LES FOURMIS
 

 

TRAVAIL EFFECTUE EN PARTENARIAT AVEC LES ECOLES DE MOLINES ET SAINT VERAN

Les enfants des écoles de Ceillac, Molines et Saint Véran ont réalisé une étude sur les fourmis rousses, chaque école disposant d'un matériel comparable et effectuant ses propres investigations.

Ainsi, les enfants ont pu échanger leurs hypothèses, leurs découvertes, les expériences mises en place pour trouver réponse à leurs questions, confronter leurs démarches ...


SYNTHESE DES INFORMATIONS RECUEILLIES

Nous avons dressé une liste de questions auxquelles nous avons essayé de répondre en observant et en expérimentant le cas échéant. Lorsque nous n'avions pas de réponse, nous avons demandé de l'aide aux enfants des écoles de Molines et de Saint Véran et, en cas d'échec, nous avons cherché sur les différents livres que nous avons ou encore sur Internet...

 

CARTE D'IDENTITE de la FOURMI ROUSSE

nom latin : formica rufa

"dentition" : 2 mandibules

ordre : hyménoptères

sens : 5

présence sur terre : depuis 80.000.000 années

yeux : 2 yeux à facettes (+ 3 pour les mâles et les reines)

poids : 7 à 10 mg (ouvrière), 30 à 35 mg (reine), 10 à 25 mg (mâle)

segments : 3 , tête, thorax, abdomen (comme tous les insectes)

taille : 4 à 9 mm (ouvrière), 11 à 15 mm (reine et mâle)

hibernation : environ 6 mois

longévité : 3 ans (ouvrière), 1 à 6 mois (mâle), 20 ans (reine)

régime : carnivore

squelette : externe (exosquelette) fait de chitine

statut : toutes les espèces de fourmis sont protégées

pattes : 6 comme tous les insectes

moeurs : vie en société

tempéraures extrêmes supportées : - 8 °c et 45 °c

respiration : par des petits orifices situés dans l'abdomen

Les FOURMILIERES

Elles sont situées, le plus souvent, à la lisière de la forêt, à l'ubac. Toutes se trouvent, la plus grande partie de la journée, à l'ombre.

 

Les matériaux utilisés
pour la construction des fourmilières sont, ici dans notre vallée, les aiguilles de mélèze, les souches et la terre. Il faut savoir que les fourmis peuvent porter 20 fois leur poids. C'est comme si nous, humains, pouvions porter une petite voiture.

Une fourmilière compte environ 200.000 individus avec les ouvrières, les mâles et les reines qui sont plusieurs, contrairement aux abeilles.


ALIMENTATION

Les fourmis sont carnivores. Elles mangent des insectes mais aussi le miellat des pucerons qu'elles élèvent et protègent contre les coccinelles. Elles aiment aussi le nectar des fleurs et tout ce qui est sucré d'une manière générale.

Une fourmilière consomme un kg de " viande " (des insectes surtout) par jour.

Les fourmis ont, dans leur abdomen, un jabot social dans lequel elles puisent pour nourrir les larves et les autres fourmis (trophallaxie)

Elles boivent de l'eau.

 

COMMUNICATION

Elles communiquent grâce à leurs antennes avec lesquelles elles perçoivent l'odorat, le goût et le toucher. Elles utilisent les phéromones (produits chimiques) pour communiquer, se reconnaître …


HIVER

Les fourmis hibernent car elles ne supportent pas le froid et il n'y a guère de nourriture l'hiver, surtout en montagne.

Comme pour chaque nuit, elles se mettent en grappe, ce qui leur permet de se tenir chaud.


REPRODUCTION

Les reines pondent de la fin du printemps à la fin de l'été.

Avant, il y a le vol nuptial au cours duquel les mâles fécondent les reines, puis meurent. Les reines, une fois fécondées, perdent leurs ailes, devenues inutiles, et pondent dans la fourmilière, dans différentes chambres.

Des œufs, sortent des larves qui sont nourries par les ouvrières. Les larves grossissent et après 3 ou 4 mues, les larves se transforment en nymphes qui se tissent un cocon. Dans ces cocons, les nymphes vont se métamorphoser en fourmis.

 

ENNEMIS et DEFENSE

Leurs ennemis sont les oiseaux insectivores (pic noir, pic vert, hirondelle …) mais aussi les lézards, de même que le renard, le sanglier et le blaireau qui grattent les fourmilières afin de manger les larves et les nymphes.

Elles sont aussi quelquefois les victimes des larves de fourmilion qui fabriquent des pièges.

Pour se défendre, elles ne piquent pas mais mordent avec leurs mandibules (Jonathan a vérifié !) ; elles peuvent aussi propulser avec leur abdomen un jet d'acide formique (odeur de vinaigre).

Sur les 10.000 espèces répertoriées dans le monde, 200 vivent en France et, parmi celles-ci, aucune n'est dangereuse.

 

UTILITE

Oui, elles sont utiles pour la forêt car elles mangent des insectes (et leurs larves), aèrent le sol et disséminent les graines qu'elles ramassent.