Samedi 19 août 2017 : Fête patronale

Ce week-end se déroule à Ceillac la fête patronale. Au programme, feu d'artifice, soirée dansante, retraite aux lampions, jeux pour petits et grands, apéritif sur la place... Un week-end festif donc avec le soleil au rendez-vous.

 

Vendredi 18 août 2017 : Eau

Suite à l'épisode orageux très violent du mardi 8 août, la qualité de l'eau distribuée sur le village s'était trouvée altérée avec une turbidité au-dessus de la valeur admise. Cette turbidité consécutive aux pluies diluviennes qui avaient marqué la vallée pouvait, selon l'agence régionale de santé, présenter un risque potientiel de développement bactériologique, les éléments en suspension pouvant constituer des points de fixation.

La commune avait alors préféré la prudence et déconseillé la consommation d'eau, notamment pour les enfants. Elle avait donc procédé à plusieurs distributions d'eau potable pour tous les personnes en résidence sur la vallée. Il est à noter que parmi toutes les résidents ayant consommé l'eau courante, aucun n'est tombé malade.

Les analyses du lundi 14 août (résultats disponibles le mercredi 16 août) ayant montré que la qualité de l'eau était redevenue parfaitement satisfaisante, l'eau est depuis parfaitement consommable.

 

Lundi 14 août 2017 : Décès d'Antoinette Grossan

Ce mercredi 16 août, à 16 heures, en l'église Saint-Sébastien, seront célébrées les obsèques d'Antoinette Grossan née Favier.

Antoinette qui avait quitté le village l'automne dernier pour la maison de retraite de Guillestre est décédée à l'hôpital d'Embrun. Elle avait 88 ans.

Mère de six enfants, Antoinette a consacré sa vie à sa famille, souvent à l'ombre de son mari, Pierre Grossan, une figure de la vallée, mort il y a 5 ans. Recrue d'épreuves et très affectée par le décès accidentel de son fils Michel en 1991, elle laisse le souvenir d'une femme courageuse, discrète, bien ancrée dans son terroir.

Que ses enfants, ses petits-enfants,ses arrière-petits-enfants, sa sœur et toute sa famille soient assurés de notre profonde sympathie

Christian Grossan

 

 

Mercredi 9 août 2017 : Empoissonnement à Sainte-Anne

Lundi, en début de matinée, les randonneurs présents autour du lac Sainte-Anne se sont montrés étonnés de voir un 4x4 s'approcher de la chapelle. Ils ont vite constaté que la présence de ce véhicule était parfaitement justifiée.

En effet, à son bord se trouvaient 30 kg de truites arc-en-ciel, soit 130 poissons. Ceux-ci ont été lâchés dans le lac par Hervé Leroy, président de la société de pêche "L'ardillon alpin", aidé par Jérôme Meissimilly.

Dès lors, les estivants présents les ont pressés de questions qui pour connaître l'espèce des poissons, qui pour savoir s'ils survivaient à l'hiver, ou qui encore pour savoir comment pêcher dans le lac. Hervé Leroy comme Jérôme Meissimilly leur ont répondu bien volontiers.

L'empoissonnement est réalisé par l'association avec un autofinacement total. Il est destiné à reconstituer la faune piscicole du lac qui subit des prélèvements non négligeables dus à la pêche.

Hervé Leroy en a profité pour dire sa satisfaction de voir la bonne santé des cours d'eau dans le Queyras avec une répercussion très positive sur la faune, grâce notamment à l'efficacité des stations de d'épuration et aux contraintes réglementaires de la loi sur l'eau. Il note, concomitamment, un développement de la pêche qui est devenue une activité touristique de premier plan.

 

Mercredi 9 août 2017 : Éboulement à la Font Sancte

Un nouvel éboulement a touché la chaîne de la Font Sancte le week-end dernier.

Il concerne exactement le même secteur que l'an passé et est certainement consécutif aux périodes de grande chaleur de cet été.

Les premières observations faites sur place pourraient laisser à penser que le secteur incriminé est bien purgé et que s'il y aura probablement d'autres éboulements par la suite, ils pourraient être nettement moindres.

(cliquer sur la photo pour l'agrandir)


Photo Mélisande ~ depuis le village


L'éboulement de l'été 2016.

 

Mercredi 9 août 2017 : Coulées de boue

Suite à un orage violent survenu hier soir soir, la route départementale 60 qui dessert Ceillac a été coupée par 3 coulées de boue, toutes étant issues des ravins de la montagne d'Assan.

Vers 22 h, le cadre de permanence de la DDT a sollicité deux entreprises afin qu'ils dégagent la route avec leur bulldozer.

Très rapidement, Alexandre Marchis (Chalets Marchis) est arrivé sur place et a pu dégager les deux premières coulées, une petite et une plus importante au lieu-dit les Acacias.

Puis, il s'est rendu à la troisième coulée, bien plus conséquente, située après Entre-Roches et issue du ravin de la Tombe, longue d'environ 70 mètres avec une hauteur atteignant par endroits plusieurs mètres. Peu après, est arrivé un autre bulldozer de l'entreprise Weiler qui s'est attaqué à dégager la route en aval de la coulée.

C'est vers 3 heures du matin, après un travail fastidieux rendu difficile par la texture liquide de la boue, que la circulation a pu être rétablie.

Si une voiture qui montait s'est retrouvée prise dans la coulée principale, on ne relève que des dégâts matériels touchant la départementale.

A noter que plusieurs routes ont été coupées sur le département : col d'Izoard à la Casse Déserte, dans le Haut Guil, à Freissinières, à la Chapelle en Valgaudemar, à Vars, à Ailefroide, à Cervières...

Pour information, le relais Free Mobile qui a souffert de l'orage sera réparé en début d'après-midi.

 

Samedi 5 août 2017 : Festivols, un succès qui ne se dément pas (texte et photos Monique E.)

L’événement qui s'est déroulé le week-end dernier et qui  attire chaque année un  public plus nombreux n’a pas failli à sa réputation grandissante, malgré des prévisions météo très pessimistes qui se sont avérées décalées par rapport à la réalité.

La  plaine de Ceillac se prête merveilleusement aux différentes animations et, ce dimanche, elles étaient nombreuses. Petits et grands ont parcouru le terrain décoré de girouettes multicolores pour  fabriquer un cerf-volant, une micro-fusée ou un avion et les tester aussitôt le travail terminé, distraits parfois par la déambulation de Mario et Nénette, les marionnettes géantes. Les Voltigeurs de Ceillac, quant à eux, ont étonné les spectateurs par leur jeunesse et leurs nouvelles cascades.

Toute la journée, les démonstrations et ballets artistiques du Team Air-One et du team Mademoizelle en équipe de 3 à 6 cerf-volistes se sont partagé le ciel avec les parapentes.

Après le traditionnel lâcher de bonbons, ce sont les doudous prêtés par les tout petits qui ont grimpé le long d’un cerf-volant avant de redescendre en parachute tandis que, plus loin, les grands s’initiaient au boomerang. L’atelier-fabrication de baguettes à bulles géantes n’a pas connu moins de succès, même si les bulles éclataient souvent à peine sorti de la bassine à savon.

Barbecue et Concert, avec les Tax Brothers and the Old Racoon, ont entamé la soirée qui s’est terminée par un ballet artistique nocturne de cerfs-volants avec le Team Air-One.

 

Vendredi 4 août 2017 : Pèlerinage de Sainte-Anne (texte et photos Monique E.)

Magnifique journée le mercredi 26 juillet dernier pour fêter Sainte Anne à 2407 mètres d’altitude.

Comme ils le font depuis le milieu du 18ème siècle, les paroissiens de Ceillac et de Maurin se sont rendus en pèlerinage à la chapelle de Sainte-Anne, près du lac du même nom pour assister à la messe.

Autrefois, les fidèles des deux vallées se rendaient au lac, qui se nommait alors « lac de la Doux », pour y implorer la pluie.

La procession est partie vers 8 h30 du fond de Chaurionde, portant la bannière et chantant pendant les haltes. Au sommet, ce fut la rencontre des processions de Ceillac et de Maurin avec l’embrassade de leurs bannières. Puis, les paroissiens renforcés de centaines de touristes se sont installés devant la chapelle, accueillis par le curé de Ceillac et de nombreux confrères venus des autres paroisses du secteur ou résidant en vacances dans la région.

Après la messe, les pèlerins ont déjeuné autour du lac dominé par l’imposant pic de la Font-Sancte. Un moment chaleureux où chacun a partagé les traditionnels beignets de Sainte Anne et les différents génépis « fait maison ».

La journée s’est terminée par des jeux très attendus des jeunes, impatients de gagner la petite pièce qui permettra de s’offrir la glace de retour au village.

 

Mercredi 26 juillet 2017 : Festivols, c'est ce week-end !

Ce dimanche se déroulera le Festivols, une manifestation où tout ce qui vole est convié, que ce soit des cerfs-volants, des parapentes, des boomerangs, des lanternes...

Au programme des démonstrations, des ateliers, des séances d'initiation, des spectacles, un barbecue, un concert avec en fin de soirée un ballet artistique nocturne et un lâcher de lanternes.

Une journée avec de multiples animations donc qui s'adressent à tous les publics.

 

Le programme en détails !

 

Lundi 24 juillet 2017 : François et Jacques Daudet réunis pour un spectacle musical et poétique

Ce jeudi 27 juillet, à 21 h, François et Jacques Daudet donneront un spectacle musical et poétique, aux chandelles, à l'église Saint-Sébastien.

Avec son piano, le premier jouera des oeuvres de Chopin, un auteur qu'il connaît parfaitement et interprète avec sensibilité et finesse, tandis que son frère lira des textes de Villon à Aragon en passant par Lamartine, Appollinaire, Verlaine, Marot ou encore Musset.

Un concert quelque peu inhabituel pour le plus grand plaisir des sens. A ne rater sous aucun prétexte !

 

 


Programme
(en pdf)

Introduction ~ Jacques Daudet

Présentation du nocturne n°2 (opus 15) ~ Aragon lu par Jacques Daudet

Nocturne n°2 (opus 15) ~ François Daudet

Présentation de l'impromptu n°1 ~ Verlaine lu par Jacques Daudet

Impromptu n°1 ~ François Daudet

Présentation de la valse n°1 (opus 34) ~ Marot lu par Jacques Daudet

Valse n°1 (opus 34) ~ François Daudet

Présentation de la sonate opus 35 dite funèbre (1er mvt) ~ Musset lu par Jacques Daudet

Sonate opus 35 dite funèbre ~ François Daudet

Polonaise en ut dièze mineur ~ François Daudet

Présentation de la 3ème Ballade opus 47 ~ Lamartine lu par Jacques Daudet

3 ème Ballade opus 47 ~ François Daudet

Présentation du Nocturne posthume en ut dièze  mineur ~ Apollinaire lu par Jacques Daudet

Nocturne posthume en ut dièze mineur ~ François Daudet

Présentation de la marche funèbre et du vent qui souffle sur les tombes ~ Villon lu par Jacques Daudet

Sonate opus 35 dite  funèbre (3 ème mouvement marche funèbre et 4eme  mouvement « le vent souffle sur les tombes ») ~ François Daudet

(A noter la sortie officielle du CD CHOPIN 2017 à l'occasion du concert.)

Des Chapins à Chopin (Source: Pays Guillestrin – Hors série n°13)

Les ancêtres de Frédéric Chopin sont du village de Saint-Crépin (Hautes-Alpes), du hameau des Chapins exactement.

C’est lors de la rédaction d’une thèse sur « Les ancêtres Lorrains de Fréderic Chopin », qu’un professeur universitaire va découvrir dans les documents existants : un acte de mariage inattendu entre François Chapin fils de feu Antoine Chapin de Saint-Crépin et Catherine Oudot de la paroisse de Xirocourt. Il poursuit ses recherches dans les Hautes-Alpes, notamment aux archives départementales de Gap, qui vont l’amener à la certitude que les ancêtres de Frédéric Chopin sont du village de Saint-Crépin ou ils ont résidé au XVII ème siècle.

Vers 1650, un certain Antoine Chapin voit le jour au hameau des Chapins (A cette époque, beaucoup de bourgades portaient le nom des familles les plus nombreuses). Il épouse Marie Durraffourt et ont un fils François qui nait en 1676. C’est sans doute la misère qui pousse François et son père à quitter le village et migrer en Moselle vers 1684, dans le village de Xirocourt.

En 1705, François épouse Catherine Oudot et fonde une famille. C’est là que le nom de Chapin aurait été transformé en Chopin (En Lorraine, les A se prononcent O). François meurt à 39 ans et sera donc le dernier de la lignée à porter le nom de Chapin et à avoir connu Saint-Crépin.

De ce mariage naîtront 4 enfants dont Nicolas, en 1712, qui aura 2 enfants dont François en 1738. François aura 3 enfants dont Nicolas en 1771 et c’est ce dernier qui va migrer à Varsovie. Il y enseigne le Français et épouse une chanteuse Polonaise. Ils auront 4 enfant dont Frédéric-François en 1810 qui deviendra le grand compositeur que tout le monde connaît !

Pianiste virtuose, il s’installera à Paris où il rencontre George Sand qui sera sa compagne durant 7 ans. De santé fragile, il meurt en 1849, à 39 ans. Craignant d’être inhumé vivant, il avait demandé que son corps et son cœur soient séparés : le premier repose au Père-Lachaise et le second est enchâssé sous une plaque qui se trouve sur un pilier de la cathédrale Sainte Croix à Varsovie.

 

Mardi 11 juillet 2017 : Parution de la 9 ème lettre d'informations

La municipalité vient d'éditer sa 9 ème lettre d'informations. Au sommaire :

- la mise en place de la CCGQ

- les 40 ans du Parc et les 60 ans des inondations

- le budget

- le bilan des remontées mécaniques

- le haut débit

- les rythmes scolaires

- les études en cours

- les travaux et projets en cours

- les nouveaux installés

- le renouveau des coopératives

- divers

Pour la lire :

 

- pdf : lettre juillet 2017

- flip : lettre juillet 2017

 

Dimanche 16 juillet 2017 : Vernissage de l'exposition "Mirer, acte II"

Le vernissage de l’exposition à l’église Sainte-Cécile est devenu sans conteste un rendez-vous incontournable du début de saison à Ceillac.

  Cette année, Luc Dubost, artiste contemporain invité par l’association des Amis de Ceillac,  qui avait déjà exposé l’année dernière, présente une œuvre qui affiche et revendique sa genèse collaborative et dont le but avoué est aussi de faire réagir.

  Si cette démarche est parfois portée par d’autres artistes, elle est rarement mise en œuvre et Luc Dubost a voulu le proposer à l’échelle d’une commune comme Ceillac où le lien social, les projets collectifs avaient certainement un autre sens il y a peu encore.

  La pièce maîtresse de l’exposition est constituée d’une trentaine de nuages confectionnés à partir de 3 millions de perles enfilées sur du fil de fer qui ont été préparées, avec une patience infinie, par quelques 300 volontaires, qu’ils soient Ceillaquins ou visiteurs réguliers ou occasionnels de la vallée. Cette œuvre est naturellement mise en valeur par une lumière tamisée qui pénètre par les vitraux et ajoute du relief par les ombres mobiles engendrées.


  Et fait est que les ateliers perles programmés cet hiver, dans la salle du conseil ou à l’école avec des prolongements dans les foyers, ont suscité un engouement presqu’inattendu où toutes les générations ont trouvé leur place, chacun voulant partager l’ambiance conviviale et fédératrice qui sied aux créations collectives.


  En cela, l’artiste a réussi son pari en générant les liens nécessaires à la création de l’œuvre dévoilée devant un public nombreux, interpellé par le concept.

  Didier Bertrand, président de l’association, après avoir remercié les différents acteurs qui ont contribué à la mise en place de l’exposition, s’est attaché à fournir l’éclairage nécessaire pour bien appréhender l’entreprise de l’artiste qui entend faire résonner les mots partage, mémoire et transmission.

  Christian Grossan, maire de Ceillac, et Valérie Garcin-Eyméoud, conseillère départementale, se sont exprimés ensuite pour saluer l'engagement de l’artiste qui a atteint son objectif et souligner le travail prégnant de l’association avant de laisser la parole à Luc Dubost. Ce dernier a dit sa satisfaction d’avoir mené ce projet dont l’aboutissement a d'ores et déjà acquis le statut de patrimoine commun et alimente la mémoire collective.

Horaires de visite

L'exposition est ouverte, de 17 h à 19 h, du vendredi 14 juillet au dimanche 20 août, tous les jours sauf samedi.

Le lundi 31 juillet, les lundis 7 et 14 août, Didier Bertrand proposera une visite commentée à 18 h.

 

Dimanche 16 juillet 2017 : Les 40 ans du Parc : Acte I

Le président du parc naturel régional du Queyras et celui du conseil scientifique avaient convenu de lancer les manifestations qui marqueront le 40 ème anniversaire du Parc du Queyras  jusqu'en décembre prochain par une réunion exploratoire sur le thème "imaginons le Queyras en 2057" qui s'est tenue le 29 juin.

Sans y avoir été officiellement invités, les élèves de l'école primaire de Ceillac sont venus à l'ouverture délivrer des messages d'une étonnante maturité exprimant aussi leur attachement à leur village : le dérèglement climatique, l'évolution des pratiques touristiques tout au long de l'année, la création de nouveaux équipements touristiques et de loisirs "toute saison", le recours aux énergies renouvelables, le risque lié à toute monoactivité, le besoin d’une vie socioculturelle hors saison ou encore la crainte que le réchauffement climatique ne conduise en trop grand nombre les citadins vers la montagne restée plus fraîche.

Les animateurs de l'association "Queyr'avenir " ont ensuite présenté leurs travaux  et leurs réflexions qui recoupent très largement les préoccupations exprimées par les enfants de l'école.

Puis les participants répartis en six ateliers de travail  animés chacun par un technicien du Parc ont poursuivi la réflexion.

Dans les mois à venir, André MICOU sociologue et président du Conseil scientifique livrera ses réflexions suite à cette matinée très riche.

Un repas a ensuite été partagé dans la belle salle panoramique du village de vacances, propriété communale exploitée par l'association Villages Vacances Familles ou le matin même Christian Grossan , Maire, avait accueilli  les "congressistes" avec Sandrine Romand la nouvelle directrice  du V.V.F.

 

Mardi 11 juillet 2017 : Exposition et concerts au Pied Jaune

Comme chaque été, le Pied Jaune organise une nouvelle exposition. La mouture 2017 est présentée en partenariat avec l'association Pal'abre 05 de Gap avec pour thème "Instants de vie" village de Tombo - Guinée conakry.

Le vernissage de cette exposition aura lieu mercredi 12 juillet à partir de 17 h avec la présence de membres de l'association qui pourront ainsi présenter leur démarche et les photos exposées qu'il sera possible d'acquérir au prix de 25 € pour soutenir l'association. Le verre de l'amitié clôturera le vernissage.


Durant tout l'été, des concerts gratuits sont également proposés devant le restaurant, les lundi à 17 h du 17 juillet au 21 août.

- 17/07 : Littel Wing Fingerpicking (blues - country - folk songs)

- 24/07 : Tchava Genza (Swing manouche)

- 31/07 : Rue des Charmettes (Jazz - bossa - blues - soul)

- 07/08 : Folk You (Bal folk accordéon & violon)

- 14/08 : Youpi Jazz Band (New Orleans Jazz)

- 21/08 : Dizzy Guiladjo (Jazz)

 

Mardi 11 juillet 2017 : Écho des Amis de Ceillac n°4

L'association des Amis de Ceillac vient de publier son quatrième bulletin, "L'écho des Amis de Ceillac", un bulletin toujours aussi intéressant qui rend bien compte de l'activité et des objectifs de l'association.

De nombreux sujets sont abordés : les fours à chaux, ateliers perles, événements de l'été, baptistère, scieurs de long... ainsi qu'une belle nouvelle de Marie jouvenel et une recette de Chantal.

Pour le lire : Écho n° 4 (pdf) ou lecture directe

 

 

Lundi 10 juillet : Vernissage de l'exposition "Mirer", acte II

Rappelons que ce vendredi 14 juillet, à 18 h, aura lieu, à Sainte-Cécile, le vernissage de l'exposition "Mirer", acte II, en présence de l'artiste Luc Dubost.

Cette exposition fait suite à l'expostion de 2016 "Mirer", acte I, qui avait permis à l'artiste de présenter sa traversée des Alpes avec un éléphant créé pour l'occasion, de dévoiler une grande fresque synthétique, d'exposer une série de marbres mis en valeur par un éclairage indirect... Une exposition quelque peu iconoclaste qui bouscule la façon classique d'appréhender les oeuvres avec une volonté de partage affichée.

Beaucoup attendent donc la mouture 2017, et notamment celles et ceux qui ont fourni la matière en participant aux ateliers perles cet hiver et au delà pour certains.

 

Dimanche 2 Juillet 2017 : Tour de France

La 18 ème du tour de France (jeudi 20 juillet) partira de Briançon avec une arrivée au col d'Izoard, en passant par Barcelonnette, le col de Vars et Guillestre.

Cette étape sera précédée le 16 juillet par l'Étape du Tour, une course cyclosportive qui empruntera le même parcours.

L'accès à Ceillac sera donc impossible le 16 juillet de 10 h 30 à 19 h 15 et le 20 juillet de 10 h 15 à 18 h.

La 19 ème étape (vendredi 21 juillet) partira d'Embrun avec une arrivée à Salon de Provence ; là aussi les conditions de circulation seront perturbées. (voir carte plus bas)


Parcours du tour 2017 (cliquer sur l'image pour agrandir)

Profil de l'étape Briançon ~ Izoard


Parcours Briançon-Izoard (18 ème étape ~ 20 juillet) ~ Cliquer sur la carte pour agrandir

 


Parcours Embrun-Salon (19 ème étape ~ 21 juillet) ~ Cliquer sur la carte pour agrandir

 

Jeudi 30 juin 2017 : Séjour des Petits à Biabaux , suite...

Mercredi 28 juin : écriture et pêche

«Hier soir, après le repas, nous avons rejoint Lulu qui nous attendait à côté d’un grand feu de camp. Elle était déguisée en « grande cheffe indienne ». Elle voulait voir des petits indiens mais nous n’étions que des enfants ordinaires… Alors elle nous a transformés en indiens. Et, pour cela, on a dû subir des épreuves d’initiation : maquillage tribal,  chants magiques et danses shamaniques autour du feu.

Comme nous avons réussi les épreuves, elle nous a donné à chacun le bâton de responsabilité et nous avons fait griller des « shamamas » dans le feu. C’était dangereux, on s’est brûlé les mains et les pieds ; enfin un peu… et nous avons pu manger nos shamamas grillés, ce qui est le signe que nous sommes de vrais indiens.

Voilà, la nuit a été réparatrice et ce matin, nous partons visiter les bories sur la colline. Ce sont des constructions en pierre, toute rondes, avec des murs très épais et un toit arrondi également fait avec des pierres pour qu’elle soit solide et surtout très fraîche.

La pente est rude mais heureusement, il fait moins chaud aujourd’hui. Après une grande pente, on traverse un petit ruisseau et là, on voit une grande borie cachée dans la végétation. Les bories servaient à abriter les moutons et les bergers. Ensuite, nous montons plus haut, et, sur le plateau, par groupes, on construit des petites bories. Adam et Fabien sont seuls dans leur groupe mais ils construisent une jolie borie uniquement en pierres sans utiliser de bois. Ce qui est difficile, c’est de faire un toit arrondi et vouté.

Lorsque nous avons terminé, nous redescendons au centre à l’heure du déjeuner. L’orage est à nos trousses mais nous arrivons avant lui. Ce midi, nous mangeons donc à l’intérieur. Après s’être reposés, nous rejoignons Sophie dans la classe. Elle nous lit une histoire, puis on se sépare en deux groupes. L’un a préparé la couverture du carnet en peinture. L’autre groupe  fait du maquillage, puis nous intervertissons les groupes.

Ensuite nous avons choisi plein de feuilles de papier très variées pour compléter notre carnet et nous avons appris à faire de la reliure. Voilà encore une journée bien intéressante ! Et ce n’est pas fini car ce soir, Lulu a dit qu’elle nous ferait une surprise…

À bientôt tout le monde là-haut à Ceillac !»


Jeudi 29 juin : avant-dernier jour

On vous avait bien dit qu’on allait avoir une surprise ! Et, vraiment, on en a eu des émotions hier soir !…

Tout d’abord, après le repas, on s’est retrouvés dans la grande salle de spectacle du centre avec les enfants du même âge que nous, d’une classe de La Bréole ; il y a trois classes de La Bréole à Biabaux.

Leur maîtresse et Jean-Marc qui se connaissaient ont décidé de nous faire rencontrer. Lulu avait tout préparé ; super musique, boisson à gogo, chorégraphies en tout genre, une méga-boum en somme…

Nous nous sommes amusés comme des fous avec les enfants de la Bréole. Nous avons fini par le jeu des chaises musicales par groupe d’âge. Les enfants de Ceillac ont fini à chaque fois dans le dernier carré…

Et là, brusquement Louna sursaute. Elle a entendu un bruit avant tout le monde. C’est l’orage qui déboule sur Biabaux sans prévenir, très bruyant, avec des trombes d’eau. Nous sommes bloqués dans la salle de spectacle et nous devons patienter avant de rejoindre nos chambres.

Après une séance de relaxation sur une musique douce, nous profitons d’une accalmie pour vite traverser la cour et grimper dans les étages, chaque classe regagnant son dortoir. Louna déménage dans la chambre de Sonia et s’endort aussitôt. L’orage s’étant éloigné, tout redevient paisible et chacun tombe dans les bras de Morphée.

Nous avons eu droit à un spectacle «  son et lumière » qui n’était pas prévu au programme. Le lendemain tous les enfants parleront des petits qui ont fait une fête et qui se sont couchés plus tard qu’eux…

Ce matin, nous nous réveillons en grande forme. La température s’étant sérieusement rafraîchie, nous déjeunons à l’intérieur.

Après le brossage de dents règlementaire, nous rejoignons Sophie dans notre salle de classe. A chaque fois le décor change, de nombreux nouveaux albums magnifiques nous attendent pour préparer l’activité suivante. Sophie est vraiment une super conteuse. Elle nous captive par ses beaux textes et ses surprenantes histoires merveilleusement illustrées. Ours nous prépare chaque jour une mise en scène pour l’activité à venir. Il y a toujours du courrier dans la boîte à lettres ; pour lui que certains enfants lui adressent et pour nous qu’Ours nous a préparé.



Ce matin nous allons récolter des éléments naturels pour enrichir notre carnet de nature qui deviendra un petit livre.  Sur les berges de la rivière nous ramassons des petits cailloux minutieusement choisis que nous décorons avec les stylos et feutres emportés. Puis  nous ressortons pour faire des empreintes d’arbres et d’autres récoltes également. A chaque fois nous apprenons de nouvelles techniques d’arts plastiques et nous découvrons de nouveaux textes et de nouvelles très belles illustrations d’albums.



L’après-midi nous poursuivons nos activités avec Sophie. C’est vraiment passionnant, à tel point qu’il nous est difficile de décrocher pour aller manger. 

Ce soir, après le goûter certains d’entre nous, ont joué au foot avec les grands de La Bréole  pendant que d’autres  profitaient  du génial bac à sable…

C’est déjà le dernier soir à biabaux et on ressent comme une petite excitation et un léger pincement au cœur en anticipant le départ…

Demain nous conclurons notre travail sur le livre, avec Sophie.

Il sera temps alors de penser à faire nos bagages. Mais auparavant, nous assisterons au travail réalisé par une autre classe sur la vidéo et l’art clownesque. 

Nous espérons, chers parents, que vous tiendrez le coup jusqu’à demain soir. On vous promet plein de bisous et de vous raconter des tas de belles histoires…

Les enfants voyageurs de l’école de Ceillac

 

Mercredi 28 juin 2017 : Les petits en classe de découverte à Biabaux

Lundi, la classe des "Petits" de l'école de Ceillac est partie, avec Jean-Marc et Sonia, en classe de découverte à Biabaux (St-Michel l'Observatoire) dans les Alpes de Haute-Provence avec un thème de séjour axé sur l'écriture.

Voici le contenu de leur journal de bord pour leurs deux premiers jours...



Lundi 26 juin : arrêt au zoo et arrivée au centre


Nous partons à 7 h de Ceillac dans le car de Laurent...

Nous nous  arrêtons sur une aire de l’autoroute pour goûter et nous dégourdir les jambes.

Nous arrivons à 11 h 15 au zoo de la Barben, près de Saint-Cannat. Il fait déjà très chaud.


Au zoo, nous observons  toutes sortes d’animaux. Le panda roux est très mignon : il ressemble à un petit renard. Il y a un brumisateur dans son enclos car il vit normalement dans un habitat chaud et humide.

Les lémuriens font le spectacle en sautant très haut et très loin sur les branches et sur les cordes. Baloo et son frère se prélassent au soleil puis, avant que nous partions, Baloo se dirige vers nous et, comme pour nous faire plaisir, prend un bain sous nos yeux ébahis. Sheere khan quant à lui, fait la sieste allongé sur le dos.

Après le pique-nique dans le parc, nous assistons au spectacle des rapaces qui volent au raz de nos têtes. C’est super beau mais ça fait un peu peur.

Heureusement, dans l’après-midi, épuisés par la chaleur, nous prenons une douche sous un brumisateur, puis, ragaillardis,  nous envahissons  l’aire de jeux à l’ombre des grands arbres.

Ensuite, nous nous dirigeons vers le vivarium et, là, nous pouvons admirer de très grands et très beaux serpents et aussi d’autres reptiles.

Avant de retourner vers le car, nous passons à la boutique pour acheter quelques cadeaux.

Enfin, nous repartons vers le centre de Biabaux où nous arrivons vers 18h30. Nous avons à peine le temps de nous installer au deuxième étage qui nous est réservé que, déjà, il est l’heure d’aller manger. Nous nous installons sur la terrasse où mangent également les enfants de 3 autres classes qui viennent de la Bréole.

Le copieux repas terminé, il est temps d’aller se doucher, se laver les dents et hop au dodo…

Hélas, il fait encore très chaud pour nous, petits Ceillaquins… Nous ouvrons en grand les fenêtres pour rafraîchir l’air. Certains, épuisés, s’endorment tout de suite, mais d’autres enfants ont plus de mal et tournent encore longtemps dans leur lit…

 

Mardi 27 juin : écriture et pêche

La nuit s’est bien passée mis à part 2 ou 3 petits pleurs passagers.

Nous avons pris un solide petit déjeuner : céréales, chocolat et tartines, jus d’orange.

A 9 h, nous avons rendez-vous avec Sophie, une spécialiste des albums jeunesse.

Tout d’abord, on s’est assis sous un bel arbre de la belle pelouse du centre afin de se présenter. Puis, nous nous sommes installés dans notre salle de classe. Là, Sophie avait aménagé l’espace en disposant des tapis sur le sol et en posant beaucoup de livres qu’elle avait apportés sur les tables et sur les tapis.

Elle nous a présenté son ours et elle a lu un conte : « L’ours de la bibliothèque ». C’est l’histoire d’un ours qui quitte son livre le soir, lorsque personne ne le voit…

Ensuite, sur de petits carnets qu’elle avait préparés, nous avons écrit une phrase de notre imagination et nous l’avons illustrée.

Chacun, ensuite, a présenté son carnet au groupe et nous nous sommes donné rendez-vous demain pour poursuivre la confection de notre album.

Après le repas, nous nous sommes reposés, puis nous nous sommes préparés pour aller au bord de la rivière pour une activité de pêche aux invertébrés aquatiques.



Avec Lulu, notre guide animatrice, nous avons marché environ 2 km pour atteindre une belle et grande plage. Là, nous avons d’abord pêché les invertébrés, puis nous avons construit un barrage sur le Largue pour aider les castors… Nous nous sommes aussi baignés, c’était «  trop méga bien ».


Construction d'une borie.

Cela a passé trop vite et, vers 17 h, nous sommes repartis au centre, où, après un bon goûter, nous avons joué dans le super bac à sable : ce serait trop bien d’avoir le même à Ceillac…

Et, ce soir, après le repas, nous avons rendez-vous avec Lulu, pour une veillée sous les frondaisons…On vous dira demain ce qu’il en était. 

Ne pleurez pas les parents, on se régale et on vous expliquera tous les détails à notre retour…

 

Mercredi 28 juin 2017 : Visite de VVF avec sa nouvelle directrice

Avant la saison, Sandrine Romand, la nouvelle directrice du centre de vacances VVF Villages de Ceillac a invité les habitants et les élus à découvrir ou à redécouvrir la structure qui reste le premier hébergeur du Queyras, avec une capacité approchant les 300 lits touristiques.

Ce centre bénéficie d’une offre large en matière d’hébergement et propose des espaces communs conséquents dédiés à la restauration, à la détente, à l’animation et aux autres services. Il est à même d’accueillir aussi bien des couples, que des familles ou des groupes (clubs sportifs, 3 ème âge, comités d’entreprise…).



Il fonctionne avec 26 personnes l’hiver et 16 l’été, l’accent étant mis sur les services et l’animation qui représentent la moitié du personnel. En cela, il est un des plus importants employeurs de la vallée puisque la moitié du personnel vit à Ceillac.

Rappelons que VVF Villages est une association française de tourisme social qui a développé en France le principe de l'hôtellerie familiale en villages de vacances en location avec des services club. Son but premier n’est donc pas le résultat financier même si elle veille à sa bonne santé économique qui permet d’évoluer et de s’adapter aux demandes de la clientèle touristique.

Sandrine Romand, 44 ans,  a pris ses fonctions de directrice à Ceillac depuis le mois de février. Elle remplace Eric Varin qui était resté 5 ans sur la structure. Elle travaillait auparavant dans un autre village VVF à Saumur en Auxois, en Bourgogne.

Sportive accomplie, titulaire d’un brevet d’état canoë-kayak et disciplines associées, elle a trouvé à Ceillac une vallée qui présente de nombreux atouts…



Quelle a été votre première impression ?

Si on m’avait dressé un tableau de Ceillac peu vendeur, en le qualifiant de village quelque peu reculé, avec peu de vie, après quelques mois, en ce qui me concerne, on peut parler d’un véritable coup de cœur, pour ce village, son accueil, son cadre naturel préservé qui offre la possibilité de pratiquer de multiples activités.

 

Cette possibilité est-elle mise en avant pour élargir l’offre destinée à vos visiteurs ?

Oui, on ne peut plus rester dans cette logique réductrice de la montagne qui veut que l’on fasse de la randonnée pédestre l’été et du ski l’hiver. On le voit déjà ici, avec le parapente, le VTT, les sports d’eau vive dans le Queyras ou dans la Durance, les activités liées au bien être, les parcours ludiques-sensation type via ferrata ou accrobranches… le choix est vaste et c’est pareil en hiver. Cela permet de fédérer une famille en offrant notamment aux plus jeunes un panel d’activités qui réponde à leurs souhaits.

A titre personnel, je n’ai pas eu encore le temps de tout voir ou de tout faire, et il me tarde de parcourir la via ferrata, d’essayer le vélo à assistance électrique qui se développe beaucoup, ou le vol en parapente, le site de Ceillac étant un site de vol de classe européenne prisé par de nombreuses écoles.

Ceillac et le Queyras, plus généralement, sont considérés, à juste titre, comme la Mecque de la rando mais il faut sortir de ce schéma étroit et montrer que beaucoup d’autres activités, tout aussi attrayantes, sont possibles.

On peut, à partir de constat, développer les séjours multiactifs. C’est quelque chose que j’aimerais mettre en place, été comme hiver.

 

Quelles évolutions sont possibles pour le village de vacances ?

Ce qui apparaît dans les enquêtes de satisfaction, c’est le besoin d’un confort accru et la nécessité de prévoir un espace détente-récupération avec les équipements classiques de type jacusi, hammam, salle de massage… un centre qui soit accessible, en particulier, après les activités de la journée.

Un projet de requalification de plusieurs millions d'euros est en gestation. Il intègre ces demandes et concernera en plus tout ce qui a trait à l’énergie (isolation, réseau de chaleur, éclairage…). Ce projet fait l’objet d’une collaboration resserrée entre la commune et la direction générale de VVF avec, de part de d’autre, une volonté forte de mise en œuvre rapide, la principale difficulté étant liée aux financements.

 

Comment a évolué la demande des clients en matière de séjour ?

Les demandes pour les courts séjours sont de plus en plus fréquentes. On constate aussi que les réservations sont plus tardives pour différentes raisons, météorologiques, pécuniaires… Il est évident qu’il faut s’adapter et coller aux demandes, comme le font déjà d’autres structures de VVF ou privées. C’est forcément plus complexe au niveau organisation mais c’est indispensable.

Il reste que nous avons encore une proportion d’habitués qui restent plus longtemps et programment leurs vacances de façon traditionnelle, mais ils sont de plus en plus minoritaires.

 

Quelles relations avez-vous avec les autres centres et notamment ceux de St-Bonnet et de Chorges ?

Nous essayons de mutualiser au maximum les moyens humains et les moyens matériels. Comme les périodes d’ouverture des 80 villages présents en France ne sont pas forcément les mêmes, nous utilisons au mieux les compétences des personnels qui peuvent ainsi allonger leur période de travail et même pour certains bénéficier d’un CDI.

 

Quelles sont les passerelles existantes entre le centre et le village de Ceillac ?

Nous ne pouvons pas vivre en autarcie et repliés sur nous-mêmes. Le centre est implanté dans une station-village et il serait dommage que les familles, pour beaucoup citadines, ne découvrent pas ce village typique montagnard, ses habitants, ses patrimoines et sa vie caractéristique.

Cet hiver, nous avons établi des passerelles en termes d’animation ou pour le fonctionnement de la patinoire municipale. Nous œuvrons pour une complémentarité optimisée tout en gardant notre spécificité.

Pour ma part, ayant été pompier volontaire durant 9 ans dans l’Ain, j’ai été sollicitée pour intégrer le corps des pompiers de Ceillac, ce que j’ai accepté avec plaisir.

 

Mardi 27 juin 2017 : 40 ans du Parc ~ 60 ans des inondations

Ce jeudi, à Ceillac, les 40 ans du parc seront fêtés. Une occasion pour faire un bilan et réfléchir à son avenir...

Une réunion exploratoire ("Le PNR fête ses 40 ans : imaginons le Queyras en 2057"), est donc programmée entre 9 h 30 et 14 h à VVF avec un buffet proposé par le parc.

L'après-midi sera consacré à commémorer les 60 ans des inondations qui ont marqué le Queyras et plus particulièrement Ceillac (voir programme ci-dessous).

Enfin, la journée sera clôturée par l'inauguration d'une plaque sur la place Philippe Lamour destinée à rendre hommage aux volontaires du Service Civil International qui ont oeuvré durant l'été 1957 pour déblayer le village enseveli par les gravats et la boue avec des moyens réduits.

 

Mardi 27 juin 2017 : Charlotte

C'est le 13 juin, à Briançon et à 20 h 48 très exactement, que Charlotte, fille d'Emmanuelle et de Nicolas, a vu le jour. Avec une taille de 47,5 cm et un poids de 2,75 kg, elle se porte comme un charme, tout comme sa mère, l'une comme l'autre ayant intégré ou réintégré très vite la vallée de Ceillac...

 

 

Dimanche 11 juin 2017 : Elections législatives ~ 2ème tour

Le taux de participation a été de 60,5 % à Ceillac. Les résultats sont les suivants (inscrits : 258, votants : 156, 3 blancs, 4 nuls, exprimés : 149) :

CANDIDAT

Voix

%

CANDIDAT
Voix
%
Giraud (PRG-REM)
102
68,5
Murgia (Div dte)
47
31,5

Sur la circonscription, les estimations diffusées à 20 h donnent Joël Giraud (44 % au premier tour) vainqueur avec 70 % des voix. Il effectuera son quatrième, et, a priori, dernier mandat.

 

Dimanche 11 juin 2017 : Elections législatives ~ 1er tour

Le taux de participation a été de 65,5 % à Ceillac. Les résultats sont les suivants (inscrits : 258, votants : 169, exprimés : 167) :

CANDIDAT

Voix

%

CANDIDAT
Voix
%
Giraud (PRG-REM)
100
59,9
Tassaux (Fce Ins.)
4
2,4
Murgia (Div dte)
29
17,4
Antoine (Con. Cit)
3
2,8
Leguem (FN)
14
8,4
Buisson (LO)
0
0
Eyméoud (UDI)
15
9,0
Demmel (vot. bl)
1
0,6
Espinosa (UPR)
1
0,6
 

 

Samedi 10 juin 2017 : le Festival International Jazz and Cheese, de retour à Ceillac.

Primitivement programmé à Abriès, le festival International Jazz and Cheese aura lieu cette année à Ceillac, en raison des problèmes d'accès auquels est confronté Abriès.

C'est donc le 22 juin que le Festival commencera avec une préouverture à Montbardon, ce hameau du Queyras étant le lieu historique qui a vu naître le festival.

Les 23, 24 et 25 juin, les concerts se dérouleront à Ceillac sous le grand chapiteau qui sera installé face à la salle polyvalente. Comme en 2015, les restaurateurs de la Cascade, du Pourquoi et du Matefaim proposeront aux festivaliers un menu complet pour se restaurer.

Chacun a en souvenir le festival de 2015 qui s'était déjà déroulé à Ceillac et avait ravi les spectateurs le point d'orgue ayant été le concert de Rhoda Scott.

Et comme nous a habitués l'association, la programmation une nouvelle fois est à même de séduire le plus grand nombre, avec des musiciens de qualité ayant une audience dépassant largement le cadre de nos frontières.


Programme

(cliquer sur l'image pour agrandir)

Du beau monde pour 4 jours de plaisir dans une vallée magnifiée par le printemps et qui met en avant sa nature préservée, arrosée de soleil, et revêtue en ce mois de juin de ses plus beaux atours avec des couleurs et des senteurs printanières. Une vallée que l'on parcourt à son rythme, au gré de ses envies, à pied, à cheval, en vélo, en parapente... tous les moyens sont bons pour savourer ce havre de paix.


En 2015, à Ceillac, salle comble pour Rhoda Scott, une artiste exceptionnelle pour un concert qui l'a été tout autant.


Tout renseignement auprès de l'Association Jazz and Cheese

* Informations : jazzandcheese.fr
Mail : jazzandcheese@gmail.com
Facebook : FESTIVAL JAZZ AND CHEESE

* À télécharger : dossier de presse, flyer

* Pour la première année, acheter vos billets journaliers sur :
https://www.weezevent.com/festivaljazzandcheese

* Pour les forfaits ou les réservations festival-hébergement, téléphoner au 06 10 15 66 62 ou consulter l'office de tourisme Guillestrois-Queyras au 04 92 46 89 31 (https://www.queyras-montagne.com/jazzn-cheese-1.html#thaut)

* A revoir la vidéo de la première soirée de concerts à Ceillac en 2015 : jazzch2015j1


En 2015, Ben Toury, un musicien de scène ultra énergique avait communiqué sa ferveur au public et avait enflammé la salle.

En 2015, Olivier Leroy avait rendu un bel hommage à Ray Charles.

 

Samedi 3 juin 2017 : Accident de car

Une pensée amicale pour Jean-Paul Bonnet, Chantal Brossy et leurs amis impliqués dans un accident spectaculaire de car survenu fin mai dans le Jura. Si Jean-Paul est sorti indemne de cet accident, ce n'est pas le cas de ses compagnons qui ont été touchés plus ou moins gravement...


Photo Philippe Trias (Progrès de Lyon)

Le progrès de Lyon a rapporté l'accident de la façon suivante : "Mardi 23 mai, un car de touristes de Rillieux-la-Pape se renversait dans les vignes du Jura, à Saint-Lothain. Plusieurs blessés étaient à dénombrer, dont sept en urgence absolue. Mercredi, sur les 29 participants, vingt ont repris la direction du Rhône en fin de journée. Ce jeudi 25 mai, c’est le procureur de la République, Jean-Luc Lennon qui a donné des nouvelles des derniers blessés. « Ils rentrent petit à petit chez eux. Le passager le plus blessé, une femme, est toujours dans le coma. Nous n’avons pas encore des nouvelles des deux personnes qui ont été hospitalisées à Lausanne en Suisse."

 

Jeudi 11 mai 2017 : Le père Carbonneau, 93 ans et 69 ans de sacerdoce

Un article de Chantal Malaure, paru, à la fin de l'hiver, dans le journal "La Provence" qui retrace la vie du père Carbonneau qui a oeuvré pour la création du centre Notre-Dame de l'Estelle...

LE RELIGIEUX A CONSACRÉ SA VIE AUX JEUNES. CE GLOBE-TROTTER

A AUSSI "BÂTI" LE CENTRE DE CEILLAC

  Le regard clair, les souvenirs tout autant, le sourire mutin, à 93 ans, le père Carbonneau n'a en rien perdu de sa pétillante verve. Il y a juste une audition capricieuse et une démarche plus hésitante qui freinent aujourd'hui cet élan qui toujours été à la manoeuvre dans la vie de cet humaniste-sportif invétéré. Évoquez son nom aux plus de cinquante ans et vous en trouverez des milliers qui ont gardé des souvenirs du prêtre, aux quatre coins du Vaucluse, En près de 70 ans de sacerdoce, il en a connu des paroisses (voir plus bas). Et en a emmené des jeunes dans son sillage, avec les Scouts de France...

...En Palestine et en Europe (Allemagne, Rome, Espagne, Yougoslavie à bord de son car Panhard, baptisé le Carbonneau). "Au Portugal, à Figueira, j'ai même passé quelques heures en prison. Des jeunes s'étaient baignés dans le port. C'était au temps de Salazar, ça ne rigolait pas", raconte-t-il dans un éclat de rire.


UNE VIE ITINÉRANTE

Jean Carbonneau est né le 10 janvier 1924 à Orange. Il étudie au séminaire français de Rome et, après l'obtention de sa licence en théologie, il est ordonné prêtre le 18 juillet 1948 à Avignon. Vicaire à la cathédrale Sainte-Anne à Apt, pendant huit ans, il devient ensuite aumonier au lycée Mistral à Avignon en 1957.

  Après une période congé, il est chargé de la paroisse au Pontet en 1976. Il exercera ensuite dix ans la fonction de vicaire épiscopal à Carpentras en charge de plusieurs communes du Comtat-Ventoux et d'une trentaine de prêtres. En 2002, il retourne à Apt où il est nommé prêtre auxiliaire. Il y a deux ans, alors qu'il était à la retraite, il effectuait encore des remplacements dans ce secteur du Lubéron.

  Mais la grande histoire de sa vie, il l'a forgée à Ceillac, petit village du Queyras. Dans les années 60, alors aumônier du lycée Mistral, il rejoint son "confrère" du lycée Aubanel, le père René Druilhe, pour organiser des séjours d'hiver et d'été en montagne. Le lieu est trouvé dans ce coin reculé des Hautes-Alpes, un village de 300 âmes qui vivait en complète autarcie. Jean Carbonneau s'improvise menuisier-homme à tout faire. "Il y avait juste un grenier à foin, on allait chercher l'eau à la fontaine, et on bricolait tout", se souvient le "bâtisseur" de l'Église. En 1964, le premier abri de campement est inauguré et, l'année suivante, une quinzaine de jeunes vit son séjour. Notre-Dame de l'Estelle voit le jour, devenant le point de ralliement des paroisses du Vaucluse. Parmi les milliers de fidèles, un certain Jean-Pierre Cattenoz, qui vint à Ceillac préparer son doctorat de théologie. "Quand il était jeune, j'étais son vicaire, son patron, quoi", note malicieusement le père Carbonneau. "Je me rappelle même que le chien de Mgr l'archevêque a dévoré mon bréviaire...".

  Aujourd'hui, le père Carbonneau a rangé sa boîte à outils. Il coule une retraite paisible à la villa Béthanie mais toujours uun oeil vigilant sur le centre de loisirs de Ceillac. Sa perle du Queyras.

Chantal Malaure (La Provence ~ mars 2017)

 


DES LAÏCS ONT REPRIS LE FLAMBEAU

Notre-Dame de l'Estelle est aujourd'hui gérée par l'association Educative de Ceillac qui en est propriétaire. Association laïque qui compte plus d'une centaine de membres (présidée par Guy Pondicq) et est, de par ses statuts, rattachée au diocèse d'Avignon. Le centre compte trois chalets (portant tous le nom d'une constellation) pouvant accueillir 90 personnes, pour des séjours de ski l'hiver ou de randonnée l'été. Les pensionnaires viennent des paroisses du Vaucluse mais aussi des aumoneries de Toulon, Aix, Hyères ou encore de comités d'entreprise. (contact : aec.ceillac@wanadoo.fr)

 

Dimanche 7 mai 2017 : Présidentielles ~ 2ème tour

Voici les résultats concernant la commune de Ceillac :

Inscrits : 258 Votants : 211 (81,8 %) Nuls : 3 (1,4 %) Blancs: 23 (10,9 %) Exprimés : 185 (87,6 %)

- Macron Emmanuel : 128 (69,2 %)
- Marine Le Pen : 57 (30,8 %)

Résultats des autres communes du Queyras :

Présidentielles 1T

Abriès

Aiguilles

Arvieux

Cha-V.Vi

Molines

St Véran

Ristolas

Participation
77,4 %
82,9 %
83,7 %
82,4 %
79,0 %
73,6 %
72,5 %
 
MACRON Emmanuel
81,1 %
70 %
73,4 %
67,8 %
85,2 %
71,3 %
81,8 %
LE PEN Marine
18,9 %
30 %
26,6 %
32,1 %
14,8 %
28,7 %
18,2 %

 

Mercredi 3 mai 2017 : Purge de falaises

La route du Bois Noir, avant d'arriver à pont Premier, est bordée de falaises qui laissent échapper régulièrement des pierres.

  A la fin de l'hiver, les observations faites ont montré qu'il y a avait urgence à purger ces falaises où nombre de pierres ou de blocs instables étaient prêts à tomber menaçant les usagers de la route.

  La commune a donc missionné l'entreprise SP (Stabilisation Protection) basée à Eygliers qui a, en l'espace de 2 journées, nettoyé les secteurs incriminés.

  Le coût, comprenant la purge et l'évacuation des matériaux, approche les 3.000 € HT.

 

 

Lundi 1er mai 2017 : Animations estivales 2017

19 juin au 16 juillet 2017

17 juillet au 6 août

7 août au 24 août

28 août au 24 septembre 2017

 

Dimanche 23 avril 2017 : Présidentielles ~1er tour

Voici les résultats concernant la commune de Ceillac :

Inscrits : 258 Votants : 215 (83,3 %) Nuls : 1 (0,5 %) Blancs : 10 (4,6 %) Exprimés : 204 (94,9 %)

- Macron Emmanuel : 60 (29,4 %)
- Poutou Philippe : 2 (1%)
- Fillon François : 59 (28.9 %) - Lassalle Jean : 2 (%)
- Le Pen Marine : 43 (21 %) - Asselineau François : 1 (0,5 %)
- Mélenchon J. Luc : 21 (10,3 %)
- Cheminade Jacques : 1 (0,5 %)
- Dupont-Aignant : 11 (5,3 %)
- Arthaud Nathalie : 0 (0 %)
- Hamon Benoît : 4 (2 %)  

Résultats des autres communes du Queyras :

Présidentielles 1T

Abriès

Aiguilles

Arvieux

Cha-V.Vi

Molines

St Véran

Ristolas

               
Participation
82,3 %
80,8 %
87,1 %
82,8 %
79,7 %
74,5 %
77,8 %
 
MACRON Emmanuel
17,7
14,3
23,2
14,2
28,0
16,0
9,9
MÉLENCHON J. Luc
26,7
23,0
14,5
21,9
14,9
10,4
34,6
FILLON François
14,6
12,2
19,9
17,9
22,3
25,5
13,6
HAMON Benoît
5,2
7,7
4,5
7,0
9,6
3,9
6,2
LE PEN Marine
8,3
12,2
15,1
12,9
8,73
6,1
1,2
DUPONT-AIGNAN Nicolas
3,1
5,6
2,7
3,6
¨9,2
6,5
1,2
LASSALLE Jean
1,7
2,1
3,6
2,0
4,8
3,9
6,2
ASSELINEAU François
0,7
0,4
0,3
1,0
0,4
1,3
0
CHEMINADE Jacques
0,4
0,4
0,0
0
0,4
0
0
POUTOU Philippe
2,1
0,7
0,9
1,0
1,8
0
0
ARTHAUD Nathalie
0
0,4
0,0
0
0
0
0

 

Dimanche 16 avril 2017 : Vente de deux bâtiments communaux

La Commune de Ceillac dont le patrimoine immobilier s’est largement accru ces dernières années est conduite à vendre les bâtiments dont elle n’a plus d’usage réel. Le produit de ces transactions sera bien évidemment affecté à l’entretien et à la requalification des autres éléments de ce patrimoine bâti communal.

  Aussi la municipalité a décidé de se séparer de 2 bâtiments suivants : la Laiterie, située au centre du village, et l'ancien broyeur, situé à l'entrée du village sur la route du Bois Noir.

  Pour une visite ou tout autre renseignement, contacter la mairie au 04 92 45 15 17.

* Laiterie : 90 m² au sol – 2 niveaux + combles

 

* Broyeur : 50 m² au sol – 4 niveaux

 

Samedi 1er avril 2017 : LA SAUME, UN VOLCAN EN DEVENIR ?

Chacun se souvient de l’éboulement conséquent (au moins 6.000 m3) survenu à la pointe de la Saume l’été dernier, le 15 août exactement. Cet éboulement avait emporté le creux sommital où les randonneurs aimaient se poser après une longue ascension et avant une redescente éprouvante.

  Le sommet dans son entier et ses contreforts immédiats s’en trouvant fragilisés, avec de multiples fissures laissant craindre d’autres chutes de blocs, voire de pans entiers de montagne, le maire de la commune, Christian Grossan, avait immédiatement alerté la préfecture afin que tout soit mis en œuvre pour éviter un accident pouvant mettre en cause un ou plusieurs randonneurs fréquentant cette montagne symptomatique de la vallée qui domine le village.


La Saume, dans les jours qui ont suivi l'éboulement avec en encadré, en jaune-orangé, le haut de la partie disparue.


La préfecture missionne un cabinet de géologues

Dans les jours qui ont suivi, on a pu voir le PGHM approcher le sommet en hélicoptère pour effectuer des prises de vues permettant d’évaluer le niveau de risques. Les photos réalisées ont été confiées pour étude et expertise aux géologues du cabinet GEOPESCE, missionné par la préfecture.

  Ne pouvant se contenter de photos pour une évaluation fiable, les scientifiques ont décidé de se rendre sur place en emportant le matériel utile afin de mener les investigations nécessaires.

  Leur première journée passée à proximité du sommet, à plus de 3000 m, a rapidement permis de confirmer, par de simples observations visuelles, le risque toujours présent. Des analyses complémentaires ont alors été effectuées pour essayer d’établir quelle serait l’évolution de ce terrain véritablement miné.


Des résultats d'analyses surprenants et inquiétants

Interpellés par des témoignages faisant état de fumées persistantes (plusieurs mois durant) s’échappant du sommet, ils ont analysé ces dernières qui ne pouvaient être imputables qu'aux seules chutes de blocs, la couleur de ces fumées ainsi que leur odeur âcre, étant pour le moins surprenantes. Les premiers résultats obtenus les ont incités à poursuivre les analyses plus en avant, après accord des autorités, avec notamment un ciblage sur les composés soufrés.


Durant de longues semaines, après l'éboulement, la Saume arborait encore un panache de fumée

  Il est ressorti de ces investigations, que le profil des gaz se rapproche pour beaucoup des analyses des fumerolles de volcan et plus précisément des volcans de type strombolien. Si ces derniers ne sont pas les plus dangereux (voir tableau ci-dessous), vivre à proximité immédiate de ceux-ci implique une surveillance extrêmement pointue et réactive avec une information de la population liée à des exercices d’évacuation réguliers, comme ceux aujourd'hui soumis aux populations vivant au pied du Vésuve.

  Précision utile, s'agissant d'un volcan de type strombolien, les coulées pyroclastiques (nuées ardentes), si spectaculaires et meurtrières, ne sont théoriquement pas à craindre.


Synthèse des analyses de gaz, effectuées le 25 août, montrant une présence anormalement élevée de composés soufrés.

Les différents types de volcans

- type hawaïen : type effusif, lave très fluide, peu d'explosions, coulée de lave importante (peu dangereux).

- type strombolien : type mixte, lave assez fluide, peu d'explosions et de projections.

- type vulcanien : type explosif, lave visqueuse, projections et explosions dangereuses.

- type péléen : type extrusif, lave très visqueuse et explosions très violentes (bouchons) avec beaucoup de dégâts, ne serait-ce qu'à cause du souffle (ex. type : Mt St Hélens).


Schéma montrant les lignes de force des séismes récents (document GEOPESCE)


Ceillac menacé par une éventuelle mais peu probable éruption

Poussant plus en avant leurs investigations avec le renfort du RENASS et du BRGM, les géologues ont établi que la faille responsable première de l’effondrement s’étendait très en profondeur jusqu’à atteindre le manteau magmatique.

  C’est une faille oblique, née de la collision des plaques Africaine et Eurasienne qui a donné naissance aux Alpes. D'une longueur d’environ 50 km, occluse en de multiples niveaux, elle se prolonge dans la Haute Ubaye.

  Cela explique les multiples séismes qui y prévalent depuis plusieurs décennies (le dernier date du 31 juillet 2016, soit à peine 2 semaines avant l’effondrement), ces mêmes séismes ayant remanié la faille jusqu’à laisser passer les gaz incriminés.

Sismogramme du séisme du 31/7/2017 (doc. Sismalp)

 

Tracé des failles de Tronchet et de la chaîne de la Font-Sancte


Carte montrant la concentration des séismes intervenus les 25 dernières années, l'arc alpin étant logiquement très concerné.

  Cette découverte à des conséquences lourdes puisque si les risques demandent encore à être évalués précisément, ils ne sont pas nuls et l’on peut craindre que l’État, garant de la sécurité des citoyens, puisse aller jusqu’à imposer, comme cela a pu se dérouler à Séchilienne, en Isère, une évacuation définitive du village.

  Dans l’immédiat, toute une batterie d’appareils de mesure va être déployée comprenant notamment, en plusieurs endroits : inclinomètre, sismographe, thermomètre, analyseur de gaz... Si le recueil des données se fera par télémétrie, il faudra accéder régulièrement à ces appareils, ne serait-ce que pour les déneiger.

  Cette surveillance permettra d'anticiper un mouvement tectonique majeur qui pourrait faire fonctionner les failles normales en extension et favoriser ainsi la montée des gaz, elle-même pouvant précéder une hypothétique mais peu probable montée de lave.

  Le vulcanologue Max Ryba, dépêché par le cabinet GEOPESCE, a expliqué le cas de la Saume dans la revue Vulcano Mag :

« Le magma se forme par fusion des roches du manteau à des profondeurs de l’ordre de 100 kilomètres, ce liquide plus léger à tendance à monter le long des fractures de l’écorce. Les secousses sismiques observées pendant le printemps ont créé un faisceau de failles normales à l’origine de ces fractures. Mais le magma peut ne pas parcourir la distance le séparant de la surface d’une seule traite et s’arrêter en cours de route dans une chambre magmatique où il peut stagner parfois plusieurs siècles.

Le dynamisme de l’activité volcanique résulte des différentes issues d’un conflit entre les gaz qui tendent à s’échapper et un liquide, la lave, plus ou moins visqueux qui tend à s’opposer au dégazage. Afin de comprendre le fonctionnement et l’évolution de ce proto volcan, qu’est la pointe de la Saume, les scientifiques vont devoir déterminer si son origine est orogénique c'est-à-dire résultant de la convergence des plaques lithosphériques ou d’origine de type point chaud isolé c'est-à-dire une anomalie ponctuelle mantellique. 

Je précise qu’assister à la naissance d’un volcan est un phénomène tout à fait exceptionnel ; on connaît seulement 4 autres cas dans le monde dont le Monte Nuovo en Italie, né en 1538.
 »


Analyse d'affleurements soufrés sur l'antécime. (ph. M. Ryba)

Sur la crête de la Saume en novembre

 

Un exercice préventif d'évacuation déjà programmé

La préfecture a d’ores et déjà demandé à la commune de procéder à un exercice d'évacuation. Le premier est prévu le 17 juin prochain. La population sera, ce jour-là, invitée à évacuer le village avec un point de rassemblement situé au gymnase de Guillestre dès lors que la sirène des pompiers retentira de façon intermittente, 15 secondes toutes les minutes. L'objectif avoué est de parvenir à l'évacuation complète en moins d'une heure.

  Cette procédure devra être intégrée au Plan de Sauvegarde Communal en cours de finalisation, celui-ci prévoyant déjà un dispositif comparable devant être mis en oeuvre en cas d'inondations.

  Evidemment, la vallée recevant nombre de touristes, il sera demandé à tous les loueurs d’informer leurs locataires afin que ceux-ci soient prêts à évacuer la vallée dans les meilleurs délais.

Conséquences

Si l'information n'a que peu été diffusée jusqu'à lors, on ne peut que craindre une baisse de la fréquentation touristique, les vacanciers ne désirant pas forcément séjourner à Ceillac avec une telle épée de Damoclès sur la tête, même si le risque d'éruption est peu probable.

Dans l'immédiat, le Conseil Départemental a classé la route CD60 qui dessert le village en route prioritaire pour le déneigement. Il ne faudra donc plus attendre le petit matin pour qu’elle soit accessible et sera nettoyée dès lors que la couche de neige atteindra 5 cm, fût-ce à 3 heures du matin.

  Autre disposition, la mise en place d'une antenne SFR, le remplacement des antennes Orange et Bouygues pour des modèles plus fiables et autorisant le haut débit et l'activation de l'antenne Free, installée à l'automne. Toutes ces antennes qui fonctionneront en 4G permettront une alerte rapide et fiable par SMS et faciliteront la communication des services de secours. Elles seront également mises à contribution pour la transmission des données télémétriques au BRGM.

 

Réunion publique le lundi 23 avril

Dans une déclaration à la presse, le maire de la commune s'est engagé à informer les Ceillaquins au fur et à mesure des éléments qui lui seront fournis par la sécurité civile.

  D'ores et déjà, une réunion publique d'information est prévue le lundi 23 avril (à 17 h, salle polyvalente) en présence de MM. Philippe Court, préfet des Hautes-Alpes, Luc Arrain de la sécurité civile, Max Ryba de GEOPESCE, Thierry Donain commandant la gendarmerie de Guillestre, Marcel Cannat et Valérie Garcin-Eyméoud, conseillers départementaux.

Verra-t-on un jour à Ceillac une éruption comme celle-ci du Stromboli saisie par François Chabrerie (voir site franchab) ?

 

Samedi 1er avril 2017 : Escapade mouvementée

Samedi 25 mars, une quinzaine de Ceillaquins, dans la force de l'âge, est partie à Gap pour assister au  spectacle Irish Celtic. La sortie était organisée par le comité des fêtes de Ceillac et Arlène Buzet, chargée de l'animation à la commune, conduisait un minibus suivi d'une voiture particulière.

Il neigeait un peu, mais sans plus ; la troupe était joyeuse, voire hilare quand une personne du groupe a annoncé l'oubli de son billet d'entrée... Un problème qui sera vite réglé avec la compréhension des ouvreurs du théâtre.

Pendant l'entracte du spectacle qui a enchanté le groupe par sa musique entraînante et la virtuosité des danseurs, un SMS tombé sur le portable d'un membre de la troupe est parvenu, un court instant, à inquiéter tout le monde : « Déjà 40 cm de neige au village et ça continue ! Vous ne pourrez pas remonter ! », prévenait un mari resté au village.

Mais chacun, habitué, malgré tout, à ces épisodes neigeux, s'est mis à échafauder divers plans. « On téléphone à Alexandre pour qu'il descende avec le chasse-neige jusqu'à la maison du Roy – Non, mieux, on se paye  l'hôtel à Guillestre !... » et autres divagations.

A l'entrée des gorges du Guil, un panneau lumineux recommandait les équipements spéciaux pour monter à Ceillac. Par sécurité, Arlène a alors prévenu son ami Denis Richard, pisteur secouriste à Ceillac, afin qu'il descende à leur rencontre pour aider au chaînage du minibus, chose compliquée quand on manque d'habitude. Au niveau de la maison du Roy, Denis, qui attendait déjà, a lancé, l'air moqueur : « Alors les Mémés, on est en rade ?» Toutes ont répondu par des cris et autres fous rires qui s'en sont suivis de soupirs de soulagement en apercevant le chasse-neige de la DDT descendant de Ceillac, toutes étraves ouvertes.

Arrivés à bon port, Denis a reconduit à leur domicile chaque personne dont le véhicule était enfoui sous la neige. Merci à lui !

Monique E.

 

Dimanche 26 mars 2017 : Atelier perles

Retour sur les 10 ateliers perles qui ont jalonné cet hiver qui s'achève.

Ces ateliers ont été initiés par Luc Dubost, artiste comtemporain de Marseille, qui, avec le soutien des Amis de Ceillac, avait exposé l'été dernier à l'église Sainte-Cécile. Ils avaient pour but de créer la matière pour la création d'une oeuvre monumentale collaborative qui sera révélée lors de l'exposition de l'été 2017.

300 volontaires, de tous âges, y ont participé, et ont patiemment, à l'aide des petits moulins, enfilé une longueur totale 485 mètres de perles.

Une intervention de l'artiste est prévue fin avril à l'école, ce qui permettra d'impliquer les enfants dans le projet, alors qu'un certain nombre ont déjà mis la main à la pâte.

Luc Dubost et l'association tiennent, ici, à remercier chaleureusement celles et ceux qui ont contribué à ces ateliers. Ils vous donnent rendez-vous prochainement pour la suite.

Un petit montage des photos de D. Bertrand pour se remémorer les bons moments : ateliers

 

Dimanche 26 mars 2017 : Vote budget 2017 : un budget maîtrisé

Ce jeudi 23 mars, le conseil municipal, après avoir adopté l’unanimité les comptes administratifs de l’année 2016, a voté les budgets primitifs pour l’année 2017.


Budget de la commune

Le budget de fonctionnement s’élève à 918.072 €. Malgré la baisse des dotations (-20.000 € prévisibles cette année), il est à l’équilibre grâce à l’excédent reporté de l’exercice précédent (53.000 €), à l’absence de déficit de la régie des remontées mécaniques du Queyras (100.000 € payés par la commune en 2016) et aux ressources propres de la commune (microcentrale pour 60.000 €, camping pour 23.000€). Ces ressources propres, auxquelles peut s’ajouter la vente de coupes de bois, permettent l’équilibre du budget avec, parfois, le rétablissement d’une capacité d’autofinancement. Celle-ci est, malgré tout, bien souvent, réduite à la portion congrue, ce qui rend difficile voire impossible la réalisation de projet d’équipements.

  Il est à noter que les taux d’imposition ne sont pas augmentés.

  Le budget d’investissement se monte, quant à lui, à 641.369,23 €, sans recours à l’emprunt. Il concerne essentiellement les  différents programmes en cours : bâtiments communaux (72000 €), système d’alerte des crues torrentielles (28.000 €), acquisitions de terrains (DUP, ZAC : 40.000 €), signalétique pour les noms de rues (10.000 €), programme bâtimentaire (presbytère : 50.000 €), aménagements pastoraux (17 960 €), révision du PLU (24.000 €), parking de la Chalp (24.000 €)… et le remboursement du capital des emprunts (202.143 €).


Budget de l’eau

Le budget de fonctionnement de l’eau ressort à 111.941,40 € avec des recettes en baisse puisque la nouvelle Communauté de Communes du Guillestrois-Queyras a la compétence assainissement dans son entier (réseau de transfert, collecteurs secondaires, stations d’épuration) avec donc une baisse de charges qui ne seront plus imputées par la commune aux consommateurs, ce qui se traduira par une baisse effective d’environ 30 € par abonné.

  En revanche, la Communauté de Communes du Guillestrois-Queyras verra sa charge accrue pour la prise en charge des collecteurs  et l’exploitation des stations d’épuration de l’Esteyère et de Guillestre.

  Les investissements sont essentiellement représentés par la réalisation de la deuxième tranche de travaux (coût 313.289,74 €) pour rénover l’alimentation en eau potable dont la construction date de 1967. Cette réfection a été initiée en 2015 avec une première tranche qui avait permis de réduire notablement les pertes sur le réseau. Un emprunt de 110.000 € sera contracté pour venir en compléments des subventions demandées, notamment à l’Agence de l’eau.


Budget de VVF

La commune est propriétaire de ce village de vacances qui reste le premier hébergeur de la commune et dont la nouvelle directrice, madame Sandrine Romand s’est présentée aux élus.

  L’association VVF Villages assure actuellement le paiement des annuités d’emprunts contractées pour assurer les gros travaux (réfection du toit et isolation).

  La convention qui devait prendre fin en 2017 a fait l’objet d’un avenant de 2 ans qui laissera le temps nécessaire, à la commune et à l’association en partenariat avec l’État et la Région,  de réfléchir à la mise en œuvre d’une requalification majeure devenue indispensable.

  Le budget a été voté à l’équilibre à 147.571, 61 €. C’est donc un budget qui n’impute pas les finances de la commune.


Budget du camping

C’est un budget régulièrement excédentaire et ce, depuis de nombreuses années. L’excédent cumulé a permis d’effectuer des travaux importants en 2016, pour l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite, la mise aux normes du réseau électrique et la requalification de l’ensemble des sanitaires du bâtiment d’accueil.

  Le budget de fonctionnement s’élève à 69.405,42 €. Il intègre le report de l’excédent de l’exercice antérieur de 29 515,29 € et une contribution au budget communal de fonctionnement à hauteur de 23.000 €.

  Le budget d’investissement s’élève à 73.740,80 € et inclut des travaux complémentaires avec notamment la construction d’un bassin destiné à récupérer les eaux usées des camping-cars.

 

Microcentrale du Cristillan

Le Syndicat Intercommunal qui gère la microcentrale du Cristillan et est composé à égalité d’élus de Ceillac et de Guillestre vient également de voter son budget. Il est prévu pour l’année 2017 de reverser à chacune des 2 communes une somme de 60.000 €, malgré une production en baisse, due essentiellement à une pluviométrie et à une couverture neigeuse en baisse.

  Cette année verra se réaliser des travaux importants destinés à la mise en place d’une turbine complémentaire qui permettra de bénéficier d’un rachat à un tarif avantageux (tarifs H16). Le montant des travaux s’élève à 650.000 € ; un emprunt de 160.000 € a été contracté avec des annuités se montant à 55.000 €.

  Avec la fin, début 2018, des emprunts initiaux dont les annuités représentaient une somme de 150.000 € et l’augmentation des revenus engendrés par la nouvelle turbine, la part des communes devrait dans les années à venir notablement augmenter.

 

Vendredi 17 mars 2017 : Fréquentation  importante des scolaires sur le site de fond de Ceillac

Au cours de la première quinzaine de mars, ce ne sont pas moins de 400 enfants qui ont parcouru les pistes de fond du domaine de Ceillac, en skating ou en alternatif.

  Il faut dire tout était réuni pour accueillir dans les meilleures conditions les enfants avec un soleil resplendissant, un cadre privilégié et une neige parfaite, le tout dans une ambiance quasi printanière.



  La plupart du temps encadrés par les moniteurs de l’ESF, les écoliers ont goûté aux joies du ski nordique souvent par le jeu qui favorise l’acquisition de gestes techniques de façon transparente et ludique. Ainsi, a-t-on pu assister à  des matchs de hockey, des éperviers, des relais, des slaloms…

  Certaines écoles ont clos leur journée à Ceillac par du biathlon. Les enfants ont ainsi alterné les courses sur une boucle rapide et les tirs à la carabine laser sur cible. La motivation était d’autant plus forte suite aux excellents résultats des français dans les courses internationales, et notamment ceux de Martin Fourcade ou de Paul Goalabré, un Queyrassin.



Les classes ont pu profiter du nouvel espace d’accueil de fond inauguré l’an passé pour le pique-nique. Sur le livre d’or de ce bâtiment, unique en son genre sur le département, on a pu lire un commentaire qui résume les avis : « Le paysage est magnifique. Nous avons adoré les pistes. Ce site mérite d’être connu tant il est beau et les locaux sont superbes et bien chauffés. Excellent accueil. »

  Sur ce même livre d’or, un regret revient toutefois fréquemment, c’est la fermeture, depuis plusieurs années déjà, de la piste du Bois Noir, une longue piste appréciée pour son cadre et son caractère sauvage. La nouvelle Communauté de Communes qui a la compétence ski nordique, rouvrira peut-être cette piste suite à ces remarques…

  Pour conforter et assurer une fréquentation régulière du site de Ceillac, un des plus courus des Alpes du Sud, un projet de création d’une piste de biathlon (3 km) toutes saisons avec un système d’enneigement artificiel est en cours d’études.

 

Vendredi 10 mars 2017 : Le Festivols 2017 est sur les rails

Le programme pour le prochain Festivols, une initiative au succès bien établi est d'ores et déjà arrêté.

  Rappelons que cet événement rassemble depuis 9 ans tout ce qui peut voler avec des démonstrations, des ateliers, des baptêmes... et toujours, pour clore la journée, un barbecue-concert qui sera suivi, cette année, d'un ballet nocturne de cerfs-volants et du désormais traditionnel lâcher de lanternes, un lâcher très apprécié des enfants.
                 

La nouveauté pour l'édition 2017 sera la démonstration de lancer de boomerangs avec la possibilité de s'initier...

 

Mercredi 8 mars 2017 : Marguerite Masqueliez nous a quittés

Une « Amie de Ceillac » nous a quittés le 28 janvier 2017 : nous avons appris le décès de Marguerite MASQUELIEZ, chez elle, à Wasquehal, dans le Nord.

  Elle était née le 6 avril 1924 à Flers-Bourg, une commune composante de la ville de Villeneuve-d'Ascq, proche de Lille.

  Enseignante dans l'Enseignement Technique, elle avait occupé les fonctions de professeur-animateur, de professeur à l'École Normale d'Apprentissage et avait terminé sa carrière comme inspectrice.

  Marguerite était très attachée à son Nord natal mais elle aimait Ceillac comme une deuxième patrie, un village qu'elle avait découvert dans les années 70. Elle y effectuait de longs séjours en été et restait au moins un mois l'hiver.

  Marguerite avait acquis un petit appartement au Bramousse, en 1979, et avait très vite adhéré aux « Amis de Ceillac », toujours prête à se dévouer pour aider aux événements culturels, garder une exposition, préparer la fête patronale... ou pour apporter sa contribution aux différents débats. Marguerite était aussi très impliquée dans la vie de la paroisse où elle aimait assurer les lectures et chanter à pleine voix.

  Son humanité, sa curiosité intellectuelle faisaient d'elle une personne attachante et appréciée de beaucoup.

  Si elle avait dû renoncer à venir à Ceillac en 2013, elle restait en contact avec nombre d’habitants et avec l’association. Modeste, curieuse, toujours de bonne humeur et restée jeune en dépit des années, tous ceux qui l’ont connue garderont le souvenir de sa gentillesse, de sa disponibilité, de son franc parler.

M.F. et A.B.

 

Lundi 6 mars 2017 : Championnats départementaux de relais sur le site de Ceillac

Après 5 années sans compétition à Ceillac, les Trolls ont investi le terrain dimanche 26 février avec les championnats départementaux de Relais. Ce ski club basé à Guillestre avait à cœur de redonner vie à ce site nordique doté à présent d'une salle hors sac permettant d'accueillir fondeurs et compétiteurs tout au long de la saison hivernale.

  Le soleil radieux et une température idéale ne pouvaient que motiver les spectateurs à venir soutenir les 200 concurrents le long du parcours, Toute la matinée et après quelques échauffements les équipes féminines et masculines se sont lancées tour à tour sur une boucle de course de 2.8 km relais par 3 pour les U12/14/16 et de 1.1 km pour relais par 2 en team sprint. La bataille entre les coureurs pour tutoyer le podium rendait la course palpitante.


  La bonne organisation, les excellentes conditions de glisse et la bonne humeur ont fait de ce championnat une magnifique journée de sport, de rencontre et d’amitié. La speakerine  Nathalie Veyre, qui connaît parfaitement les équipes, a su donner du piquant avec ses commentaires délirants et ininterrompus. Mais la palme revient aux compétiteurs qui ont offert à tous une saine combativité pour de bons résultats.

À 14 h30 a eu lieu la remise des récompenses :

Relais résultats U12-U14-U16 F : 1 Equipe MGT Val Clarée 1 - 2 Equipe Edelweiss 1 - 3 Equipe SCOCE 1

Relais résultats U12-U14-U16 M : 1 Equipe MGT Val Clarée 2 - 2 Equipe SCOCE 1 - 3 Equipe MGT Val Clarée 1

Résultats Finale Team sprint ou relais sprint F : 1 Equipe E.S.Vallouise 1 - 2 Equipe Queyras - 3 Equipe Gap Bayard 1

Résultats Finale Team sprint ou relais sprint M : 1 Equipe Gap Bayard 1 – 2 Equipe SCOCE 1 – 3 Equipe Edelweiss 1

Le ski club les Trolls, qui programme une manifestation biathlon l'an prochain, souhaite pouvoir réitérer l'organisation d'une course sur ce site avec peut être la structure biathlon 4 saisons prochainement à Ceillac.

Monique E.

 

Dimanche 5 mars 2017 : Chaude ambiance sur la glace

C’est sur la patinoire et dans les bourrasques de vent et de neige que s’est fêté mardi gras.

Patins aux pieds les costumés, grimés ou masqués ont défilé pour l’élection de miss et mister Carnaval. Il était si  difficile de départager ces enthousiastes venus affronter la tempête que tout le monde a été déclaré gagnant.

Crêpes et chocolat chaud accompagnaient la parade organisée par Nicolas, responsable de la patinoire, et le comité des fêtes. Les animateurs du VVF sont également venus réchauffer un peu plus l’ambiance en crachant leurs flammes. Bien que la patinoire se recouvrait de neige Carnaval a duré jusqu’à sa fermeture.

Monique E.

 

Vendredi 16 février 2017 : Alizée contre vents et gelées !

Native de Serre-Chevalier, Alizée a connu Ceillac pour y être souvent venue avec son père pratiquer le parapente.

Après avoir travaillé deux ans pour la Réserve naturelle des Terres Australes et Antarctiques Françaises, elle enseigne les Sciences de la Vie et de la Terre dans un collège de Chambéry. Elle décide ensuite, avec son compagnon Valentin, de changer de rythme de vie, de se rapprocher de la nature et de sa montagne native.

Tous deux sautent sur l’occasion offerte de reprendre la gérance du refuge de la Cime à Ceillac, une ancienne fruitière, attirés par le côté authentique de la station. Ils s’y installent début septembre.


Le refuge après une première chute de neige automnale.

L’automne se déroule sans histoire ; Alizée se met doucement "dans le bain". Mais la saison d’hiver se montre bientôt moins facile... Le refuge est situé le long de deux pistes, fond et alpin, et, en l’absence de neige en décembre et en janvier, la fréquentation est moindre. Le sol dénudé gèle profondément, Alizée se retrouve sans eau. 

Valentin, guide ornithologue sur des bateaux voguant en Antarctique, est absent pour quelques mois. C’est donc seule qu’Alizée gère l’accueil, la cuisine, le service et l’entretien du refuge. Absolument pas démoralisée, elle s’organise dans sa cuisine pour apporter l’eau nécessaire à la préparation des repas et à la vaisselle et vous dit avec un large sourire : « C’est un début de saison un peu bizarre mais comme pour tout le monde… »

Aujourd’hui, alors que le refuge est toujours sans eau, Joce sa mère, est venue l’aider pendant les vacances de février.

A Ceillac, beaucoup attendent le retour de Valentin, pour découvrir en diaporamas, et autour des plats d'Alizée, les photos de ses missions scientifiques en Asie Centrale ou en Antarctique et profiter de ses connaissances approfondies en ornithologie.

Le refuge de la Cime est ouvert jusqu’au 17 avril (et plus tard sur réservation) et cet été à partir du 1er juin. Réservations au 07 82 16 94 22.

Pouvez-vous nous décrire l’emploi du temps d’une journée-type au refuge en pleine saison ?

La journée commence au plus tard à 7 h pour préparer le petit déjeuner. Une fois tout le monde restauré, équipé et parti faire du ski de fond, du ski de piste, de la raquette ou de la cascade de glace…, commence le ménage et plus généralement la remise en conditions du refuge. Salle commune, sanitaires, chambres, cuisine… tout est rangé et briqué soigneusement.

Ensuite, c’est la préparation du plat du jour, de la pâte à crêpe, des tartes et de tout le nécessaire pour pouvoir assurer la prestation snack qui commence tôt, vers 11 heures, et peut durer jusqu’à la fermeture des pistes à 17 h.

Puis, en fin de journée, j’accueille les clients qui dormiront au refuge tout en préparant le dîner servi vers 19 h avec la présence possible de clients supplémentaires en table d’hôte. Ce n’est que vers 23 heures que la journée de travail s’achève par les retrouvailles avec… mon lit.


On imagine la fatigue à la fin de la saison après des journées de 16 heures…  Quelles sont les autres tâches dévolues à la gardienne que vous êtes ?

Hormis celles que l’on vient d’évoquer, il faut aussi s’occuper du ravitaillement, qu’il soit hebdomadaire ou plus fréquent pour le pain et les produits frais. Ces ravitaillements s’effectuent en motoneige ou à pied (sac à dos et luge), le refuge étant accessible après une demi-heure de marche après la route.

Il faut bien sûr aussi gérer les réservations, s’occuper de la comptabilité, des contrôles… de toutes les démarches et contraintes administratives liées à l’activité.


Cette année, vous avez eu en plus le problème d’eau qui s’est ajouté. Vous pouvez nous en dire plus ?

La neige qui constitue le meilleur des isolants a manqué et de fait, l’eau a gelé. Il n’est pas évident de régler les débits de fuite en pareilles circonstances de sorte à ce que l’eau ne gèle pas tout en en veillant à ne pas vider le réservoir situé 300 m au-dessus du refuge, sachant que le débit d’alimentation hivernal est quand même réduit, notamment cette année, à cause encore une fois du manque de neige.

J’ai donc installé un réservoir d’un mètre cube à côté du refuge que je remplis tous les 2 ou 3 jours en allant chercher l’eau au réservoir en moto neige.


Quelle est la réaction des gens quant à ce problème d’eau ?

Les clients sont prévenus dès la réservation et ça se passe bien. On peut même dire que la réaction est positive et je n’ai pas eu à déplorer d’annulation.

Je mets le soir des cuvettes d’eau à disposition pour que chacun puisse faire sa toilette avec de l’eau chaude chauffée sur le poêle.

Le patron de l’hôtel la Cascade situé au bout de la route déneigée propose gentiment en dépannage aux clients du refuge l’accès à son espace détente à un tarif préférentiel, cet espace comportant douches, SPA, hammam…


Vous avez pris le refuge en connaissance de cause, vos parents étant gardiens du refuge des Ecrins après avoir longtemps tenu celui du Viso. Quelles différences essentielles y a-t-il entre un refuge de haute montagne et un refuge de moyenne montagne comme le vôtre ?

Effectivement, mes parents ont gardé le refuge du Viso durant 12 ans et sont aux Ecrins depuis 6 ans maintenant. La différence essentielle, si l’on fait abstraction du cadre foncièrement différent, plus austère, plus froid, c’est que dans un gros refuge comme celui des Ecrins, c’est toute une équipe qui œuvre avec une répartition des tâches, même s’il faut faire preuve de polyvalence, notamment au printemps et à l’automne. Il reste que qui dit équipe dit gestion humaine et ce n’est pas toujours simple, surtout dans des conditions haute montagne.

Ici, toutes les tâches m’incombent. Il faut donc être très organisé et ne pas avoir peur des grosses journées qui s’enchaînent tout en gardant un accueil de qualité et une disponibilité pour les clients.


Quelles ont été les bonnes et les moins surprises depuis cette prise en main ?

Je pensais qu’il y aurait plus de demandes d’hébergement alors que c’est surtout le passage qui constitue l’activité du refuge pour cet hiver qui reste pour le moins particulier. Par rapport aux Ecrins, on a plus un public familial que purement montagne. On a souvent des enfants alors qu’ils sont rares en haute montagne. On est plus dans une démarche de découverte avec souvent une première nuit en refuge atteint après une petite montée à la frontale, un repas en table commune, une descente en luge… Un cumul de premières et c’est déjà l’aventure !

Malgré tout, je reçois régulièrement des groupes, que cela soit du CAF ou d’autres associations.
La bonne surprise, c’est l’accueil des Ceillaquins, le cadre, les activités possibles, le changement de vie professionnelle. Je ne me sens pas isolée et si le rythme est parfois difficile, le métier me plaît. 

La mauvaise, c’est évidemment ce problème d’eau mais qui revêt un caractère accidentel et donc exceptionnel.


Donc un public au final varié ?

Oui, et le soir quand chacun se retrouve à la table commune, c’est l’occasion de partager ses émotions de la journée qu’elle se soit passée à ski, en raquettes ou en cascade de glace. Je favorise autant que possible ces échanges conviviaux et riches en plaçant les tables de façon opportune et en faisant le lien. C’est une fonction essentielle du gardien.


Dernière question, quelle est la réaction des gens quand ils voient que le gardien est une gardienne ?

Les gens ne sont pas surpris mais ils demandent souvent si je n’ai pas peur toute seule dans la montagne. Fréquemment, ils proposent leur aide spontanément quand ils me voient porter de grosses gamelles ou d’imposantes bûches pour le poêle.

Je relève quand même que quand mon compagnon est présent, on s’adresse plus souvent à lui dans un premier temps. Ou alors, quand les clients me posent des questions sur les conditions, peu de temps après, ils cherchent une confirmation auprès de Valentin…

En ce qui concerne le refuge de la Cime, les 4 derniers gardiens étaient des femmes et les habitués ont bien intégré leur présence et leur rôle premier et il faut noter que les femmes sont maintenant nombreuses à exercer cette profession et elles sont reconnues pour leurs compétences.

 

Mardi 14 février 2017 : Atelier perles productif !

Beaucoup de monde en ce début de semaine pour participer à l'atelier perles, un atelier proposé par Luc Dubost, un artiste contemporain de Marseille invité par l'association des Amis de Ceillac et qui a exposé cet été à l'église Sainte-Cécile (exposition "Mirer").

L'idée est partie après la découverte par l'artiste des décorations ornant les croix du cimetière qui sont constituées de lignes de perles entrelacées. Il a donc proposé aux Ceillaquins et aux visiteurs de fabriquer la matière nécessaire pour la création d'une oeuvre qui sera installée en juin à Ceillac.

C'est dans une ambiance conviviale que toutes générations confondues, enfants, adolescents, adultes et seniors, ont répondu à l'appel et, après avoir découvert l'utilisation des petits moulins, ont participé de façon collaborative à la fabrication de déjà nombreuses lignes perlées...

 

Mardi 14 février 2017 : Spectacle sur la place Philippe Lamour

Ce soir, Vincent et Jérémie, tous deux animateurs à V.V.F. ont gentiment proposé un petit spectacle qui s'est tenu sur la place Philippe Lamour.

Ce spectacle a attiré un public nombreux qui a été conquis par les prouesses au jonglage, à l'acrobatie et à d'autres ateliers du cirque, comme le diabolo et la maîtrise du feu.

Qu'ils soient ici remerciés de leur initiative !


Démonstration de diabolo simple puis double et ensuite enflammé.


Un cracheur de feu spectaculaire qui a illuminé la place.

Une maîtrise manifestement éprouvée qui a séduit le public nombreux.

 

Lundi6 février 2017 : Des chutes de neige conséquentes

Après les chutes de ce week-end attendues par tout l'arc alpin qui ont apporté 60 cm de neige fraîche au village et 80 cm en haut des pistes, les dameuses ont travaillé sans relâche pour permettre l'ouverture des pistes qui n'avaient pu être encore proposées aux skieurs alpins comme aux skieurs nordiques.

Dès demain, l'ensemble du domaine de fond sera ouvert. Il en sera de même pour les pistes d'alpin sauf pour les pistes du Crousas et de Ban Bouisson qui seront encore en cours de damage et de fraisage.

Pour ce qui de la pratique des raquettes, là aussi, pas de problème la couche de neige est importante. Concernant cette activité, il convient de rappeler les conseils de prudence, valables pour le ski de rando également, la couche de fraîche étant importante et les chutes ayant été accompagnées par beaucoup de vent. Le risque d'avalanche (de plaques notamment) est donc important dès que l'on sort des pistes.

Quelques photos de ce jour (cliquer dessus pour les agrandir)

Sur le front de neige, au départ des pistes vertes et du télésiège menant au domaine haut.


Montée au télésiège avec vue sur une partie du domaine bas réservée aux pistes vertes.


Avec un peu de hauteur qui permet de repérer l'espace piou-piou et, en partie, les 3 pistes vertes.


A mi-parcours, avec le village au fond, une partie des pistes de fond et une partie du domaine bas.


Domaine haut visible en partie avec la gde piste bleue, les pistes de Pra Loupet, la piste des Fontinets, le départ de la très belle piste de Chaurionde.

Depuis le haut du domaine, au départ de la piste bleue et de la piste des Fontinets, avec le village en fond. (photo Violaine F.)


Un "extrait" de la piste bleue, large, tranquille, parfaitement bien damée et très nature.


L'espace ludique du village, pour les enfants qu'ils soient à skis ou en luge et aussi pour s'initier au surf (horaires d'ouverture larges)

 

Dimanche 5 février 2017 : J'ai vu une oeuvre...

* Attention, pour des raisons pratiques, les ateliers se dérouleront à la mairie (salle du conseil) et non pas à la maison du ski de fond.

 

Vendredi 3 février 2017 : Thérèse Chouvet

De Guillestre, nous avons appris avec tristesse le décès de Thérèse Chouvet née Favier, âgée de 91 ans.

Si elle avait quitté son village natal adolescente pour ses études, elle était là, en juin 1957 en qualité d’assistante sociale, pour participer à la collecte puis à la distribution des aides de toute nature entre les familles de Ceillac qui avaient tout perdu dans les inondations.

C’est naturellement à Ceillac qu’elle avait épousé le docteur Pierre Chouvet qui fut le médecin généraliste de plusieurs générations d’habitants du Guillestrois et du Queyras.

Thérèse fut longtemps en charge de l’infirmerie du collège et resta jusqu’au bout impliquée avec discrétion mais efficacité dans la vie du comité des fêtes, de la paroisse, du jumelage avec la commune italienne de Torre Pellice. Quoique discrète elle était devenue au fil des ans un personnage de la vie guillestrine.

Son attachement à Ceillac confinait à un chauvinisme qu’elle n’aurait pas renié. Et elle portait avec fierté le nom de Favier. C’est une figure très attachante qui s’en est allée.

Que son mari, ses enfants, ses petits-enfants, ses arrière petits-enfants, sa sœur et toute sa famille soient assurés de notre profonde sympathie.

Christian G.

 

Lundi 30 janvier 2017 : Sculpture sur glace

Le week-end prochain, Michal Zamojski, sculpteur de son état, créera sur la place Philippe Lamour une sculpture de glace.

Il officiera samedi et dimanche de 9 h à 12 h et de 14 h à 17 h. Il sera donc possible de suivre tout au long du week-end l'évolution de la sculpture depuis la taille à la tronçonneuse électrique jusqu'à la finition.

Michal est bien connu à Ceillac, où il a vécu durant de nombreuses années. Il y a laissé nombre de ses oeuvres, comme le randonneur du gite, la marmotte et le lièvre de l'école ou encore l'escargot du centre du village.

Il était encore présent cette année à la Folie Bergère, fin septembre, où il a sculpté un superbe berger dans un tronc de mélèze.

Quelques unes de ses précédentes créations



 

Mardi 24 janvier 2017 : Lettre d'informations de janvier

La dernière lettre d'informations de la Municipalité vient d'être diffusée.

Au sommaire, après l'éditorial du maire, Christian Grossan, sont évoqués :

- la fusion des Communautés de Communes (compétences, commissions, fiscalité...) ;

- la patinoire, la table d'orientation, la révision du PLU, le règlement du cimetière, la MAM, les risques inondables, l'alimentation en eau potable ;

- la microcentrale, la déchèterie, le bâtiment nordique, la ZAC de l'Infernet, le Haut débit, l'éclairage public, l'aire de jeux ;

- le recensement, les noms de rues, la signalétique, la circulation et le stationnement, le déneigement, le comité des fêtes.

A lire en pdf : lettre-janvier-2017

ou à consulter en Flip : lettre-janvier-2017-flip

 

Dimanche 21 janvier 2017 : Le recensement a commencé

Jeudi 19 janvier, a commencé le recensement à Ceillac, comme dans toutes les autres communes de France. Il s’achèvera le 18 Février 2017.



Ce recensement permet de connaître le nombre d’habitants, avec leur sexe, leur nationalité, leur âge, leur profession, leur situation maritale, leur niveau d’études, leur lieu de travail… Les informations sur le logement sont aussi recueillies par l’agent recenseur : type de logement, nombre de pièces, surface, chauffage, confort…

Comme le résume le slogan sur les affiches de l'INSEE "des chiffres aujourd'hui, pour construire demain", L’État et les collectivités territoriales (communes, départements, régions) s’appuient sur ces informations pour déterminer les politiques du logement, de transport, d’aménagement du territoire, de formation...

    Christian Périgot, agent recenseur sur Ceillac, passera dans chaque foyer récupérer le questionnaire qu ’il aura déposé auparavant dans les boîtes aux lettres ou pour donner les codes d’accès permettant de remplir le formulaire en ligne.

    Le recensement est obligatoire. Les donnée recueillies sont strictement confidentielles et sont soumises au secret professionnel.

Les statistiques ne seront pas disponibles avant plusieurs mois, mais il est toujours possible de consulter celles du précédent recensement sur le site de l’INSEE.   


Quelques données du recensement de 2013
(dossier Insee Ceillac complet)

 

Lundi 9 janvier 2017 : Voeux de la municipalité

Hier soir, nombreux étaient les Ceillaquins venus écouter Christian Grossan, maire de la commune, présenter ses voeux à la population.

Le maire, a commencé son intervention en saluant les personnalités présentes : Isabelle Sendrané, sous-préfète, Christian Laurens , 1er vice-président de la nouvelle Communauté de Communes,  Marcel Cannat, vice-président du Conseil Départemental, Anne Chouvet, maire d’Eygliers, Catherine Tessa, directrice générale des services de la CCGQ, Christine Portevin, 1 ère adjointe de Guillestre,  Maxime Bérard, conseiller municipal de Guillestre, Pierre Collier et Pascal Fournier, respectivement chef du groupement nord des pompiers et chef de centre de Ceillac, Alexandre Goyet, directeur des remontées mécaniques, Eric Varin, directeur du village de vacances, Valérie Rivat , directrice du Parc du Queyras, le major Donain, commandant la gendarmerie de Guillestre.

Puis, il a commencé un bilan de l’année écoulée, en rappelant, que le budget 2016 avait été assez contraint avec notamment l’absorption du déficit des remontées mécaniques qui représentait 10 % du budget communal. Regrettant que le ciel ne soit pas, cet hiver, plus généreux en matière d’enneigement, il a cependant souligné que  la situation était moins préoccupante cette année avec un enneigement privilégié par rapport à nombre de stations.

Il a ensuite rappelé, après avoir remercié les conseillers et le personnel communal pour leur implication,  les différents travaux réalisés au cours de l’année 2016 qui a commencé par l’inauguration du bâtiment d’accueil de ski de fond pour lequel l’Etat, la Région et le Département ont apporté leur concours :

- 75.000 € ont été dépensés pour requalifier et mettre aux normes les sanitaires et l’espace d’accueil du camping. Cette dépense a été financée uniquement sur les fonds propres du camping.

- l’aire de jeux a été agrandie avec la réfection du mur qui la borde. L’Etat et le département ont apporté leur concours pour ces travaux. Les nouveaux jeux seront mis en place au printemps.

- la création d’une piste de pump-track, un parcours dédié notamment aux vélos, qui a connu une bonne fréquentation cet été.

- l’entrée du cimetière a été rénovée et un columbarium a été aménagé pour pouvoir accueillir ceux qui le souhaitent pour leur dernier séjour.

- des travaux ont été effectués pour permettre un fonctionnement optimisé, compatible avec la mutualisation de l’agence postale et l’office du tourisme.  Les travaux entrepris ont permis également la création de toilettes pour les personnes à mobilité réduite. Prochainement, une porte d’accès moins lourde au bâtiment sera mise en place.

- suite à l’enquête publique, le préfet  a signé fin novembre, après 12 ans de procédures, la déclaration d’utilité publique de la zone de l’Infernet. L’objectif de cette zone, quand elle sera aménagée, sera d’accueillir prioritairement de l’habitat permanent, ce qui permettra de conforter les effectifs de l’école de Ceillac qui sont en baisse comme dans beaucoup de communes rurales de montagne.

- les panneaux de la table d’orientation ont été mis en place grâce au concours de LALAT. Cette table sera inaugurée cet été.

- le déplacement de la patinoire qui a connu une bonne fréquentation durant les vacances de fin d’année avec un dynamisme apprécié de Nicolas Lafergue qui organise les animations sur cet espace.

Puis, il a évoqué la fusion des communautés de communes, qui a fait l’objet d’une longue  et difficile préparation tant par les élus que par les services des 2 communautés de communes. La Communauté de Communes du Guillestrois-Queyras existe désormais, depuis le 1 er janvier. Elle a vocation à se développer et à accroître ses compétences.  Il a regretté que le Parc ne soit pas assez visible sur la nouvelle signalétique, rappelant que le parc constitue une carte de visite  que l’on n’utilise pas assez mais qui constitue pourtant un outil de promotion essentiel du territoire.

Il a ensuite interpellé la sous-préfète pour lui dire que la commune attendait avec impatience  que l’agence de l’eau et le département s’engagent afin que la deuxième tranche de réfection de l’adduction d’eau potable qui alimente le village depuis la Cime du Mélézet soit programmée.

Il a évoqué les travaux conduits pour rechercher une alimentation complémentaire pour fiabiliser l’alimentation du village qui devra subvenir aux besoins futurs de la ZAC de l’Infernet. Des investigations prometteuses ont été menées autour du lac de Sainte-Anne. Si cela s’avère possible, une microcentrale pourrait être installée, celle-ci permettant de financer pour partie le coût des travaux prévus.

Concernant l’alimentation en eau, il a expliqué que la commune va mettre en place la protection des captages, qui aurait dû être faite depuis longtemps, après l’acquisition des terrains concernés. Des barrières seront mises en place pour éviter que les troupeaux ou les gens ne divaguent à proximité.

Pour la voirie, il a précisé que le concours de l’enveloppe cantonale de Marcel Cannat et d’une aide prise sur la réserve parlementaire de la sénatrice Patricia Moret-Michaud va permettre de réaliser la réfection du parking de la Chalp et de refaire le revêtement aux endroits qui en ont le plus besoin.

Pour finir, il a évoqué 2 grands dossiers, la rénovation du Village de Vacances et la réhabilitation du presbytère qui pourrait accueillir la mairie au rez-de-chaussée et des familles avec plusieurs enfants aux niveaux 1 et 2. Pour financer de dernier chantier, la vente de bâtiments communaux que la commune n’a pas les moyens de rénover et d’entretenir paraît indispensable.

Il a rendu hommage au monde associatif, actif et essentiel pour la vie sociale du village. Il a notamment relevé le dynamisme de l’association des Amis de Ceillac, du Comité des Fêtes et du ski-club. Il a remercié Monique Eymard et toutes celles et ceux qui ont aidé à la fabrication de décorations pour les fêtes.

Il s’est félicité du système de corvées qui a bien fonctionné pour, par exemple,  le nettoyage du cimetière ou du torrent de la Clapière, ces corvées concourant à créer du lien social indispensable dans les petites communes.

Enfin, il a rappelé la faiblesse préoccupante des effectifs des pompiers, une faiblesse préoccupante qui obère l’opérationnalité du centre de secours.

Avant la formulation de ses vœux, il a terminé en saluant Alizé qui vient de s’installer au refuge de la Cime, Bernadette qui a repris le Farnienthé. Puis, il a salué Eric, directeur du VVF, qui prochainement partira en Alsace pour prendre en charge le centre d’Obernai et Lydie et René Germain qui quittent Notre Dame de l’Estelle.

Christian Laurens, a ensuite, au nom de la nouvelle Communauté de Communes exprimé lui aussi, ses voeux mais a, auparavant, rassuré le maire en lui assurant que pour les aménagements de l’ensemble des ronds-points, le parc du Queyras sera mis en exergue.

Marcel Cannat a rappelé l’importance des cofinancements à une juste hauteur afin que les communes puissent continuer à mener à bien leurs projets à l’heure où les dotations de l’Etat diminuent drastiquement.

La sous-préfète, a, quant à elle, relevé le dynamisme et la capacité de la commune de Ceillac à rechercher les financements pour une commune pourtant située dans un "confin" puis elle a souhaité à tout un chacun un bon hiver en recommandant la prudence aux skieurs.

 

Vendredi 6 janvier 2017 : Installation de la nouvelle Communauté de Communes

Hier soir, à Guillestre, s'est déroulée l'installation de la nouvelle Communauté de Communes du Guillestrois-Queyras (C.C.G.Q.) qui aura de nombreuses compétences.

Les 30 conseillers communautaires ont élu leur président en la personne de Max Brémond, maire de Risoul. Celui-ci a ensuite proposé 9 vice-présidents qui ont tous été élus au premier tour :

1 er vice-président : Christian Laurens, maire de Ristolas et ancien président de la Communauté de Communes du Queyras.

2 ème vice-président : Bernard Leterrier, maire de Guillestre

3 ème vice-présidente : Valérie Garcin-Eyméoud, 1ère adjointe de Molines et conseillère départementale

4 ème vice-président : Jean-Pierre Boulet, maire de Vars

5 ème vice-président : Jean-Louis Poncet, maire de Château-Ville-Vieille

6 ème vice-président : Anne Chouvet, maire d'Eygliers

7 ème vice-président : Philippe Chabrand, maire d'Arvieux

8 ème vice-président : Jean-Louis Queyras, maire de Saint-Crépin

9 ème vice-président : Jean-Louis Bérard, maire de Saint-Clément


Quant au bureau, il sera composé, conformément aux statuts, des 16 maires des communes concernées et des 2 conseillers départementaux. Marcel Cannat, maire de Réotier, siégeant en tant que conseiller départemental, c'est Michel Mouront, son premier adjoint qui siègera au bureau pour représenter sa commune.

Après ces votes qui n'ont fait que valider les accords établis après de longs mois de préparation de la fusion, les conseillers ont procédé à la désignation des membres de la C.L.E.C.T. (commission locale d'évaluation des charges transférées dont le rôle est de procéder à l’évaluation du montant des charges et recettes transférées à la Communauté de Communes).

Puis, après un bref débat, les commissions thématiques intercommunales ont été créées :

- finances et administration générale

- développement économique

- tourisme

- agriculture

- activités de pleine nature

- culture et patrimoine

- vie sociale et associative

- environnement, développement durable et énergie

- déchets

- gestion patrimoniale

- assainissement et eau potable

- risques naturels et GEMAPI

Les conseillers communautaires ont jusqu'à jeudi 12 janvier pour faire acte de candidature pour ces commissions, y compris pour la commission d'appel d'offres.


Ensuite, les réprésentants aux différentes instances intercommunales ont été désignés. Ces instances sont :

- PETR (pôle d'équilibre territorial et rural : ancien Pays du Grand Briançonnais, des Ecrins au Queyras)

- Conseil d'exploitation de la régie autonome du bassin hydrographique de la Hte-Durance S-Ponçon

- SMITOMGA (ordures ménagères Guillestrois, Queyras, Argentiérois)

- GAL (groupe d'action locale qui gère les fonds européens LEADER)

- Parc Naturel Régional du Queyras

- Syndicat mixte intercantonnal de l'abbatoir Guil-Durance


Après la définition des Zones d'Activités Economiques qui seront gérées par la C.C.G.Q. (La Viste est concernée), l'instauration de la F.P.U. (Fiscalité Professionnelle Unique), la création des budgets de la C.C.G.Q., la fixation des indemnités du président, des vice-présidents et des conseillers (elle était de l'ordre de 100.000 € en cumulé et a été ramenée à 64.000 €), le rattachement de l'office de tourisme du Queyras à la C.C.G.Q. a été validé en qualité d'office de tourisme intercommunal du Guillestrois-Queyras.

Précisons, concernant ce dernier point, que Vars et Risoul conserveront leur propre office de tourisme. Ceci étant possible jusqu'en 2020 maximum pour l'instant.

Une petite collation a suivi cette première séance de la C.C.G.Q. Elle a permis aux élus de poursuivre les échanges sur les quelques points de discussion ayant eu lieu.

La prochaine séance du Conseil Communautaire aura lieu à Aiguilles jeudi 12 janvier à 18 h 30.

 

Mercredi 4 janvier 2017 : Voeux du maire

Ce dimanche 8 janvier 2017, à la salle polyvalente, Christian Grossan, maire de Ceillac, présentera les voeux de la municipalité à la population.

Comme il est de coutume, cette présentation des voeux sera l'occasion de faire un rapide bilan de l'année écoulée et aussi de parler des projets à venir.

 

Lundi 1er janvier 2017 : Voeux 2017

 

Vendredi 30 décembre : Écho des Amis de Ceillac n°3

L'association des Amis de Ceillac vient de publier son troisième bulletin, "L'écho des Amis de Ceillac". Un bulletin complet qui rend compte de l'activité et des objectifs de l'association.

Au sommaire, de nombreux sujets :

  - La fontaine du Sarret

  - Les concerts de l'été

  - L'exposition "Mirer"

  - Lettre en patois (traduction par Céleste)

  - Hommage à Pierre-Yves Michard par Bernard B.


Pour le lire : écho n° 3 (pdf) ou lecture directe

Exposition Mirer

A consulter un petit document retraçant l'exposition "Mirer" de Luc Dubost durant l'été 2016 en l'église Sainte-Cécile : expo-luc-dubost

 

Concert de Noël

Pour les fêtes, l'association "Les Amis de Ceillac" avait décidé, en concertation avec la commune, d'organiser un premier concert à l'occasion de Noël.

Ce concert a eu lieu mardi 27 décembre et a réuni plus de 200 personnes, venues assister à la réprésentation donnée par "Pourpre Noir", un ensemble vocal de renom international basé à Gap. Les choristes ont chanté avec enthousiasme et entrain du gospel et du negro spiritual.

L'ambiance chaleureuse et très festive a séduit le public, de tous âges, qui n'a pas hésité à se lever et à accompagner les chanteurs par la voix ou avec les mains.

Fort de ce succès, l'association a décidé de reproposer un concert à l'occasion des festivités de 2017.


Église comble pour ce premier concert de Noël

 

Mercredi 28 décembre : Jean-Pierre Richard

Début janvier 2016 Eugène RICHARD nous quittait. Ce 15 décembre, son frère Jean-Pierre, 73 ans, vient de le rejoindre.

Après avoir vécu à Ceillac une enfance et une adolescence largement consacrées aux travaux de la ferme, Jean-Pierre est apprenti boulanger à Guillestre. Il travaille ensuite à Gap puis crée avec son épouse Josette une boulangerie à Tallard puis une autre à La Saulce.

Au début des années 80, il “revient au pays” et crée à nouveau une boulangerie aujourd'hui exploitée par son fils François et Dalila, son épouse. Jean-Yves, son fils ainé, et Nadège créent peu après la ferme de Pra Chiriou, production et vente directe de lait et de fromages. Jean-Pierre et Josette avaient également 2 filles , Marie-Thérèse et Catherine, établies avec leurs familles à Gap et Savines le Lac, et 9 petits-enfants réjouissaient leur foyer.

Que la famille de Jean-Pierre soit assurée de notre profonde sympathie.

Christian G.

 

Mercredi 28 décembre : La route des gorges du Guil

«  La route des gorges du Guil », c’est le titre du dernier livre que Céleste FOURNIER vient de publier aux éditions du Fournel.

Dans cet ouvrage remarquablement documenté,  l’auteure évoque, avec précision et dans le style limpide auquel elle nous a habitués, la construction de la route entre Guillestre et la Maison du Roi qui devait remplacer le « chemin de grande communication n° 5 » que l’on connaît aujourd’hui sous l’appellation de Route de la Viste.

Des différents projets élaborés à partir de  1891 jusqu’à l’ouverture de ce nouvel itinéraire aux véhicules le 24 juin 1911, c’est l’histoire de ce grand chantier que raconte Céleste  FOURNIER en le situant bien dans le contexte de l’époque : moyens techniques, conditions de travail, drames humains, financement...

Cet ouvrage est une contribution essentielle, une de plus à la connaissance de notre histoire locale.

Christian G.

 

 

Vendredi 15 décembre : Vidéo pistes de Ceillac

A signaler cette superbe vidéo (1' 55'') prise par Fabrice Amoros qui montre que la neige est bien présente jusqu'au bas des pistes, au front de neige... : video-pistes-13-12-2016.


Quelques photos extraites de la vidéo...


Haut du domaine, au départ de la Douce.


Sur la piste bleue


Arrivée au bas du domaine haut à la gare du télésiège.


Arrivée au bas des pistes, au front de neige

 

Vendredi 2 décembre : Couverture neigeuse conséquente en altitude

Lee dernières perturbations ont apporté beaucoup de précipitations dans les Alpes. Si la limite pluie neige était souvent située vers 2000 m, le massif du Queyras à l'altitude moyenne élevée a pu bénéficier d'importantes chutes de neige.

Ainsi, à Ceillac, les mesures effectuées sur le domaine haut vont de 30 cm (arrivée du télésiège) à 1,20 m à 2400 m (arrivée du téléski de Ste Anne) et les premiers skieurs ont tracé les pistes jusqu'à la traversée de la piste de retour de Girardin. De même, l'ensemble des pistes de ce domaine haut, ainsi que les différentes bretelles, a été chenillé et lissé par les dameuses.

Concernant Girardin et les pistes vertes du bas, le réseau d'enneigement artificiel fonctionne depuis plusieurs semaines et les baleines de neige sont déjà conséquentes.

Peu de souci à se faire donc pour Noël, la neige est là !


Quelques photos du domaine
Haut du domaine à 2400 m : 1,20 m de neige dont 50 cm de fraîche.


Vue générale du domaine haut avec les premières traces de skieurs


En haut de la piste bleue

Sur la piste de Pra Loupet


Avalanche sous la chapelle de Ste-Anne


Arrivée au lac Miroir, un très bel espace pour les randonnées en raquettes (70 cm de neige)

 

 

Dernières nouvelles des années précédentes :

2016 ~ 2015 ~ 2014 ~ 2013 ~ 2012 ~ 2011 ~ 2010 ~ 2009 ~ 2008 ~ 2007

2006 ~ 2005 ~ 2004 ~ 2003 ~ 2002 ~ 2001 ~ 2000