantes.

Le ski club de Ceillac et le ski club du Queyras ne font plus qu'un désormais. Si cette fusion n'a que très peu d'impact sur l'organisation des entraînements, elle traduit une évolution  salutaire vers une plus grande unité du massif. Il en va de même désormais pour l'organisation générale de la promotion touristique et de la commercialisation des 8 communes regroupées au sein de l'Escarton du Queyras. Ce resserrement des liens qui unissent les communes du Queyras aurait sans doute été apprécié par Philippe Lamour dont la sépulture  a été transférée de Bellegarde à Ceillac en avril 2008. La bénédiction de sa tombe, en juin, a donné lieu à une émouvante cérémonie animée par le Père Jean-Paul Bonnet qui a salué le fédérateur que fut l'ancien maire de Ceillac.

Le bureau de poste de Ceillac qui avait pu être sauvé il y a 3 ans après une longue et délicate négociation entre la commune et la direction  de la Poste  ne survivra pas à  l'année qui commence. Une organisation intercommunale va prendre le relais et assurer la pérennité d'un service postal, le distributeur automatique de billets étant conservé.

Les inquiétudes qui ont pesé lourdement sur le renouvellement du label du Parc naturel régional du Queyras en 2008 ne sont pas totalement dissipées et les mois qui viennent seront décisifs. En revanche le classement au Patrimoine mondial de l'UNESCO des fortifications  Vauban de Briançon et Montdauphin sont  une remarquable opportunité pour le département des Hautes-Alpes et, en particulier pour  le Queyras et le Guillestrois.

Quant au  recensement de la population, les chiffres définitifs viennent d'être  publiés : la commune de Ceillac compte 302 habitants en 2008, contre 277 en 2000 et 289 en 1990. C'est, par rapport au recensement de 1962, 201 habitants, une progression de 50% !

Christian Grossan

Dernières nouvelles : 2008 ~ 2007 ~ 2006 ~ 2005 ~ 2004 ~ 2003 ~ 2002 ~ 2001 ~ 2000